Changer d'édition

Maintenant, causons vaccinations...
Luxembourg 4 min. 04.12.2020 Cet article est archivé

Maintenant, causons vaccinations...

Politik, Paulette Lenert und Xavier Bettel, PK Covid  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort

Maintenant, causons vaccinations...

Politik, Paulette Lenert und Xavier Bettel, PK Covid Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Luxembourg 4 min. 04.12.2020 Cet article est archivé

Maintenant, causons vaccinations...

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A 15h ce vendredi, le Premier ministre et la ministre de la Santé prendront la parole à l'issue du conseil de gouvernement. Une intervention qui portera certainement sur les choix du Luxembourg pour la campagne de vaccination anti-covid à venir.

Petit à petit, chaque Etat lève le voile sur ce que sera sa «stratégie vaccinale». Plan de bataille visant à définir les cibles et les moyens à déployer. Le Royaume-Uni a tiré le premier, en annonçant avoir avalisé le vaccin Pfizer et souhaite débuter les premières injections du sérum à l'échelle du pays dès la semaine prochaine. Pour le Luxembourg, comme pour les autres Etats de l'Union, dépendant de la commande passée par la Commission européenne, le calendrier est un peu plus flou.


La vaccination considérée comme «un geste civique»
Alors que les nouvelles mesures sanitaires doivent entrer en vigueur ce jeudi, Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé, revendique mardi l'ambition de faire descendre le nombre de nouvelles infections à «50 par jour». Et détaille le processus d'inoculation à venir du vaccin.

La Belgique a bien annoncé qu'elle comptait distribuer les premières doses reçues dès le 5 janvier. La France, jeudi, s'est montrée plus floue sur les dates. Le Premier ministre Jean Castex parlant de «courant janvier» pour les premiers bénéficiaires du sérum. A savoir les résidents de maisons de retraite. Suivraient, en fonction des arrivages, les plus de 75 ans, les personnes à risque avant que la «vaccination de masse» ne débute au printemps. On saura donc ce qu'il en est du Grand-Duché, ce vendredi à 15h.

Car Xavier Bettel et Paulette Lenert avaient prévenu : pas question de décider seuls pour le Premier ministre et la ministre de la Santé de l'organisation de la diffusion des 420.000 doses attendues. Le comité national d'éthique a donc été saisi, et il vient de rendre son avis. Base sur laquelle le gouvernement a donc pu faire ses choix. Et c'est peu dire que l'attente est grande de savoir ce qu'il en sera.

Evidemment, il faudra faire un choix. Une fois validé, le vaccin retenu ne pourra être fourni aux Etats membres de l'UE en quantités suffisantes pour protéger l'ensemble de la population. Qui «privilégier» alors? Les seniors (les plus de 70 ans constituant à eux seuls 89% des 339 décès enregistrés) ou plutôt les adultes en âge de travailler tant l'économie est bousculée par l'épidémie? Quid des enfants, dont les infections ne cessent de perturber la scolarité depuis neuf mois bientôt?

Paulette Lenert et Xavier Bettel doivent aussi informer sur qui pratiquera cette vaccination? Un texte avait défini qui pouvait pratiquer les tests antigéniques, l'urgence sanitaire pourrait amener le gouvernement à élargir le champ des personnes agréées pour ces piqûres. Les seuls médecins généralistes, les pharmaciens, tout infirmier diplômé, plus large encore?


La stratégie de vaccination peine toujours à venir
Si le gouvernement doit officiellement présenter dans les jours à venir la manière dont le sérum sera inoculé à la population, très peu d'informations concrètes circulent à ce jour. Alors que le temps presse.

A l'image des centres du Large Scale testing disséminés dans tout le pays, le Luxembourg va-t-il opter pour l'ouverture de lieux dédiés à la vaccination en nombre de ses résidents? Et si oui, quelle option va être retenue : halles sportives ou culturelles affectées à cette mission ou structures plus légères voire itinérantes, comme cela a été envisagé ailleurs?

Se pose également la question des frontaliers. Le gouvernement a fait le choix de les intégrer dans son programme de dépistage du virus. Cette main-d'oeuvre bénéficiera-t-elle du même traitement que celui proposé aux résidents? Et cette vaccination alors : obligatoire ou facultative, gratuite ou payante, en une ou deux injections?


ARCHIV - 16.03.2020, USA, Seattle: Eine Versuchsperson erhält im «Kaiser Permanente Washington Health Research Institute» eine Spritze mit einem potenziellen Impfstoff der US-Biotech-Firma Moderna gegen Covid-19. Ein experimenteller Coronavirus-Impfstoff der Firma Moderna zeigt einer Studie zufolge nach ersten Tests ermutigende Ergebnisse. Foto: Ted S. Warren/AP/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Bettel ne poussera pas à la vaccination
Obligatoire ou facultative la vaccination anti-covid? Le Premier ministre a répondu que, pour sa part, il entendait laisser le choix à chacun. Mais la question ne dépend pas que de lui.

Le flot des interrogations est ainsi aussi long que l'épidémie a duré. A Xavier Bettel et Paulette Lenert de prendre le temps de répondre à la plupart des questions. A charge aussi pour le duo de rassurer une population qui, au vu de l'évolution des infections dans le pays, peine à se projeter pour «le monde d'après». Celui d'après le 15 décembre (date fixée pour une possible révision des règles covid en vigueur). Celui des fêtes de fin d'année. Celui de l'espoir de la reprise d'une normalité enfin retrouvée, proche en tout cas...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si le coronavirus peut être repéré dans les eaux usées des ménages, il ne passerait pas l'obstacle des stations d'épuration. Du coup, le virus ne se retrouverait pas dans les cours d'eau du pays.
Scientist examining toxic water samples
Si le gouvernement doit officiellement présenter dans les jours à venir la manière dont le sérum sera inoculé à la population, très peu d'informations concrètes circulent à ce jour. Alors que le temps presse.
Trois essais de vaccins contre le covid-19 devraient démarrer en France à partir de la mi-décembre sur 2.200 volontaires. Qui est partant pour cette phase test peut s'inscrire sur une plateforme spécialement mise en place.
A woman holds a pharmaceutical vial of German glass company Schott at the company's headquarters in Mainz, western Germany, on November 20, 2020. - As expectations grow that the first Covid-19 jabs will be administered in a matter of weeks, German glassmaker Schott is quietly doing what it has been for months: churning out vials that will hold the vaccine. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
Même si la deuxième vague de covid-19 n'épargne pas le Grand-Duché, ses effets à moyen et long terme devraient être minimes, selon les conclusions publiées lundi du Pandemic vulnerability index. Celui-ci compare l'impact de la pandémie sur les structures du pays.
Illustration, Corona, Covid-19 Krise, verkaufsoffener Sonntag,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Devant l'ancien aéroport Tegel, la pancarte orange d'une compagnie aérienne lance encore un «Bienvenue» aux voyageurs mais ce sont prochainement des milliers de candidats à la vaccination contre le covid-19 qui devraient affluer ici.
A health worker sorts blood samples for Covid-19 vaccination study at the Center for Pediatrics Infectology Studies (CEIP) where the pharmaceutical company Janssen, of Johnson & Johnson, is developing the phase 3 study of the vaccine in Cali, Colombia on November 26, 2020. - The World Health Organization (WHO) has identified 48 "candidate vaccines" at the stage of clinical trials in humans by mid-November, but only 11 at the most advanced Phase 3 stage. The WHO has identified another 164 vaccine projects that are still in the pre-clinical phase of development. (Photo by Luis ROBAYO / AFP)