Changer d'édition

«Même les guéris doivent se faire vacciner»
Luxembourg 3 min. 23.11.2021
Vaccination

«Même les guéris doivent se faire vacciner»

En onze mois, le Luxembourg a administré 877.115 doses de vaccins.
Vaccination

«Même les guéris doivent se faire vacciner»

En onze mois, le Luxembourg a administré 877.115 doses de vaccins.
Photo : dpa
Luxembourg 3 min. 23.11.2021
Vaccination

«Même les guéris doivent se faire vacciner»

48.226 personnes ont déjà bénéficié de la "dose complémentaire". Un passage nécessaire estime le Pr Markus Ollert du Luxembourg Institute of Health. Ce spécialiste de l'immunologie revient sur ce que la campagne vaccinale a révélé.

(pj avec LW) C'est une donnée peu souvent évoquée. Si, quotidiennement, le point est fait sur les nouvelles contaminations covid, rarement est évoqué le nombre de guérisons post-infection. Pourtant au Grand-Duché, après 20 mois de crise virale, les faits sont là : le coronavirus a, certes, entraîné 862 victimes mais 82.442 personnes sont aussi sorties ''guéries" de leur infection. Mais Markus Ollert tire la sonnette d'alarme. Guérison ne signifie pas protection, rappelle-t-il dans Télécran.


18.11.2021, Hessen, Wiesbaden: Ein Mann bekommt in der DKD Helios Klinik in Wiesbaden seine Booster-Impfung gegen das Corona-Virus in den Oberarm gespritzt. In einem Obergeschoss der Klinik läuft derzeit der Probebetrieb für das künftige neue Impfzentrum der Landeshauptstadt. Foto: Boris Roessler/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Encore (au moins) 10% de la population à convaincre
La bataille pour l'immunisation collective est encore loin d'être gagnée dans la guerre au covid menée au Luxembourg. Le ministère de la Santé estime à 76,3% le taux de vaccination chez les 12 ans et plus. Pas de doute : il faut relancer l'offensive pour atteindre les 85% désirés.

Aussi, le professeur du Luxembourg Institute of Health (LIH) fait-il lui aussi partie des promoteurs de la «troisième dose». Cette dose ''booster'' ou ''complémentaire'' dont le gouvernement vient d'ouvrir l'accès à tous dès 18 ans. «Ce rappel est très judicieux d'un point de vue immunologique. Je ne peux que l'approuver», assure le chercheur. 

Et de rappeler que cette recommandation vaut aussi pour «les personnes qui ont contracté la maladie de manière asymptomatique ou qui n'ont eu qu'une évolution bénigne car elles n'ont pas forcément produit suffisamment d'anticorps et peuvent se réinfecter à tout moment». Donc rien ne sert d'attendre six mois après avoir été signalé positif pour recevoir l'une ou l'autre dose protectrice.

Avec son équipe du LIH, le Pr Ollert travaille justement sur le niveau d'anticorps face au SARS-CoV2 développé depuis le début de la campagne vaccinale. Des données provenant de Suède, des États-Unis ou d'Israël montreraient que le niveau d'anticorps augmente sensiblement avec la troisième vaccination. Du coup, elle «offre, espérons-le, une protection à plus long terme». Ainsi la «quatrième dose''» d'ici six mois ne serait pas forcément une fatalité. A suivre.

A la question de savoir si l'on avait mal estimé la durée d'efficacité du vaccin anti-covid, Markus Ollert répond sans détour: «C'était très difficile à prévoir à l'époque. Nous n'avions pratiquement aucune expérience avec ce type de vaccins à ARNm. Mais il est vrai que malgré une très forte augmentation juste après la piqûre, les anticorps qui protègent contre l'infection diminuent plus rapidement qu'on ne le pensait au départ.»

Mais le côté positif est loin d'être négligeable : «Car même après plusieurs mois, la protection immunitaire est encore suffisamment élevée pour protéger contre les évolutions graves de la maladie».


23.11.2021, Nordrhein-Westfalen, Düsseldorf: Alexander Daiker wird gegen das Coronavirus geimpft. Wegen der gestiegenen Nachfrage erweitert die Stadt Düsseldorf die Impfkapazitäten und eröffnet in der ehemaligen Zentralbibliothek am Hauptbahnhof ein neues Impfzentrum. Foto: Malte Krudewig/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Pas de bon d'achat en échange d'un vaccin
Certains Etats organisent des loteries, distribuent des cadeaux voire offrent des primes à celles et ceux qui se font vacciner sur le tard. Ce n'est pas l'intention du Luxembourg, a réaffirmé la ministre de la Santé.

Alors oui, a posteriori, sans doute aurait-il été judicieux de prévoir une triple vaccination dès le début des analyses. «D'un point de vue immunologique, une troisième vaccination pour tous aurait certainement eu du sens mais nous ne le savions pas encore en 2020. D'ailleurs, les premières études d'autorisation de mise sur le marché n'ont examiné que le scénario jusqu'à deux administrations de vaccin.»

Aujourd'hui, sous la menace de la quatrième vague infectieuse, l'expert du LIH souligne que tout individu présentant des «erreurs génétiques» dans son système immunitaire peut développer des formes sérieuses de l'infection pulmonaire liée au covid-19. «Ces personnes ont un risque élevé de se retrouver en soins intensifs, de développer un Covid long ou d'en mourir».  Nom de ces «défauts»? Drépanocytose, fibrose kystique ou candidose.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Suivant les recommandations du Conseil supérieur des maladies infectieuses, le Conseil de gouvernement recommande ce mardi l'administration d'une nouvelle injection aux plus de 65 ans, aux professionnels de santé et aux assistants médicaux.
ARCHIV - 30.12.2020, Bayern, Gauting: Ein Mitarbeiter der Asklepios Klinik wird von einem Kollegen mit dem Corona-Impfstoff von Biontech/Pfizer geimpft. Drei Prozent der Bevölkerung sind nach Expertenschätzungen über die gesamte Lebensspanne gesehen von einer sogenannten Blut-Spritzen-Verletzungsphobie betroffen. (zu dpa "Corona-Impfung trotz Spritzen-Phobie: Kurz-Programm für Betroffene" und "Spritzen-Phobie - Wenn Impfen von extremen Ängsten begleitet wird") Foto: Sven Hoppe/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'étude Con-Vince vient de terminer une batterie d'analyses auprès de sujets luxembourgeois volontaires pour ses travaux de recherche. Aux scientifiques d'analyser maintenant l'efficacité et la durée des défenses immunitaires développées dans la population.
15.09.2021, Sachsen, Leipzig: Wasserproben stehen in einem Labor im Deutschen Zentrum für Integrative Biodiversitätsforschung (iDiv).Das Institut bündelt Forschungen der Universitäten Sachsens, Thüringens und Sachsen-Anhalts mit dem Helmholtz-Zentrum für Umweltforschung. Foto: Sebastian Willnow/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Conseil supérieur des maladies infectieuses vient de donner son aval pour l'administration d'une nouvelle injection antivirale pour les seniors nés avant 1946, mais aussi à l'ensemble des résidents en maison de retraite (sans distinction d'âge).
Infectiologue, le Dr Schockmel se veut rassurant face à une probable reprise des infections covid dans les semaines à venir. La vaccination ayant constitué un bouclier efficace contre les formes graves de l'infection respiratoire.
Die Virusausbreitung weltweit erfolgt hauptsächlich durch ungeimpfte Personen und sie sind es auch, die schwer erkranken, sagt Dr. Gérard Schockmel.
La ministre de la Santé reconnaît que quelques centaines de personnes ont été infectées par le covid-19 après avoir reçu la première ou la seconde injection. Des cas étudiés mais pas si étonnants.
A medical worker administer the Jansen (Johnson and Johnson) Covid-19 vaccine to the public at a FEMA run mobile Covid-19 Vaccination clinic at Biddeford High School in Bidderford, Maine on April 26, 2021. - The clinic is jointly run by FEMA and the state of Maine with the help of other federal agencies and the Maine National Guard. The United States has resumed vaccinations with the Johnson & Johnson shot, the third authorised injection, after a brief pause over links to a rare form of clotting. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)