Changer d'édition

Marine Le Pen élue? Les expatriés ont «peur pour leur avenir»
Luxembourg 5 min. 07.05.2017 Cet article est archivé

Marine Le Pen élue? Les expatriés ont «peur pour leur avenir»

Marine Le Pen élue? Les expatriés ont «peur pour leur avenir»

Photo: Christophe Olinger
Luxembourg 5 min. 07.05.2017 Cet article est archivé

Marine Le Pen élue? Les expatriés ont «peur pour leur avenir»

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Il y avait beaucoup moins de monde au lycée Vauban ce dimanche pour le second tour de la Présidentielle française. Les expatriés étaient nombreux à «avoir peur» du résultat.

Des milliers de Français du Luxembourg se sont rendus, comme il y a quinze jours, au lycée Vauban, pour faire leur devoir de citoyen: départager Emmanuel Macron, grand gagnant de ce premier tour au Grand-Duché avec 47% des voix, et Marine Le Pen, qui a récolté elle, 6% des voix des expatriés.

Alors que de longues files d'attente s'étaient formées devant l'établissement lors du premier tour, ce n'était pas le cas ce dimanche 7 mai. Il y avait du monde oui, mais on entrait très facilement, et il y avait très peu d'attente au sein des 17 bureaux de vote. Une «mobilisation un peu moindre» confirmée par les assesseurs aux bureaux de vote.

«Les gens sont trop sûrs du résultat, c'est pas bon»

Une impression également ressentie par les expatriés venus voter, que nous avons rencontrés. «Ma première impression, c'est qu'il y a beaucoup moins de monde, c'est vraiment très surprenant. J'ai peur que cela se retourne contre nous. Les gens sont trop sûrs du résultat, c'est pas bon», explique ainsi Anthony, jeune homme venu avec sa compagne, Amélie. 

Pour eux, impossible de voter pour la candidate du Front National. «Y a pas photo entre les deux en fait! Je n'ai pas voté pour Macron au premier tour, mais je n'ai aucune honte à dire que je l'ai fait pour le second», souligne ainsi Amélie. C'est surtout le sort des expatriés qui les inquiète si Marine Le Pen gagne cette élection. «Quel avenir pour nous? Franchement si elle passe, ce ne sera pas la joie».

Catherine: «Il faut que Macron passe mais avec une nette différence, que ça marque les esprits»
Catherine: «Il faut que Macron passe mais avec une nette différence, que ça marque les esprits»
Photo: Christophe Olinger

Un «pas la joie» repris dans toutes les bouches des expatriés que nous avons rencontrés ce dimanche. «Honnêtement, le seul mot qui me vient en tête c'est "horreur". Je ne supporte pas le Front National, déjà au temps du père mais encore plus là avec la fille. Si le FN passe, ce sera un grand choc pour moi. On va rétrograder c'est sûr!», martèle Elisabeth, venue voter avec son mari et son fils.

Cette maman ne comprend pas pourquoi tant de personnes décident de ne pas venir voter. «Des gens sont morts pour nous donner ce droit. C'est un devoir, une obligation. On ne peut pas laisser le choix aux autres, il faut venir, on n'a pas le choix», explique-t-elle dans l'allée qui la mène aux bureaux de vote.

Catherine est du même avis. «C'est ultra important d'être ici. Il faut que Macron passe mais avec une nette différence, que ça marque les esprits», explique-t-elle. Elle est venue voter comme au premier tour pour Emmanuel Macron, elle qui d'ordinaire, penche davantage pour le parti socialiste. Le débat télévisé opposant les deux candidats la semaine passée l'a confortée dans son choix. «C'était ridicule. Mais je voulais que Marine Le Pen continue à dire des bêtises», souligne-t-elle en riant.

Mais elle a tout de même conscience de l'attrait que peut avoir le Front National auprès des électeurs français: «Ici au Luxembourg, nous vivons dans une réalité beaucoup plus éloignée que celle en France. Je comprends que certains Français soient désespérés», relativise-t-elle.

«C'est un vote ras-le-bol, comme en 2002»

En effet, ils étaient aussi nombreux à être désabusés, confus face à ce vote du second tour. C'est notamment le cas d'Emilie: «Je trouve ça grave que le FN soit passé avec autant de voix mais honnêtement, je pense que c'est un vote ras-le-bol, comme en 2002. Les Français n'ont plus confiance en les politiques. Moi-même là, je ne sais pas. Aucun des deux ne me convient. Et on entend tellement de choses, on ne sait plus ce qui est vrai ou pas, qu'est-ce qu'ils proposent vraiment...», détaille-t-elle, très confuse avec sa carte d'électeur en main.

Françoise: «Je fais clairement barrage au FN aujourd'hui. Je serais très déçue et triste si Marine Le Pen l'emporte».
Françoise: «Je fais clairement barrage au FN aujourd'hui. Je serais très déçue et triste si Marine Le Pen l'emporte».
Photo: Christophe Olinger

Sandrine, expatriée au Luxembourg depuis 14 ans, ne comprend pas ce sentiment-là. «Mon choix est évident et je ne comprends pas que ce ne soit pas le cas pour tout le monde! C'est surtout ça qui est malheureux», explique-t-elle, sa petite fille à la main. 

Pour cette jeune maman, c'est un choc de voir autant de personnes vivant au Luxembourg voter pour le Front National. «L'Europe est la base de ce pays, tout le monde en profite! Mais là aujourd'hui, j'ai peur, vraiment peur du résultat. Si le FN passe, j'aurais une infinie tristesse pour mon pays».

«Il faut du changement»

Bien que le candidat de "En Marche!" ait été largement plébiscité au Grand-Duché, il semble que ce soit davantage pour faire barrage au FN que certains se sont déplacés ce dimanche, que vraiment pour apporter un vote d'adhésion au candidat favori. Un seul mot revient sans cesse: la peur. 

Françoise, canne en main, fouille dans son sac à la recherche de sa carte d'électeur tout en nous expliquant qu'elle n'est pas «tout à fait pour Macron, mais que le FN, ce n'est pas possible». Elle qui ne venait pas souvent voter, n'a pas hésité ce coup-ci. «Je fais clairement barrage au FN aujourd'hui. Je serais très déçue et triste si Marine Le Pen l'emporte», explique-t-elle.

A la sortie du bureau de vote, nous trouvons tout de même un fier partisan d'Emmanuel Macron. Pour Marc, «c'est normal pour un expatrié de voter contre Marine Le Pen». Il comprend que beaucoup de personnes viennent voter ce dimanche «par dépit», mais pour lui, le candidat de "En Marche!" incarne le changement espéré par les Français. «Il propose autre chose. Il est jeune, il sort de nulle part et cela ne me fait pas peur de lui confier les clés du pays. Il faut du changement!» explique-t-il.

Près de 24.000 personnes sont inscrites sur les listes électorales au Luxembourg pour cette élection. Mais la mobilisation sera-t-elle aussi importante qu'au premier tour?

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Emmanuel Macron a été élu dimanche président de la République avec 66,10% des voix, contre 33,90% à Marine Le Pen (résultats définitifs Intérieur). Le candidat d'En Marche!, 39 ans, devient le 8e président de la Ve République avec une victoire très nette sur la candidate du Front national, 48 ans.
French president-elect Emmanuel Macron delivers a speech at the Pyramid at the Louvre Museum in Paris on May 7, 2017, after the second round of the French presidential election.
Emmanuel Macron was elected French president on May 7, 2017 in a resounding victory over far-right Front National (FN - National Front) rival after a deeply divisive campaign, initial estimates showed. / AFP PHOTO / Patrick KOVARIK
C'est le résultat d'un sondage TNS-Ilres publié ce mois de mai à propos du choix des Luxembourgeois, s'ils devaient voter pour la Présidentielle française du dimanche 7 mai.
Le candidat d'En Marche! réunit 41,5% des suffrages de ce premier tour de l'élection présidentielle française au Luxembourg, devant François Fillon (31,4%) et Jean-Luc Mélenchon (9,6%).
Présidentielle à Luxembourg, Foto Lex Kleren
Les Français du Luxembourg aux urnes
Près de 24.000 personnes inscrites sur les listes électorales, un taux de participation de 50% à 16 heures 30: les Français du Luxembourg sont nombreux à s'être rendus au lycée Vauban, ce dimanche, pour le premier tour de l'élection présidentielle. Nous sommes allés leur demander pour qui ils avaient voté.
Présidentielle à Luxembourg, Foto Lex Kleren