Changer d'édition

LUXEOSys descendu en flamme par l'opposition
Luxembourg 4 min. 18.11.2020

LUXEOSys descendu en flamme par l'opposition

Le trouble autour du dossier LUXEOSys a poussé députés Pirate, CSV , ADR et Dei Lenk à se rapprocher pour demander des comptes.

LUXEOSys descendu en flamme par l'opposition

Le trouble autour du dossier LUXEOSys a poussé députés Pirate, CSV , ADR et Dei Lenk à se rapprocher pour demander des comptes.
Luxembourg 4 min. 18.11.2020

LUXEOSys descendu en flamme par l'opposition

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
CSV, ADR, Déi Lenk et Pirate ne se contenteront pas de voter contre l’impressionnante rallonge budgétaire demandée pour financer le satellite, ils réclament l'ouverture d'une commission d'enquête.

C'est un caillou de taille qui traîne dans le soulier de la coalition gouvernementale. Gros comme un satellite, et lourd comme la facture de l'engin : 209 millions d'euros. Un montant qui a considérablement grimpé depuis la présentation du projet et le vote attendu, jeudi, sur le financement final de l'opération. Un vote qui permettrait de doter le pays de son premier satellite. Et le caillou devient d'autant plus gênant que l'ensemble des partis d'opposition réclament désormais l'ouverture d'une enquête sur ce dossier. Un sujet initié, en son temps, par le ministre Etienne Schneider.

Ce 19 novembre, CSV, ADR, Déi Lénk et Pirate n'entendent pas se contenter d'un vote contre, à la Chambre. C'est une commission d'enquête que les quatre formations réclameront. Pas question de valider, sans plus d'explications, l'enveloppe de 139 millions d'euros supplémentaires demandée par le gouvernement pour LUXEOSys. Et des points à éclaircir, même après la publication d'un rapport parlementaire sur le sujet, il en reste beaucoup. Les députés Diane Adehm (CSV), Fernand Kartheiser (ADR), Sven Clement (pirate) et David Wagner (Déi Lénk) l'ont réaffirmé, mercredi lors d'un point presse commun.


Politik, Interview François Bausch Observationssatellit, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Le budget de Luxeosys dégraissé de 41 millions»
Avant son audition ce lundi en commission du Contrôle de l'exécution budgétaire, François Bausch (Déi Gréng), le ministre de la Défense révèle que la facture finale du projet de satellite militaire sera dépassée de 139 millions d'euros, au lieu des 180 millions précédemment annoncés.

D'ailleurs, pour Diane Adehm ( résidente de la commission de Contrôle budgétaire), plus question d'évoquer le dossier LUXEOSys mais bien «l'affaire». S'il n'y avait rien de trouble pourquoi l'actuel ministre de la Défense, François Bausch (Déi Gréng) qui savait dès l'été 2019 qu'un problème de financement se posait n'a prévenu qu'en mars les parlementaires qui suivaient l'évolution du projet. «Voulait-il couvrir son prédécesseur au pouvoir, Etienne Schneider, afin de lui permettre de sortir proprement du gouvernement», interpelle la député socio-chrétienne.

Pour les Pirate, Sven Clement interpelle lui sur le coût de la station au sol prévue pour le décryptage des images du satellite d'observation. A elle seule, cette partie est responsable de 75 millions d'euros des coûts supplémentaires. Et le député de s'interroger sur le projet de construction d'un pôle aérien sur le Findel qui avait oublié d'inclure dans son  budget plusieurs dispositifs informatiques, tels que des lignes internet cryptées, indispensables pour le dispositif souhaité.

Sommé de répondre devant les parlementaires, en juin dernier, Etienne Schneider avait juste rappelé «qu'une utilisation commerciale des images était prévue avec des recettes pouvant atteindre 30 millions d'euros». Guère convaincant pour les opposants.

Au nom de l'ADR, Fernand Kartheiser s'offusque de constater que l'armée luxembourgeoise n'a guère été impliquée dans cet investissement. L'ancien chef d'état-major, le général André Duschène, a reconnu avoir été tenu à l'écart de la planification et s'être retrouvé devant le fait accompli. «Aujourd'hui encore, nous ne savons toujours pas ce qui est prévu pour le recrutement des 25 hommes nécessaires à l'exploitation des données transmises depuis l'espace.»

Souveraineté perdue

Côté Déi Lénk, David Wagner cible, lui, la question des antennes, qui ne pourraient pas être installées au centre militaire de Herrenberg (Diekirch) comme initialement envisagé. Et cela en raison d'éventuels incidents avec les drones en activité depuis le site. Du coup, le dossier actuel parle d'installer les antennes, non pas au Luxembourg mais sur la base militaire belge de Redu.

Ce choix, selon le ministre de la Défense actuel, permettrait d'économiser 2,5 millions d'euros. Mais il s'avère fort contestable en termes de souveraineté nationale, selon Déi Lénk et ses alliés du jour. «En tout cas, nous à gauche, ne regrettons pas d'avoir déjà voté contre le projet LUXEOSys.» A l'époque, ce choix s'expliquait par «des raisons de principe»; cette fois il est question d'abus dans l'utilisation possible de fonds publics. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le rapport LUXEOsys paré au décollage
Sa facture a quasi doublé, son infrastructure au sol ne sera pas basée au Luxembourg, l'armée grand-ducale ne dispose pas des moyens pour s'en occuper et le flou règne sur les marchés qui ont vu naître ce projet de satellite d'observation. Tout cela fait maintenant l'objet d'un rapport destiné aux députés avant leur vote.
Politik, Pressekonferenz Minister Francois Bausch zu Militär Satelit LUXEOSys, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Compte à rebours brûlant pour LUXEOSys
Les députés luxembourgeois ont jusqu'à début novembre pour dire si oui ou non le satellite commandé pourra effectivement décoller. En attendant, ils continuent à essayer de comprendre comment la facture du projet a pu doubler.
TOPSHOT - This NASA handout photo shows a view from the International Space Station of Hurricane Florence off the US east coast in the Atantic Ocean on September 10, 2018. - Hurricane Florence threatening the southeastern coast of the United States strengthened Monday morning into a Category 3 "major" hurricane, the National Hurricane Center said.
The NHC said the Atlantic hurricane's maximum sustained winds have increased to nearly 115 miles per hour (185 kilometers per hour) with higher gusts."Florence is expected to be an extremely dangerous major hurricane through Thursday," it said. (Photo by Handout and Ricky ARNOLD / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / NASA / RICKY ARNOLD" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
L'armée joue la grande muette dans l'affaire LUXEOSys
Le général Alain Duschène s'est expliqué lundi devant la commission du Contrôle de l'exécution budgétaire. A l'en croire, ce n'est qu'après l'adoption de la loi que l'armée a pris connaissance des détails concernant le projet de satellite militaire d'observation.
Politik, Pressekonferenz Minister Francois Bausch zu Militär Satelit LUXEOSys, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Ce satellite qui ne tournait pas rond
Le matin en commission parlementaire, et le soir face à la presse, le ministre de la Défense François Bausch a évoqué tous les éléments qui avaient détourné de son orbite financière le satellite LUXEOSys. Un dossier dont le lancement était plus qu'incertrain.
Politik, Pressekonferenz Minister Francois Bausch zu Militär Satelit LUXEOSys, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Etienne Schneider devra rendre des comptes à la Chambre
L'ancien ministre de la Défense a-t-il volontairement caché des informations concernant le coût réel du futur satellite Luxeosys? A l'heure où la facture de l'engin vient de doubler, plusieurs députés réclament l'ouverture d'une commission d'enquête.
11.11. Wi / Min Cooperation / PK Space Law Luxembourg / Space Mining / Etienne Schneider und Jean Louis Schiltz / Etienne Schneider Foto:Guy Jallay