Changer d'édition

LUXEOSys échappe à la commission d'enquête
Luxembourg 2 min. 20.11.2020

LUXEOSys échappe à la commission d'enquête

Le ministre de la Défense avait reconnu, après un audit réalisé par PWC, que le dossier avait été "sous-estimé". A minima...

LUXEOSys échappe à la commission d'enquête

Le ministre de la Défense avait reconnu, après un audit réalisé par PWC, que le dossier avait été "sous-estimé". A minima...
Photo : Lex Kleren
Luxembourg 2 min. 20.11.2020

LUXEOSys échappe à la commission d'enquête

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les députés demandent toutefois à la Cour des comptes un rapport spécial sur la gestion financière du projet. La facture du satellite étant passée de 170 à 209 millions d'euros.

L'opposition a voté contre, la majorité a fait bloc en faveur de la rallonge budgétaire à accorder au projet de satellite d'observation, LUXEOSys. Voilà donc le ministère de la Défense officiellement mandaté pour engager 139 millions d'euros de plus que la facture qui lui avait été annoncée, voilà deux ans, par l'ancien ministre Etienne Schneider (LSAP). La demande d'ouverture d'une commission d'enquête n'a pas obtenu la majorité souhaitée par ADR, Déi Lénk, Piraten et CSV.

La coalition gouvernementale n'aura donc pas connu de rébellion de députés à l'heure du vote à la Chambre. DP, LSAP et Déi Grèng levant la main comme un seul homme, pour un investissement spatial dont pourtant même François Bausch (Déi Gréng) reconnaissait cet été qu'il avait été «sous-estimé et mal budgetisé». Un manque de ''clairvoyance'' faisant largement gonfler l'addition, et occasionnant de profonds changements techniques par rapport à ce qui avait été présenté devant les parlementaires en 2018.


LUXEOSys descendu en flamme par l'opposition
CSV, ADR, Déi Lenk et Pirate ne se contenteront pas de voter contre l’impressionnante rallonge budgétaire demandée pour financer le satellite, ils réclament l'ouverture d'une commission d'enquête.

Le trouble occasionné au sein des deux commissions chargées d'étudier la demande de fonds supplémentaires (Contrôle budgétaire et Défense) aura tout de même accouché d'une souris, à défaut d'une montagne. 

La Chambre a en effet choisi de demander à la Cour des comptes de produire un rapport sur la gestion financière du projet. Maigre consolation pour les opposants ou tous ceux qui n'avaient pas trouvé claires les explications données, cet été, par un Etienne Schneider sommé de se présenter à la Chambre pour s'expliquer.

Voilà donc LUXEOSys paré au décollage prévu pour fin 2022. Le satellite aura alors comme mission d'observer la surface du globe et fournir des images fiables et non classifiées. Une centaine de clichés quotidiens qui pourraient intéresser l'UE, l'ONU ou l'OTAN, promet le dossier. Des ''clients" qui pourraient donc permettre de justifier les 209 millions d'euros mis sur la table par le gouvernement luxembourgeois. Un gouvernement qui, si jeudi les députés n'avaient accepté d'octroyer la rallonge demandée, aurait dû s'acquitter de 145 millions de pénalités

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La fusée SpaceX en route vers les étoiles
Trois astronautes américains et un japonais se sont envolés dimanche de Floride en direction de la Station spatiale internationale (ISS) à bord du nouveau moyen de transport spatial de la Nasa après neuf ans de dépendance envers la Russie.
A SpaceX Falcon 9 rocket lifts off from launch complex 39A at the Kennedy Space Center in Florida on November 15, 2020. - NASA's SpaceX Crew-1 mission is the first crew rotation mission of the SpaceX Crew Dragon spacecraft and Falcon 9 rocket to the International Space Station as part of the agency�s Commercial Crew Program. NASA astronauts Mike Hopkins, Victor Glover, and Shannon Walker, and astronaut Soichi Noguchi of the Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA) are scheduled to launch at 7:27 p.m. EST on November 15, from Launch Complex 39A at the Kennedy Space Center. (Photo by Gregg Newton / AFP)
Objectif Lune pour la Luxembourg Space Agency
Son nom est Artemis. Ce programme dirigé par la Nasa vise à un retour de l'homme sur le satellite de la Terre d'ici 2024. Franz Fayot, le ministre de l'Économie a signé mardi l'accord qui formalise la collaboration entre la Nasa et l'agence spatiale luxembourgeoise.
L'armée joue la grande muette dans l'affaire LUXEOSys
Le général Alain Duschène s'est expliqué lundi devant la commission du Contrôle de l'exécution budgétaire. A l'en croire, ce n'est qu'après l'adoption de la loi que l'armée a pris connaissance des détails concernant le projet de satellite militaire d'observation.
Politik, Pressekonferenz Minister Francois Bausch zu Militär Satelit LUXEOSys, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Le budget de Luxeosys dégraissé de 41 millions»
Avant son audition ce lundi en commission du Contrôle de l'exécution budgétaire, François Bausch (Déi Gréng), le ministre de la Défense révèle que la facture finale du projet de satellite militaire sera dépassée de 139 millions d'euros, au lieu des 180 millions précédemment annoncés.
Politik, Interview François Bausch Observationssatellit, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Etienne Schneider devra rendre des comptes à la Chambre
L'ancien ministre de la Défense a-t-il volontairement caché des informations concernant le coût réel du futur satellite Luxeosys? A l'heure où la facture de l'engin vient de doubler, plusieurs députés réclament l'ouverture d'une commission d'enquête.
11.11. Wi / Min Cooperation / PK Space Law Luxembourg / Space Mining / Etienne Schneider und Jean Louis Schiltz / Etienne Schneider Foto:Guy Jallay