Changer d'édition

Marée noire de manifestants à l'aéroport de Hong Kong
Luxembourg 12.08.2019

Marée noire de manifestants à l'aéroport de Hong Kong

Des centaines de manifestants ont amené, lundi, à la fermeture de l'aéroport de Hong Kong. Le 8e aéoroport du monde en termes de passagers.

Marée noire de manifestants à l'aéroport de Hong Kong

Des centaines de manifestants ont amené, lundi, à la fermeture de l'aéroport de Hong Kong. Le 8e aéoroport du monde en termes de passagers.
Photo: AFP
Luxembourg 12.08.2019

Marée noire de manifestants à l'aéroport de Hong Kong

Des milliers de contestataires ont afflué, lundi, dans le hall des arrivées tous vêtus à la couleur du mouvement prodémocratie qui secoue l'ancienne colonie britannique rétrocédée en 1997 à la Chine.

(AFP) - Les voyageurs arrivant, ce lundi 12 août, à l'aéroport de Hong Kong ont été salués par des milliers de militants prodémocratie scandant «Combattez avec Hong Kong, combattez pour la liberté !». La plupart des manifestants portaient des vêtements noirs, signes caractéristiques du mouvement, des casques de chantier ou des masques à gaz. 

 Beaucoup ont ajouté un nouvel accessoire lundi: un bandeau ou un cache sur l'œil pour rendre hommage à une femme qui a été grièvement blessée au visage dimanche soir lors d'une manifestation. La femme, qui n'a pas été identifiée, aurait été heurtée par des projectiles lancés par la police, et aurait perdu la vue selon des rumeurs.

Slogans en rouge

Des images de son visage baigné de sang alors qu'elle gisait sur le sol sont rapidement devenues virales et figuraient sur des affiches appelant à manifester. «Les policiers de Hong Kong nous tuent», pouvait-on lire sur une banderole brandie par un manifestant. «Hong Kong n'est plus sûre», disait une autre. Sur les murs, colonnes et barrières de l'aéroport, les manifestants ont écrit en rouge «Oeil pour œil» en anglais et en chinois.

Certains manifestants ont assuré que l'aéroport avait été choisi comme lieu de manifestation parce qu'ils pensaient que la police ne lancerait pas de gaz lacrymogène en présence de visiteurs internationaux. «La police n'agira pas déraisonnablement car si des ressortissants d'autres pays voyaient comment la police peut venir et frapper les gens, ce ne serait pas sérieux», a dit Kelvin Liu, un étudiant de 19 ans présent à la manifestation. 

Effectivement, la situation a duré plusieurs heures sous le regard quelque peu étonné des passagers débarquant à l'aéroport.

L'aéroport de Hong Kong a annulé tous les départs lundi pour le reste de la journée en raison des protestations incessantes.  


Sur le même sujet

Accalmie à l'aéroport de Hong Kong, tourmente en ville
Les manifestants prodémocratie avaient quitté l'aéroport international de Hong Kong mercredi matin après deux jours de rassemblements de masse qui ont pris un tour violent et plongé le hub financier international un peu plus profondément dans la tourmente.
Passengers check the status of their flights on an electronic board at Hong Kong international airport on August 14, 2019. - Flights were departing Hong Kong airport largely on schedule morning on August 14, a day after pro-democracy protesters caused chaos with a disruptive sit-in that paralysed the busy transport hub. (Photo by Philip FONG / AFP)
La crainte d'«un chemin sans retour» à Hong Kong
Au lendemain de la fermeture inédite de l'aéroport de l'ancienne colonie britannique en raison d'une manifestation, la cheffe de l'exécutif, pro-Pékin, estime mardi que la crise politique en cours mènera la ville «dans une situation inquiétante et dangereuse».
TOPSHOT - CORRECTION - Pro-democracy protesters gather against the police brutality and the controversial extradition bill at Hong Kong's international airport on August 12, 2019. - Hong Kong airport authorities cancelled all remaining departing and arriving flights at the major travel hub on August 12, after thousands of protesters entered the arrivals hall to stage a demonstration. (Photo by Manan VATSYAYANA / AFP) / CORRECTING THE WHOLE CAPTION
Les manifestants «tentent de détruire Hong Kong»
La cheffe de l'exécutif de la province spéciale pro-Pékin, Carrie Lam, a attaqué lundi de manière frontale les opposants de rue en les accusant de chercher à déstabiliser la mégapole asiatique, dont les transports en commun étaient paralysés par des opérations de blocage.
Hong Kong Chief Executive Carrie Lam (C) listens to a question during a press conference in Hong Kong on August 5, 2019. - Hong Kong's embattled pro-Beijing leader accused pro-democracy protesters of trying to "destroy" the financial hub in a dramatic escalation of rhetoric as the financial hub is rocked by two months of rallies and clashes. (Photo by Anthony WALLACE / AFP)
Hong Kong sous pression internationale
L'ancienne colonie britannique fait face aux critiques croissantes des pays occidentaux ce jeudi, suite à un projet de loi controversé sur l'extradition, qui a plongé le territoire autonome dans ses pires violences politiques depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.