Changer d'édition

Maladie de Lyme: la France avance, et le Luxembourg?
Luxembourg 4 min. 11.10.2016 Cet article est archivé
Tania Silva réagit

Maladie de Lyme: la France avance, et le Luxembourg?

Le Luxembourg prendra-t-il bientôt exemple sur ses voisins allemands et français pour la prise en charge de la maladie de Lyme?
Tania Silva réagit

Maladie de Lyme: la France avance, et le Luxembourg?

Le Luxembourg prendra-t-il bientôt exemple sur ses voisins allemands et français pour la prise en charge de la maladie de Lyme?
Photo: Shutterstock
Luxembourg 4 min. 11.10.2016 Cet article est archivé
Tania Silva réagit

Maladie de Lyme: la France avance, et le Luxembourg?

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Le 29 septembre dernier, nos voisins français ont lancé un vaste plan de lutte national contre la maladie de Lyme, désormais prise au sérieux. Au Luxembourg, les actions concrètes tardent à venir.

Par Christelle Brucker

Cet été, dans l'hebdomadaire L'Obs consacré à la maladie de Lyme et les controverses auxquelles elle est associée, 100 médecins lançaient un cri d'alarme au gouvernement français "face à l'urgence" de la situation.

Une mobilisation sans précédent, pour tenter de faire bouger les autorités et d'éviter aux patients des années d'errance, des erreurs de diagnostic et beaucoup de souffrances, et aux médecins, des risques de sanctions par la caisse d'assurance maladie voire carrément des poursuites judiciaires.

Comme ces deux professionnels de santé ayant aidé de nombreux malades atteints de Lyme en s'affranchissant des protocoles officiels dont le procès en appel s'est ouvert le 7 octobre. La biologiste Viviane Schaller et le pharmacien Bernard Christophe risquent 9 mois de prison avec sursis pour avoir aidé des patients hors des protocoles réglementaires. 

Un plan "historique" vient d'être lancé

Les associations et le professeur Christian Perronne, qui était venu soutenir Tania Silva lors de son passage à la Chambre des députés, ont été reçus au ministère où on leur a présenté le nouveau plan.

Le professeur ne cache pas sa satisfaction: "C'est la reconnaissance qu'il y a effectivement un grave problème de santé publique avec la maladie de Lyme chronique, que les tests diagnostics ne sont pas très fiables, que le traitement antibiotique de trois semaines n'est pas suffisant dans bon nombre de cas."

Il salue un "énorme pas en avant" notamment avec le partenariat avec la caisse d'assurance maladie pour stopper les poursuites à l'encontre des médecins qui soignent leurs patients avec des méthodes alternatives.

Le plan prévoit: 

  • une meilleure connaissance des tiques, avec une cartographie de leur présence sur le territoire, une application smartphone pour signaler les lieux de prolifération, et une évaluation des répulsifs,
  • une meilleure information à destination du public près des forêts et autres lieux à risques,
  • la création d'un bilan standardisé et d'un protocole de diagnostic et de soins assuré notamment par des centres spécialisés qui verront le jour dans chaque région,
  • la définition de critères médicaux pour la reconnaissance de la maladie de Lyme comme affection de longue durée prise en charge à 100% par la caisse d'assurance maladie,
  • le lancement de nouveaux travaux de recherche au sein du prestigieux Institut Pasteur pour développer de nouveaux outils de diagnostics.

Tania Silva: "La vie des Français va changer"

Il y a un an, Tania Silva décidait de ne plus se taire. Elle se confiait au Luxemburger Wort sur ses souffrances au quotidien, déclenchant un torrent de réactions bienveillantes de la part du public et aussi les premières interrogations au niveau politique

Fer de lance du combat pour une meilleure prise en charge de la maladie de Lyme au Luxembourg, elle accueille avec enthousiasme l'annonce du gouvernement français.

Il y a un an, en octobre 2015, Tania Silva racontait son histoire au Luxemburger Wort pour alerter le public sur les dangers des tiques
Il y a un an, en octobre 2015, Tania Silva racontait son histoire au Luxemburger Wort pour alerter le public sur les dangers des tiques
Photo: Chris Karaba

"Je pense que le 29 septembre marque un grand jour pour la France, pour les malades et pour les médecins: les patients ne seront plus considérés comme des malades psychiatriques mais des personnes souffrant d'une maladie chronique évolutive à trois stades dont le fameux stade tertiaire si difficile à diagnostiquer et à soigner." 

"C'est un pas timide mais ferme. Vouloir mettre fin à l'errance médicale est la meilleure décision, elle était presque inespérée pour nous, malades et associations. C'est une grande ambition. La vie des Français va changer, car la maladie entraîne souvent un enchaînement d'injustices si elle n'est pas diagnostiquée. Certains perdent tout, leur famille, leur travail, leur maison..."

Au Luxembourg, une campagne "bien trop timide"

"Beaucoup de médecins français ne niaient pas l'existence de la maladie de Lyme chronique mais ils étaient pieds et poings liés face aux risques de poursuites judiciaires. Ils étaient obligés de sortir des recommandations officielles de 2006 s'ils souhaitaient soigner le Lyme chronique. Le ministère s'est engagé à ne plus les poursuivre, nous espérons que ça encouragera les médecins à soigner les malades!"

"Au Luxembourg, la situation n'a pas bougé depuis la campagne de prévention qui a été bien trop timide", estime la jeune femme. Avec son association, Lyme Lux asbl, elle ne compte pas en rester là et travaille avec son avocate sur la meilleure façon de poursuivre son combat. Pour que la vie des Luxembourgeois change, elle aussi.


Sur le même sujet

Le ministère de la Santé alerte la population sur les risques liés aux morsures de tiques au Luxembourg. Comment se prémunir? Quoi faire en cas de morsure? Un site web d'information est lancé, des dépliants vont être distribués, et chacun pourra demander gratuitement une pince à tique.
Il y a un an, Tania, atteinte de la forme chronique de la maladie de Lyme, passait son réveillon dans son lit, en pleurs. Ce 31 décembre, elle est plus que jamais debout, prête à défendre sa cause devant les députés.
Pour que la maladie de Lyme chronique soit reconnue
Si vous souhaitez agir, vous pouvez signer la pétition publique en ligne, faire un don à l'association ALBL ou rejoindre page et groupe actifs sur Facebook.
Participez à l'enquête en ligne de l'association ALBL ou rejoignez leur page Facebook
Ce médecin luxembourgeois a accepté de nous parler mais a souhaité préserver son anonymat. Il connaît bien la maladie de Lyme chronique et traite régulièrement des patients en grande souffrance physique et psychique.
Désespérés, les patients appellent à l'aide
La borréliose de Lyme chronique n'est pas "reconnue" par le monde médical comme une maladie en tant que telle. Des patients en souffrance mettent parfois des années à obtenir un diagnostic et un suivi. Au Luxembourg, Tania Silva tente de faire bouger le gouvernement.