Changer d'édition

Marc Spautz renonce à devenir tête de liste
Luxembourg 16.02.2016 Cet article est archivé
Elections législatives 2018

Marc Spautz renonce à devenir tête de liste

Marc Spautz «veut tout faire afin que le CSV soit à nouveau en position de prendre la responsabilité gouvernementale» après les législatives de 2018.
Elections législatives 2018

Marc Spautz renonce à devenir tête de liste

Marc Spautz «veut tout faire afin que le CSV soit à nouveau en position de prendre la responsabilité gouvernementale» après les législatives de 2018.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 16.02.2016 Cet article est archivé
Elections législatives 2018

Marc Spautz renonce à devenir tête de liste

Maurice FICK
Maurice FICK
Le président du CSV, Marc Spautz, renonce à devenir tête de liste du parti chrétien-social dans la perspective des élections législatives de 2018. Il n'est pas surpris de la déclaration de candidature de Claude Wiseler, chef de fraction du parti, pour conduire la liste.

(MF avec ml) - Le président du CSV, Marc Spautz, renonce à devenir tête de liste du parti chrétien-social dans la perspective des élections législatives d'octobre 2018. Il n'est, en revanche, pas surpris de la déclaration de candidature du chef de fraction du parti, Claude Wiseler, qui veut être tête de liste du CSV comme il l'a fait savoir ce mardi matin sur les ondes de RTL.

«Les nouveaux statuts du parti prévoient que le chef du parti accompagne le processus de sélection du futur candidat à la tête de liste. Mais en tant que tête de liste je ne pourrais par bénéficier de ce droit. En tant que chef du parti, je veux tout faire afin que le CSV soit à nouveau en position de prendre la responsabilité gouvernementale suite aux élections législatives», a déclaré Marc Spautz à l'égard du Luxemburger Wort.

A la mi-janvier, Marc Spautz avait souligné dans une interview accordée au Wort que ceux qui annoncent trop tôt leur candidature, sortaient souvent perdants de la course. La première priorité, avait alors déclaré le chef du CSV, sont les élections communales qui auront lieu en octobre 2017.

Le débat sur la tête de liste CSV a été déclenché non pas par lui, ni par Claude Wiseler, mais par la presse, pose Marc Spautz. Il a assuré qu'on s'en tiendrait aux statuts. La procédure de nomination des candidats à la tête de la liste prendra encore un certain temps, estime Marc Spautz. Selon les statuts, le candidat sera désigné par une convention. Ce n'est qu'une fois la procédure achevée, que Marc Spautz prendra position.


Sur le même sujet

La modification des statuts du parti chrétien-social est scellée. Lors de son congrès national, samedi, la formation conduite par Claude Wiseler, a défini ses priorités pour ne pas rater les élections en 2023.
Cinq mois que Claude Wiseler a repris les rênes du parti chrétien-social, une formation désunie sur le fond des idées et tiraillée en interne. Samedi 25 septembre, le président du CSV tentera de remettre le parti en ordre de marche pour les scrutins de 2023 notamment.
C'est acté. Le CSV, de loin le premier parti au parlement (21 sièges sur 60) se retrouve pour la seconde fois chef de file de l'opposition. Ses deux leaders, Claude Wiseler, président de la fraction, et Marc Spautz, président du parti, libèrent leur siège. Une femme venue du Nord en a déjà pris un.
Le 16 octobre 2018 à Luxembourg-Belair: Claude Wiseler (à gauche) et Marc Spautz, les deux figures des élections 2018 se retrouvent face au comité national élargi du CSV.