Changer d'édition

Meurtre d'Ana Lopes: Un suspect placé en détention provisoire
Luxembourg 10.06.2017

Meurtre d'Ana Lopes: Un suspect placé en détention provisoire

Des fleurs et des bougies avaient été déposées sur le site où avait été découvert la voiture brûlée de la jeune femme près de Roussy-le-Village.

Meurtre d'Ana Lopes: Un suspect placé en détention provisoire

Des fleurs et des bougies avaient été déposées sur le site où avait été découvert la voiture brûlée de la jeune femme près de Roussy-le-Village.
Photo: Alain Piron
Luxembourg 10.06.2017

Meurtre d'Ana Lopes: Un suspect placé en détention provisoire

Maurice FICK
Maurice FICK
Le corps d'Ana Lopes, une jeune femme originaire de Bonnevoie, avait été retrouvé calciné dans sa voiture en janvier. Un suspect vient d'être arrêté et mis en détention provisoire.

(Str - Trad. MF) – Le corps d'Ana Lopes, une jeune femme originaire de Bonnevoie, avait été retrouvé calciné dans sa voiture en janvier. Un suspect a été arrêté jeudi, puis présenté à un juge d'instruction et mis en détention provisoire, vendredi.

Dès le départ, de nombreuses spéculations avaient accompagné l'affaire: le 16 janvier 2017, la jeune femme de 25 ans avait disparu sans laisser de traces dans la nuit du dimanche au lundi. Ce même jour, son corps avait été découvert à quelques kilomètres de la frontière franco-luxembourgeoise, à Roussy-le-Village, dans sa propre voiture brûlée.

Vendredi soir, RTL a annoncé une première arrestation dans cette mystérieuse affaire. Comme l'a confirmé le Parquet de Luxembourg, un suspect présumé a été arrêté jeudi. Présenté à un juge d'instruction vendredi matin, ce suspect a été placé en détention. Le Parquet n'a toutefois pas révélé son identité.

L'ex-petit ami et père de l'enfant

Faisant référence à son cercle familial, L'Essentiel a indiqué vendredi qu'il s'agirait de l'ex-petit ami d'Ana Lopes qui est aussi le père de leur fils.

Très vite, le jeune homme avait fait l'objet de lourds soupçons sur les réseaux sociaux par des proches de la victime. Lui-même avait expliqué au portail d'information lusophone, bomdia.lu, qu'il avait des soupçons de contacts possibles de son ex-petite amie avec des trafiquants de drogue.

Alors que les spéculations persistaient dix jours après la macabre découverte, le procureur général d'Etat, Martine Solovieff a précisé qu'il n'y avait, pour l'heure, aucune preuve menant directement vers un suspect concret. Elle a alors soutenu que les soupçons à l'encontre de l'ex-petit ami n'étaient alors que pure spéculation, rappelant le principe de la présomption d'innocence.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet