Changer d'édition

Maladies neurodégénératives: Un espoir pour les personnes atteintes de Parkinson

Maladies neurodégénératives: Un espoir pour les personnes atteintes de Parkinson

Photo: Shutterstock
Luxembourg 05.08.2014

Maladies neurodégénératives: Un espoir pour les personnes atteintes de Parkinson

Des scientifiques de l'université du Luxembourg ont réussi, pour la première fois, à implanter de manière stable dans le cerveau de souris des cellules nerveuses produites à partir de cellules de la peau.

Six mois après l'implantation, les cellules nerveuses étaient totalement intégrées dans le cerveau et fonctionnaient parfaitement. Cette implantation réussie des cellules nerveuses laisse espérer la future mise au point de traitements permettant de remplacer les cellules nerveuses malades du cerveau par des cellules en bonne santé, par exemple chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Dans le cadre de leurs dernières expériences, les chercheurs ont réussi, en collaboration avec leurs collègues du Max Planck Institut, de la clinique universitaire de Münster et de l’Université de Bielefeld, à produire un tissu nerveux stable dans le cerveau à l’aide de cellules nerveuses qui avaient été précédemment reprogrammées à partir de cellules de la peau.

Cette manœuvre des chercheurs, qui consiste à produire des cellules nerveuses appelées cellules souches neurales induites (iNSC) à partir de cellules de la peau de l’organisme dans une éprouvette, améliore considérablement la tolérance des cellules implantées.

Les souris traitées ne présentaient aucun effet secondaire défavorable, même six mois après l’implantation, opérée dans les régions cérébrales de l’hippocampe et du cortex. Au contraire: les cellules nerveuses implantées ont été pleinement intégrées dans le réseau complexe du cerveau. Elles présentaient une activité normale et étaient connectées aux cellules cérébrales d’origine par de nouvelles synapses, terme qui désigne les points de contact entre les cellules nerveuses.

À l’avenir, les cellules nerveuses implantées devraient produire la dopamine manquante directement dans le cerveau des patients et la transporter aux bons endroits. Cette piste pourrait aboutir à terme à un véritable remède contre la maladie, toujours incurable aujourd’hui.

Les chercheurs du Luxembourg ont publié leurs résultats dans le dernier numéro de la revue "Stem Cell Reports".