Changer d'édition

Mandaté par la SNCB: Un chauffeur belge agressé au volant de son bus au Luxembourg
Luxembourg 03.03.2017

Mandaté par la SNCB: Un chauffeur belge agressé au volant de son bus au Luxembourg

Mandaté par la SNCB: Un chauffeur belge agressé au volant de son bus au Luxembourg

infotec.be
Luxembourg 03.03.2017

Mandaté par la SNCB: Un chauffeur belge agressé au volant de son bus au Luxembourg

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Le 23 février dernier, l’un de ses passagers l’a contraint, sous la menace, à changer d’itinéraire. Il a déposé plainte.

Par Nadia Lallemant

Un chauffeur de la SPRL Taxi de la Salm, implantée à Vielsalm (B), a été violemment agressé par l’un de ses passagers alors qu’il circulait au Luxembourg, à la demande de la SNCB.

Il a déposé plainte à la police grand-ducale. «Le 23 février dernier, le bus du TEC, qui circulait entre Aywaille et Gouvy, en raison des travaux sur la ligne ferroviaire 42, a pris du retard », narre-t-il.

Le chauffeur de bus a déposé plainte au Luxembourg
Le chauffeur de bus a déposé plainte au Luxembourg
Nadia Lallemant

«Quand les passagers sont arrivés en gare de Gouvy, le dernier train pour Luxembourg était déjà parti. La SNCB m’a téléphoné à 22h30 pour me demander de conduire 16 personnes à la gare de Troisvierges mais là, il n’y avait plus de train pour Luxembourg.»

Le chauffeur contacte alors la SNCB qui lui conseille de décharger les passagers dans les gares grand-ducales de leur choix. «J’en ai déposé deux à Troisvierges, un à Clervaux et un autre à Mersch», poursuit-il.

Frappé violemment à la tête

«Il était convenu que je décharge les autres à la gare de Luxembourg. En cours de route, un passager, âgé d’une quarantaine d’années, très énervé, s’est levé et a fait mine de me frapper. Menacé par cet individu, je me suis rendu, à sa demande, au centre d’accueil pour réfugiés au Kirchberg. Les deux gardes à l’entrée lui ont dit qu’il n’y avait pas de place et qu’il devait aller au centre de Strassen. J’ai refusé de l’y conduire et il m’a frappé violemment à la tête, alors j’ai repris le volant.»

Le Salmien s’est arrêté à proximité d’une aire de stationnement pour taxis et a donné l’alerte. «Deux combis sont arrivés rapidement et les douze passagers ont été embarqués par la police grand-ducale.»

Le Salmien a envoyé un courrier à la direction de la SNCB. Thierry Ney, porte-parole, précise que la responsabilité de la SNCB n’est nullement engagée. «Nous avons effectivement commandé ce bus alternatif pour permettre à nos clients d’atteindre leur destination», explique-t-il. «Nous ne sommes pas responsables de leurs agissements pendant le trajet.»


Sur le même sujet

Les frontaliers ne voient pas le bout du tunnel
Après les multiples grèves place aux travaux. Depuis le 14 juillet, la voie ferrée reliant Bettembourg à Luxembourg est fermée jusqu'au 24 août. Le vase déborde pour les frontaliers qui enchaînent les problèmes ferroviaires quotidiens depuis le mois d'avril.
Incident à Bettembourg vendredi soir: «Toutes les lignes» ferroviaires touchées: «c'est le chaos à Luxembourg!»
Grosse pagaille sur le réseau ferroviaire luxembourgeois, vendredi soir. Une panne intervenue vers 18h20 au poste directeur de Bettembourg (le même qui avait été inondé) bloque la liaison ferroviaire entre la France et le Luxembourg mais aussi en direction du Nord. Près de 1.000 usagers de retour à la gare de Luxembourg ont longtemps attendu leurs bus de substitution. Peu avant 21 heures seulement, les CFL annonçaient la reprise progressive de la circulation.
19h50: plus de 1.000 personnes se retrouvent à la gare centrale de Luxembourg où elles sont bloquées: pas de bus comme annoncé par les CFL.