Changer d'édition

Manifestation le 4 juin à Luxembourg : Secteurs santé, soins et socio-éducatif: «Nous irons aussi loin qu'il le faut»
Nora Back, secrétaire centrale du Syndicat Santé, Services sociaux et éducatifs de l'OGBL (à gauche): «Les Ententes patronales vont carrément contre les conditions de travail de leurs employés».

Manifestation le 4 juin à Luxembourg : Secteurs santé, soins et socio-éducatif: «Nous irons aussi loin qu'il le faut»

Photo: Maurice Fick
Nora Back, secrétaire centrale du Syndicat Santé, Services sociaux et éducatifs de l'OGBL (à gauche): «Les Ententes patronales vont carrément contre les conditions de travail de leurs employés».
Luxembourg 2 min. 03.05.2016

Manifestation le 4 juin à Luxembourg : Secteurs santé, soins et socio-éducatif: «Nous irons aussi loin qu'il le faut»

Maurice FICK
Maurice FICK
«La patience des salariés a touché à sa fin!» Les négociations des deux conventions collectives applicables dans les hôpitaux et dans les secteurs d'aide et de soins et du secteur social sont dans l'impasse. L'OGBL et le LCGB sont décidés à faire entendre la voix des plus de 23.000 salariés et organisent une grande manif le 4 juin au coeur de Luxembourg.

(MF) - «La patience des salariés a touché à sa fin!» Les négociations des deux conventions collectives applicables dans les hôpitaux et dans les secteurs d'aide et de soins et du secteur social sont dans l'impasse. L'OGBL et le LCGB sont décidés à faire entendre la voix de plus de 23.000 salariés et organisent une grande manif le 4 juin au coeur de Luxembourg. Le cortège partira à 11 heures près de la Gare centrale en direction de la Place Clairefontaine.

Pour mobiliser largement les salariés du secteur hospitalier, du secteur des soins aux personnes âgées, de l'encadrement des handicapés mais aussi des enfants dans les crèches et Maisons relais, etc. mais aussi le grand public -puisque chacun de nous a besoin de leurs services un jour ou l'autre- les deux syndicats travaillent déjà en coulisses et organiseront le mardi 10 mai une vaste opération de distribution de tracts à l'heure du déjeuner à Luxembourg. Elle s'achèvera vers 14 heures devant la Chambre des députés.

Cette fois, la coupe est pleine. Les salariés subissent «une pression très forte dans ces secteurs», et «les Ententes patronales vont carrément contre les conditions de travail de leurs employés», assure Nora Back, une secrétaire centrale du Syndicat Santé, Services sociaux et éducatifs de l'OGBL remontée.

«La patience des 25.000 salariés a touché à sa fin!», lance Céline Conter secrétaire syndicale du LCGB en charge de la politique sociale. Avant d'expliquer qu'«avec le cortège du 4 juin nous devons poser un signe fort et montrer que nous sommes déterminés. Pour que chacun comprenne que la coupe est pleine!»

«Grande discrimination» dans la reconnaissance des professions

Après plusieurs décennies de lutte pour la revalorisation des carrières des professions de santé et socio-éducatives, rien n'a changé sous le soleil luxembourgeois pour ces salariés qui soignent, aident et accueillent ceux qui en ont besoin. Une «grande discrimination» subsiste à l'encontre de ces salariés privés qui travaillent pour le secteur public et dont les groupes de professions ne bénéficient pas de la même reconnaissance que d'autres professions au niveau de diplôme semblable dans la fonction publique.

«En comparaison avec d'autres métiers qui nécessitent les même études, ils gagnent des centaines d'euros en moins par mois!», balance Nora Back en donnant l'exemple d'«un éducateur qui a une 14e et qui est payé comme une 11e» ou encore d'un «infirmier spécialisé qui a deux BTS et qui ne reçoit même pas la paie d'une 13e!» Sans compter que «tous ces métiers ont évolué au fil des années et que les exigences sont toujours plus grandes.»

Et puis, il y a surtout le problème de l'application de l'article 28 des deux conventions collectives FHL (Fédération des Hôpitaux Luxembourgeois) et SAS (Secteur d'Aide et de soins et secteur Social) qui prévoit la même enveloppe de la Fonction publique pour les deux conventions.

De sorte que l'accord salarial et la réforme de la fonction publique actées en mars 2015 doivent être transposés dans les deux conventions collectives. Une revendication forte des syndicats restée lettre morte jusqu'ici.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Maison de soins de Bettembourg: les grévistes «ne lâcheront rien», Sodexo non plus
Des salariés de la maison de soins «An de Wisen» à Bettembourg ont entamé une grève illimitée mercredi. C'est un «crève-cœur» d'être sur le trottoir au lieu de s'occuper des pensionnaires, «mais on est là pour défendre nos droits», assure un délégué du personnel. Le directeur des activités seniors chez Sodexo assure que la grève ne gêne «pas du tout» le fonctionnement interne de la maison et qu'il ne «cédera en aucun cas».
Maisons de soins: une grève illimitée démarre chez Sodexo à Bettembourg
«99% des salariés ont voté pour la grève! Nous commencerons donc une grève à durée indéterminée mercredi matin devant la maison de soins de Bettembourg. Suivront Bertrange et les établissements de Zitha Senior», annonce Nora Back de l'OGBL. La coupe déborde pour 350 salariés du secteurs d'aides et de soins qui passent à l'action.
"S'adapter aux nouvelles réalités"
Quel rôle pour les syndicats dans un monde du travail en pleine mutation? Quels défis pour le premier syndicat de la place financière? Dans le cadre du 100e anniversaire de l'Aleba, son président Roberto Scolati évoque les enjeux passés et à venir.
L'Aleba compte plus de 10.000 membres et dispose de 700 délégués du personnel.
«Une convention de grande qualité»
Après s'être astreint à un silence médiatique le temps des discussions, le directeur de l'Association des Banques et Banquiers du Luxembourg (ABBL), Serge de Cillia, s'exprime pour la première fois sur les revendications patronales et l'accord de principe trouvé avec les syndicats.
Serge de Cillia se montre satisfait, mais ne crie pas victoire: «L'accord est le fruit de concessions réciproques.»