Loi sur la modulation de l'indexation des salaires: c'était déjà plié

A trois jours du vote, jeudi à la Chambre, les députés confient déjà avoir pris leur décision.
A trois jours du vote, jeudi à la Chambre, les députés confient déjà avoir pris leur décision.
Photo: Serge Waldbillig

Les députés de tous les partis (excepté du DP, absents) ont apprécié, hier, l'invitation des syndicats unis contre le projet de loi de la modulation de l'indexation des salaires. «Mais c'est un peu tard», résume Gast Gybérien (ADR). Car à trois jours du vote au Parlement, «les députés ont déjà pris leur décision de vote», sait Jean-Claude Reding, président de l'OGBL.

En réponse à l'attitude des syndicats qui n'étaient pas même venus s'asseoir à la table de la dernière tripartite, les députés du CSV, LSAP, ADR, des Verts et Déi Lénk ont refusé la politique de la chaise vide et sont venus hier, à la Chambre des salariés, pour écouter les arguments des syndicats.

OGBL, LCGB, CGFP, ALEBA, FGFC et FNCTTFEL sont unanimement opposés au projet de loi gouvernemental qui fixera le versement d'une seule tranche indiciaire annuelle entre 2012 et 2014 inclus.

Car «c'est une loi négative à plusieurs points de vue», résume Jean-Claude Reding. Estimant qu'elle entraînera «une perte du pouvoir d'achat substantielle, de 30 à 60 % d'un salaire mensuel brut selon l'inflation».

Conférence-débat mardi soir à 20 heures à Esch-sur-Alzette

«Mais c'est un peu tard, le vote a lieu jeudi», note Gast Gybérien (ADR) qui suggère aux syndicats d'impliquer dorénavant les fractions «dès que les discussions sur une problématique commencent». Il votera contre la loi. Véra Spautz (LSAP) ne la votera pas non plus, car «cette fois ce ne sera pas une modulation mais une manipulation jusqu'en 2017».

Reconnaissant que «c'est toujours bien qu'on discute ensemble», le député Félix Eischen (CSV) parle d'une entrevue «objective mais pas d'un dialogue». Elle a duré moins d'une heure. Henri Kox lit dans cette invitation tardive «une faute» des syndicats. Celle de «ne pas avoir cherché le dialogue avec ceux qui votent à la fin». La discussion ne portera peut être pas les fruits escomptés, cette fois.

Ce soir à 20 heures, les présidents des différents syndicats et le député Serge Urbany participeront à la conférence-débat organisée par déi Lénk à la Maison du peuple sur la modulation de l'indexation automatique des salaires. Une traduction en français est assurée.