Changer d'édition

Luxguard: déception à Bascharage, usine en sursis à Dudelange
Luxembourg 19.09.2012 Cet article est archivé

Luxguard: déception à Bascharage, usine en sursis à Dudelange

Luxguard: déception à Bascharage, usine en sursis à Dudelange

Photo: Anouk Antony
Luxembourg 19.09.2012 Cet article est archivé

Luxguard: déception à Bascharage, usine en sursis à Dudelange

Jeudi matin doit avoir lieu un comité mixte extraodinaire sur le site de Guardian Luxguard à Dudelange où 250 emplois sont menacés par un non-investissement. A Bascharage, c'est l'impasse: la direction va écrire à chaque salarié.

Le fabricant de verre Guardian Luxguard se retrouve dans une situation inconfortable sur deux de ses trois sites au Luxembourg.

Sur le site de Bascharage, l'entrevue qui s'est déroulée mardi après-midi  entre la direction de Luxguard II et la délégation du personnel suite à l'annonce, la veille, d'une grève soutenue par 92% des ouvriers a tourné, une fois de plus, au dialogue de sourd.

"C'était pathétique aujourd'hui", lâchera simplement Alain Mattioli, secrétaire central de l'OGBL en sortant de l'entrevue de moins d'un quart d'heure.

A la question du syndicaliste de savoir comment agir au mieux pour arrêter la ligne de production dans de bonnes conditions pour faire grève (dans six jours), la direction "nous a expliqué qu'elle s'est mise en relation avec ses avocats pour vérifier la légalité de la grève", résume un membre de la délégation. Chaque salarié devrait avoir un courrier de la direction sous peu.

Chez Luxguard à Dudelange, "personne n'y croit!"

Ce jeudi matin à 10 heures doit se tenir un comité mixte extraordinaire dans les locaux de Guardian Luxguard I à Bascharage pour "clarifier s'il y a un accord pour investir ou non dans l'outil de production", et par conséquent dans l'avenir immédiat de l'usine de verre feuilleté, explique Alain Mattioli.

Avant de lancer: "Mais personne n'y croit!" Pour deux raisons: la première est que le four pour produire le verre doit être remplacé depuis trois ans déjà et la décision tarde, Et la seconde est que l'investissement s'élèverait aujourd'hui à 100 millions d'euros! "On se fait des soucis réels", glisse Alain Mattioli.

Maurice Fick


Sur le même sujet

Chez Luxguard I à Bascharage, le ras-le-bol des ouvriers de travailler sous pression est palpable. Plus de 92% des ouvriers sont prêts à faire grève, annonce la délégation du personnel. Dans six jours expire le délai de conciliation! Le directeur du site réagit.