Changer d'édition

Maintenant, à chacun de s'auto-isoler...
Luxembourg 3 min. 22.10.2020

Maintenant, à chacun de s'auto-isoler...

Depuis juillet, la cellule de traçage a recruté de plus en plus de personnels pour avertir de plus en plus de personnes de leur potentiel risque d'infection.

Maintenant, à chacun de s'auto-isoler...

Depuis juillet, la cellule de traçage a recruté de plus en plus de personnels pour avertir de plus en plus de personnes de leur potentiel risque d'infection.
Photo :Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 22.10.2020

Maintenant, à chacun de s'auto-isoler...

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Débordée, la cellule de traçage des personnes contact? Comment ne le serait-elle pas alors que le Luxembourg bat tous ses records de cas positifs au covid. Aussi, le ministère de la Santé invite la population à déterminer par elle-même si elle doit se placer en retrait.

Mercredi, Paulette Lenert (re)parlait de «situation alarmante» en évoquant la situation du Grand-Duché face au covid-19. Jeudi, la ministre de la Santé n'a pas parlé. Mais les chiffres du jour (595 nouveaux cas positifs et 2 décès) parlent d'eux-mêmes. La deuxième vague semble déborder les scénarios envisagés, même si le gouvernement s'en défendait encore ces derniers jours. Mais si l'Etat ne veut pas (encore) réagir, il invite la population à le faire. Comment? En «adoptant des procédures de mises en auto-isolement et auto-quarantaine».

En clair : la cellule du contact tracing (mise en place cet été) par l’Inspection sanitaire ne peut pas suivre. Trop de nouveaux cas, donc trop de personnes à joindre directement si elles ont été en relation avec un sujet testé positif ces derniers jours. Le ministère assure que la cellule va adapter son mode de fonctionnement «afin d’augmenter sa réactivité», mais le tout ne sera opérationnel qu'à partir du vendredi 23 octobre

Aussi en attendant, et certainement pour quelques jours encore, l'administration invite quiconque est testé positif au coronavirus ou présente des symptômes à s'auto-isoler. Idem pour les hommes et femmes en attente du résultat de leur test : restez chez vous en attendant d'être rassuré et retrouver une vie ''normale'' ou, a contrario, de poursuivre un peu plus votre mise à l'écart après avis médical.

«L'inspection sanitaire vous appellera; cependant des retards sont possibles.» Bref, on compte maintenant sur l'autodiscipline généralisée, faute de mieux.

Et si vous pouviez aussi, par vous-même, avertir les proches (parents, amis, collègues, relations professionnelles) avec qui vous avez pu être en relation suffisamment longtemps pour risquer de les contaminer, voilà qui arrangerait bien les services ministériels. Avec ce message à leur répéter alors: primo s'isoler, secundo se faire tester et bien rester à la maison dans l'attente du résultat. 

Quant à l'auto-quarantaine, elle est recommandée pour quiconque a pu être en «contact à haut risque» avec une personne positive au virus. Autrement dit : un échange de plus de 15 minutes, à moins de 2 mètres, sans port correct de masque ayant eu lieu dans la période de temps à partir de 48 heures avant les premiers symptômes, ou de la date du test pour les cas asymptomatiques.

Le ministère de la Santé précise que : «Les personnes se plaçant en auto-quarantaine doivent rester chez elles pendant 7 jours à compter du dernier contact avec la personne infectée. L'Inspection sanitaire leur fournira un certificat d'arrêt de travail au besoin». D'ailleurs, il est bon de noter que la Direction de la Santé est intervenue auprès de l’Union des Entreprises Luxembourgeoises (UEL) «afin que le patronat applique une certaine tolérance dans les délais de remise des certificats pour ne pas pénaliser les salariés suite aux retards éventuels de l’Inspection sanitaire».

Passivité contre réactivité

Voilà, voilà... Paulette Lenert a dit vouloir patienter jusqu'à la semaine prochaine pour ne pas prendre de mesures dans la précipitation, sous la pression des seuls chiffres de contamination ou de mortalité. Un choix assumé, mais un choix à haut risque. Ce vendredi, le conseil de gouvernement ne manquera pas de réétudier à son tour la situation. 

Après avoir mené à bien la campagne de la «première vague», Xavier Bettel et son équipe sont confrontés à plus de houle qu'ils ne l'imaginaient. La passivité du moment contraste diablement avec la réactivité dont avaient su faire preuve les dirigeants en mars dernier. C'est sans doute cela qui interroge sur la stratégie attentiste de cette terrible troisième semaine d'octobre.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La situation jugée «très grave» en Allemagne
Le regain de l'épidémie de covid-19 frappe aussi bien le Luxembourg que ses voisins. Autant en République fédérale où l'Institut Robert Koch se veut alarmiste, qu'en Belgique où l'ancienne Première ministre Sophie Wilmès a été admise dans une unité de soins intensifs.
A sign reading "Please keep your distance. Thank you." is seen at the weekly market in Berlin Kreuzberg on October 20, 2020 in Berlin. - The Berlin Senate has tightened the corona requirements in view of the rising number of infections. The state government decided to make masks compulsory for markets and ten busy streets in the capital, as the Senate announced after the session. It also made the "urgent recommendation" to wear a mask in public places where the minimum distance of 1.5 metres cannot be maintained. (Photo by STEFANIE LOOS / AFP)
Le covid motive l'Inspection du travail
La cinquantaine d'inspecteurs de l'ITM n'a pas chômé depuis l'apparition du virus. Depuis avril, ils ont réalisé pas moins de 1.629 contrôles d'entreprises ou de chantiers pour vérifier que tout était fait pour préserver les salariés d'un risque d'infection.
worker/engineer wearing disposal face mask for protect dust smoke and corona virus while working in workplace or factory
Confinement ou pas, l'alcool reste un fléau
Faute d'étude, le ministère de la Santé ne dispose pas de chiffres concernant les incidences du confinement sur les addictions. Mais l'alcoolisme demeure pointé du doigt alors que les symptômes dépressifs sont en augmentation.
Dans les coulisses du traçage du virus
Chaque jour, la cellule de traçage de l'Inspection sanitaire luxembourgeoise tente d'identifier les personnes ayant été en contact avec le covid-19. Un véritable travail de détective avec un objectif précis : briser la chaîne de transmission du virus.
Lokales, Corona Covid-19,  Gesundheitsinspektion, Inspection Sanitaire, Tracing, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort