Changer d'édition

Médicaments: Les pharmaciens face aux génériques
Luxembourg 3 min. 12.09.2014

Médicaments: Les pharmaciens face aux génériques

Les pharmaciens doivent expliquer les génériques aux clients

Médicaments: Les pharmaciens face aux génériques

Les pharmaciens doivent expliquer les génériques aux clients
Photo: Nicolas Bouvy
Luxembourg 3 min. 12.09.2014

Médicaments: Les pharmaciens face aux génériques

L'introduction des médicaments génériques se formalise au Luxembourg. Dès octobre, deux catégories de médicaments (pour le cholestérol et l'ulcère gastrique) seront concernées. Les pharmaciens expliquent l'avantage du générique et ce qu'il va changer pour leurs clients.

L'introduction des médicaments génériques se formalise au Luxembourg. Dès octobre, deux catégories de médicaments seront concernées. A savoir les hypocholestérolémiants et les préparations contre l’ulcère gastrique (statines et IPP). Les pharmaciens expliquent l'avantage du générique et ce qu'il va changer pour leurs clients.

L'arrivée de ces deux classes de génériques répond à une logique d’épargne, puisqu'elles sont les plus prescrites au Luxembourg. Il semblerait que la transition des médicaments originaux vers les génériques soit la plus efficace en terme de sécurité et d’efficacité, selon le Dr Claude Frieden, pharmacien inspecteur et chef du département fournitures et médecine préventive à la Caisse nationale de santé.

Le terme "générique" ne fait aucunement référence à un produit bas de gamme. Le principe réside en quelque sorte en une "copie" de médicament opéré par une maison (Hexal, Ratiopharm, etc.) et qui le revend à un prix moindre.

Ça ne change rien au chiffre d'affaires

Ce procédé est rendu possible grâce à l’expiration des droits exclusifs détenus par une entreprise face à la concurrence et le raccourcissement des étapes de production. Au bout de dix, voire vingt ans, le brevet du médicament issu de la recherche tombe dans le domaine public et oblige le fabricant  à divulguer sa recette de fabrication.

Les génériques doivent ensuite répondre à de nombreux critères de sécurité: "Toute introduction d’un nouveau médicament est soumise à un contrôle avant son lancement sur les marchés", assure-t-on à la Pharmacie de Soleuvre.

Pour Georges Foehr, pharmacien à Lallange, l’introduction des médicaments génériques n’influe en rien sur son chiffre d’affaire. En réalité, beaucoup de médecins en prescrivent déjà mais les patients n’en sont pas toujours conscients. La seule difficulté, à laquelle le pharmacien se voit confronté, est la réticence des personnes âgées au changement. Réflexion largement partagée par ses confrères. A  la pharmacie de Gasperich, on déplore clairement le manque de sensibilisation du grand public aux médicaments génériques de la part des instances politiques.

Le rôle de "diffuseur d'information"

La langue peut aussi poser problème. Ratiopharm, un des principaux diffuseurs de médicaments au Luxembourg et dont la majorité sont des médicaments génériques, a par exemple recours de façon quasi-exclusive à l’allemand dans ses notices de médicaments. Selon les pharmacies, cela pose problème à la clientèle étrangère et aux personnes âgées qui risquent de se retrouver déboussolées.

Malgré tout, l’introduction de médicaments génériques semble inévitable et surtout indispensable, car la médecine tend vers une personnalisation des soins "sur mesure", dont les coûts pourraient être partiellement amortis grâce aux nouvelles mesures introduites entrant en vigueur dès octobre.

Opinion largement partagée par Danièle Becker, pharmacienne à Bettembourg et une des porte-paroles du Syndicat des pharmaciens luxembourgeois qui tente de rassurer le public. Elle admet que le rôle de diffuseur d’informations incombe aux pharmaciens: "Notre rôle, est d’informer et de garantir la bonne prise en charge de la part des pharmaciens. Le but est de tendre vers un État responsable financièrement et efficace en matière de traitement. La paupérisation n’est en aucun cas l’objectif recherché".

Thibaut Muller


Sur le même sujet

Pas de «réel danger» lié à la pénurie de médicaments
Les manques recensés de près de 500 remèdes s'aggravent en Belgique, principal fournisseur du Luxembourg. Mais toutes ces indisponibilités «n'ont pas des conséquences importantes» sur le budget de l'État et ne constituent pas une menace, assure lundi le ministre de la Santé.