Changer d'édition

Malgré le covid, l'hôpital doit retrouver du souffle
Luxembourg 4 min. 23.11.2020 Cet article est archivé

Malgré le covid, l'hôpital doit retrouver du souffle

Pour Paulette Lenert et Xavier Bettel, la disponibilité des lits en soins normaux et intensifs constitue «l'indicateur suprême».

Malgré le covid, l'hôpital doit retrouver du souffle

Pour Paulette Lenert et Xavier Bettel, la disponibilité des lits en soins normaux et intensifs constitue «l'indicateur suprême».
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 23.11.2020 Cet article est archivé

Malgré le covid, l'hôpital doit retrouver du souffle

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les infections d'aujourd'hui entraîneront immanquablement des hospitalisations par la suite. Face à des services de santé déjà sous pression, le gouvernement n'avait d'autres choix que de réagir. C'est fait, maintenant... patience.

«Nous voulons avoir des marges pour la suite des événements.» D'emblée, lundi, quand il s'est agi au Premier ministre de rappeler pourquoi il allait proposer à la Chambre de voter de nouvelles mesures anti-covid, il a été question des capacités hospitalières. Car si le nombre des victimes de l'épidémie au Grand-Duché est regrettable (266), celui des infections impressionne (3.842 nouveaux cas en sept jours), que les hôpitaux aient été obligés de passer en phase 4 constitue un signe plus préoccupant encore de l'état de santé du pays.

Depuis mardi, les quatre centres hospitaliers ont pour consigne ferme de bouleverser leurs manières de faire. La priorité étant de libérer plus de lits et plus de personnels pour accueillir des patients covid en plus grand nombre qu’aujourd’hui (242). Car c'est ce qui attend inévitablement les services de santé d'ici quelque temps face à un niveau de contaminations «trop élevé». Aussi pour Xavier Bettel et Paulette Lenert était-il (plus que) temps de réagir. «Les dernières baisses ne suffisent plus à justifier le rythme de croisière des semaines passées», estime le Premier ministre.

Car à l'hôpital la situation est devenue «inacceptable à la longue», pour reprendre les mots de la ministre de la Santé. «Nous ne pouvons pas nous permettre que des soins ou des opérations normales n'aient plus lieu», complète Xavier Bettel. C'est pourtant le cas depuis une semaine, et le déclenchement de cette fameuse phase 4. Et puis, le pays ne pourrait supporter trop longtemps de se retrouver à court de lits de soins intensifs. Le risque est pourtant bien là. Car non seulement les patients covid affluent en grand nombre ces derniers jours, mais leur prise en charge (intubation notamment) implique des séjours plus longs, privant potentiellement de place et de soignants expérimentés l'arrivage suivant.

En faisant le choix de fermer cafés et restaurants, le gouvernement fait le pari de mieux contenir une possible source de contamination. En tout cas, il clôt pour trois semaines un lieu d'interactions où le port du masque n'est pas possible et où, donc, le virus peut circuler plus facilement. Jusqu'au 15 décembre, priver les résidents de sorties au bar ou pour un dîner pourrait, espère le gouvernement, faire retomber la courbe des infections. Et donc diminuer la pression sur les hôpitaux.

Un confinement sec engendre bien trop de dégâts collatéraux

Xavier Bettel

Ce que ne voudraient pas Paulette Lenert et Xavier Bettel c'est à se retrouver dans une impasse avec des capacités hospitalières débordées. A l'image de certains centres de santé en France lors de la première vague. «La situation est tendue», évoque la ministre de la Santé frissonnant à la pensée d'une multiplication toujours à craindre de clusters dans le pays. 

Avec ce énième serrage de vis, le gouvernement anticipe aussi la fin décembre. D'avance, on sait qu'il faut faire au mieux pour redonner plus de capacités aux hôpitaux car avec Noël et Nouvel An, les vacances et les retrouvailles familiales, il y a bien «risque de brassage et donc d'explosion» des nouvelles infections. Il ne faudrait pas que ce nouveau remous de la seconde vague se heurte à des services de santé affichant déjà complet.

Cette fois encore, il est donc question de «tirer le frein à main» avec la douzaine de mesures qui seront proposées à la Chambre, mercredi. Un trop petit pas jugeront certains; «suffisant» plaide le Premier ministre. En politique libéral (DP), il cherche encore pour cet épisode «l'équilibre entre restrictions et libertés».

"Alors même si sanitairement le plus efficace serait le lockdown ferme comme au printemps, Xavier Bettel ne s'y résout pas. «Un confinement sec engendre beaucoup trop de dégâts collatéraux pour nos entreprises, comme pour le bien-être de notre population», argumente-t-il.


12.11.2020, Bayern, Freising: Eine Frau hält am Flughafen München in einem Covid-19 Testcenter einen Antigen-Schnelltest zum COVID-19-Antikörper-Nachweis in den Händen. Lufthansa startet erste Probeläufe, sämtliche Passagiere vor Flugantritt auf das Corona-Virus zu testen. Auf einzelnen Flügen sollen alle Passagiere einen für sie kostenfreien Antigen-Schnelltest ablegen. Erst nachdem ein negatives Ergebnis vorliegt, wird die Bordkarte freigeschaltet. Foto: Sven Hoppe/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
75.000 tests rapides attendus pour le 20 novembre
Compte tenu des imprécisions de certains kits, la direction de la Santé a choisi de limiter leur usage à certains dépistages. Ainsi les seniors et les enfants auront encore intérêt à subir le test PCR en usage jusqu'à présent.

Aux hôpitaux donc de jouer aux bons petits soldats, comme depuis sept mois. Aux médecins, infirmières, aide-soignants et autres personnels de résister au jour le jour à l'effort, à la peine, aux incessants flux et reflux du virus. Ces personnels sont fatigués, en nombre restreint, mais agissent pour le bien de tous. Alors restreindre ses sorties au nécessaire, porter un masque, se laver les mains, se priver d'un dîner dehors ou accepter sans broncher de ne pas aller à la salle de fitness, ce serait un joli cadeau à leur faire. A eux d'abord, «mais cet effort collectif nous permettra ensuite une meilleure prise en charge de tous». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'arrêt des bars et restaurants sera soumis au vote de la Chambre mercredi avec effet immédiat. La mesure a été confirmée lundi par Xavier Bettel «même si ces lieux ne sont pas des hot-spots» covid.
Spanish chef Paco Roncero (C) works in the kitchen with his team in his restaurant at the Casino of Madrid in the Spanish capital on November 13, 2020. - Spain has been one of the countries worst affected by the coronavirus pandemic and while its tourism-dependent economy generally did better in the third quarter, a resurgence in cases has led to new restrictions which many fear will once again hit business hard. (Photo by Gabriel BOUYS / AFP)
La force retrouvée de l'épidémie covid contraint le Premier ministre à proposer aux députés de voter des amendements plus restrictifs dès les prochains jours. En jeu, non seulement l'état de santé de la population mais aussi celui du système hospitalier, de l'économie et la confiance accordée aux dirigeants.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Mundschutz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Compte tenu des imprécisions de certains kits, la direction de la Santé a choisi de limiter leur usage à certains dépistages. Ainsi les seniors et les enfants auront encore intérêt à subir le test PCR en usage jusqu'à présent.
12.11.2020, Bayern, Freising: Eine Frau hält am Flughafen München in einem Covid-19 Testcenter einen Antigen-Schnelltest zum COVID-19-Antikörper-Nachweis in den Händen. Lufthansa startet erste Probeläufe, sämtliche Passagiere vor Flugantritt auf das Corona-Virus zu testen. Auf einzelnen Flügen sollen alle Passagiere einen für sie kostenfreien Antigen-Schnelltest ablegen. Erst nachdem ein negatives Ergebnis vorliegt, wird die Bordkarte freigeschaltet. Foto: Sven Hoppe/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Alors que le nombre d'hospitalisations pour cause de covid bat des records, les centres hospitaliers du pays s'organisent, à l'image du CHEM. Des transferts de patients sont ainsi mis en place, non pour soulager les services, mais pour assurer une meilleure prise en charge des malades.
Anticiper tout risque de saturation. Voilà l'objectif de plusieurs hôpitaux de la région Grand Est qui ont procédé jeudi et vendredi à des transferts vers l'Allemagne de patients atteints du covid-19.
Healthcare workers transport a Covid-19 patient to the largest Czech hospital in Prague's Motol district, on November 6, 2020, amid the novel coronavirsu / Covid-19 pandemic. - Five patients in serious condition were transported from regional hospitals with limited capacity to the Motol Hospital. (Photo by Michal Cizek / AFP)