Changer d'édition

Même virus, même statut de maladie professionnelle
Luxembourg 24.04.2020 Cet article est archivé

Même virus, même statut de maladie professionnelle

Pour l'heure, les 12 cas de maladie professionnelle liés au covid-19 ne concernaient que le milieu de la santé.

Même virus, même statut de maladie professionnelle

Pour l'heure, les 12 cas de maladie professionnelle liés au covid-19 ne concernaient que le milieu de la santé.
Photo : AFP
Luxembourg 24.04.2020 Cet article est archivé

Même virus, même statut de maladie professionnelle

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Si le covid-19 peut être la cause d'une maladie professionnelle reconnue, l'OGBL souhaite que la mesure s'applique avec la même simplicité et rapidité pour l'ensemble des salariés concernés. A l'image de ce qui se fait déjà pour les personnels de santé infectés.

Non, pour l'Association d’Assurance Accident (AAA), la reconnaissance du coronavirus comme facteur déclenchant d'une maladie professionnelle n'a rien d'inconcevable. Au contraire. Et l'AAA l'a prouvé en reconnaissant déjà ce statut à douze malades dans le pays. Mais, anticipant d'éventuelles contestations, l’OGBL s’oppose d'ores et déjà «à tout traitement inégalitaire des salariés en fonction de leur activité professionnelle».

Le premier syndicat luxembourgeois redoute en effet qu'il ne soit pas aussi aisé pour tout salarié sérieusement infecté par le covid-19 de faire valoir ses droits. Des droits qui autorisent non seulement une prise en charge à 100% de ses frais de soins, mais aussi à une rente ou un dédommagement pour les séquelles résultant de l’infection. Car s'il est vrai que des personnels soignant ou officiant dans le secteur des soins pourront aisément invoquer leur lieu de travail comme site de contamination, la preuve sera plus délicate à déterminer pour d'autres professions.


A cashier works wearing a face mask in a supermarket on April 15, 2020, in Givors, near Lyon, on the 30th day of a strict lockdown in France aimed at curbing the spread of the COVID-19 infection caused by the novel coronavirus. (Photo by JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)
Le covid-19, source de maladie professionnelle
L'Association d'assurance accident a déjà reconnu que douze salariés avaient bien été contaminés par le virus sur leur lieu de travail, au Luxembourg. De quoi, notamment, leur valoir une prise en charge à 100% des soins.

Or, l’OGBL craint qu'il en soit ainsi pour des métiers plus éloignés a priori de l'infection pulmonaire propagée par le virus. «Comme par exemple pour le personnel qui travaille dans la vente».

Aussi, le syndicat plaide-t-il auprès de l'AAA pour que la procédure à suivre pour un salarié infecté par le virus COVID-19 ne travaillant pas dans le secteur d’activité de la santé ne puisse «en aucun cas se transformer en un parcours du combattant». Aussi, la revendication portée insiste pour que la procédure de reconnaissance de la maladie professionnelle soit non seulement simplifiée mais aussi accélérée. «Cela afin qu’un traitement égalitaire des salariés soit garanti.»


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Opérationnels depuis fin mars, les quatre centres de soins avancés enregistrent une fréquentation en baisse ces derniers jours. Si la possibilité d'une activité plus réduite est envisagée, les responsables sanitaires se méfient d'un nouveau pic, lié à la réouverture des chantiers.
Die freiwilligen Helfer bei ihrer Einweisung durch Professionelle.
L'Association d'assurance accident a déjà reconnu que douze salariés avaient bien été contaminés par le virus sur leur lieu de travail, au Luxembourg. De quoi, notamment, leur valoir une prise en charge à 100% des soins.
A cashier works wearing a face mask in a supermarket on April 15, 2020, in Givors, near Lyon, on the 30th day of a strict lockdown in France aimed at curbing the spread of the COVID-19 infection caused by the novel coronavirus. (Photo by JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)
Lundi 4 mai. Plus la date approche, plus la reprise des cours semble se compliquer pour le ministre de l'Education nationale. Claude Meisch doit résoudre une équation d'autant plus délicate que s'y mêlent peur de la contamination, problèmes matériels et organisation inédite.
Sad little girl protecting herself from the flue virus by medical face mask
En huit ans, les secteurs de l'industrie et du bâtiment ont été à l'origine de plus de 700 cas reconnus de maladie professionnelle. Mais, année après année, l'Association d'Assurance Accident valide un nombre toujours plus faible de déclarations.