Changer d'édition

Mesure de quarantaine à l'hôpital du Kirchberg
Luxembourg 3 min. 12.03.2020 Cet article est archivé

Mesure de quarantaine à l'hôpital du Kirchberg

A l'entrée du site hospitalier du Kirchberg, chaque visiteur voit sa température mesurée.

Mesure de quarantaine à l'hôpital du Kirchberg

A l'entrée du site hospitalier du Kirchberg, chaque visiteur voit sa température mesurée.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 12.03.2020 Cet article est archivé

Mesure de quarantaine à l'hôpital du Kirchberg

Un cas de covid-19 détecté en interne jeudi matin, et la direction de l'établissement a fait le choix de limiter l'accès à l'hôpital au strict minimum. De plus, l'ensemble du service touché et la vingtaine d'employés font l'objet de mesures de protection.

(pj avec Jacques Ganser) Un premier domino qui chute, et toute la file. Ce jeudi matin, sitôt un premier cas positif au coronavirus avait-il été détecté au sein du site du Kirchberg dépendant du groupe Hôpitaux Robert-Schuman (HRS), qu'une série de réactions sanitaires étaient immédiatement décidées. Et le Dr Claude Schummer, directeur général HRS de rappeler sobrement la cause initiale de ce chambardement : «Nous supposons que le patient a été infecté par un soignant qui vit en France. Le soignant est lui-même malade, mais le résultat de son test de dépistage n'est pas encore disponible»

Un par un, l'ensemble des employés du service concerné ont été dépistés dans la journée. Et pas question pour eux d'assumer leurs missions de soins, nettoyage ou tâches administratives bien sûr. «Si le test est positif, les employés passeront deux semaines à la maison. Si le test est négatif, ils pourront continuer à travailler, mais avec un masque», indique leur hiérarchie.

Au passage, Claude Schummer indique que l'ensemble des employés français de la maison de repos Sainte Marie d'Esch-sur-Alzette, qui appartient au même groupe, ont été invités à porter désormais un masque toute la journée.

Pas question de risquer une contamination d'un des seniors accueillis via un personnel venu du Grand Est, «région de France la plus infectée». Région que la Sarre a catégorisée «zone à risques» depuis mercredi.

Impossible de manquer le dispositif de contrôle installé devant l'hôpital du Kirchberg.
Impossible de manquer le dispositif de contrôle installé devant l'hôpital du Kirchberg.
Photo : Chris Karaba

D'après le directeur général des Hôpitaux Robert-Schumam, une rotation parmi les personnels infirmiers a permis de compenser la prise en charge de la vingtaine d'agents possiblement infectés. «Nous avons aussi transféré un certain nombre de patients vers la clinique Zitha. De cette façon, 13 places en réanimation ont pu être libérées sur le site de Kirchberg.»

Nous appelons tout le monde à éviter les hôpitaux

Dr Schummer, directeur général des Hôpitaux Robert-Schuman

L'hôpital a également installé une tente d'accueil à son entrée, afin de mieux contrôler les visiteurs. Température corporelle mesurée, questions sur d'éventuels symptômes posées, interrogations sur les voyages et déplacements effectués ces derniers jours : tel est le protocole suivi. Il devrait en être ainsi jusqu'à la fin de l'épidémie. Ici d'abord mais probablement aussi devant d'autres établissements du groupe hospitalier.

«Nous appelons tout le monde à éviter les hôpitaux autant que possible lorsqu'il n'y a pas de besoin direct», insiste le Dr Schummer. «Pour la plupart d'entre nous, le virus corona est absolument inoffensif et peut-être avons-nous déjà eu une infection sans le savoir. Mais il y a des gens dans ce bâtiment avec des maladies graves. Le virus peut leur être fatal.»

Jeudi après-midi, le bilan de l'épidémie s'établissait toujours officiellement à 19 personnes infectées et 93 personnes en quarantaine.



Sur le même sujet

Alors que les contrôles positifs au covid-19 se multiplient dans quasiment toutes les disciplines sportives à travers la planète, la fédération luxembourgeoise de football vient à son tour, ce jeudi, d’annuler tous les matches jusqu'à nouvel ordre.
Jamais depuis le début de l'épidémie, le Luxembourg n'avait connu une telle recrudescence de personnes infectées. Pour la première fois, la contamination ne provient pas de l'étranger.
TOPSHOT - A medical worker wears protective goggles as she prepares to measure motorists' body temperatures  at the Slovenian-Italian border crossing near Nova Gorica, on March 11, 2020, after Slovenia's government announced it would close its border with Italy, hard hit by the outbreak of COVID-19, the new coronavirus. - Italy's neighbours Austria and Slovenia announced on March 10 Tuesday strict travel restrictions and other measures in the wake of similar moves by Rome to limit the spread of the new coronavirus. (Photo by Jure Makovec / AFP)
Les parlementaires luxembourgeois sont invités à poursuivre leur travail. Par contre, plus un voyage à l'étranger ni de réception de visiteurs ne sera désormais possible. Crainte du covid-19 oblige.
Pol, Chambre des Députés ,Laurent Mosar,Etienne Schneider, Join ,Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Après les huis clos et les reports, les équipes en quarantaine dans leur pays. Déjà touchés de plein fouet par les restrictions liées à l'épidémie de coronavirus, ce sont les sportifs qui éprouvent les pires difficultés à se déplacer.
Picture taken on March 4, 2020 shows cleaners wearing a protective suit, as they sanitise the seats of the San Paolo stadium in Naples. - Italy ordered on March 4 that all major sporting events be held behind closed doors until April 3 as the country grapples with the deadly coronavirus outbreak. The government decision was announced moments after health officials said the death toll from COVID-19 had jumped to 107 and the number of cases had passed 3,000. (Photo by CIRO FUSCO / ANSA / AFP) / - Italy OUT
La Cour de justice européenne et Ceratizit sont venues aussi allonger la liste des sites luxembourgeois qui ont dû réagir face à la montée en puissance de l'épidémie de covid-19.
22.2.Kirchberg / BEI / Europa / Europaeische Instanzen / Banque Europeenne Investissement Foto: Guy Jallay