Ligne Thionville-Luxembourg

Le trafic ferroviaire reprend ce week-end, mais «tout doux»

Maurice Fick

(SW) - Après plus de dix jours de galère, le trafic ferroviaire entre Thionville et Luxembourg va reprendre du service, a annoncé la SNCF ce vendredi.

Pour ce week-end, 4 allers-retours sont prévus, avant une reprise un peu plus poussée lundi matin. «Mais on ne parle pas de reprise totale encore pour lundi. Cela viendra dans la semaine», insiste-t-on du côté de la communication SNCF.

La plan de transport de ce week-end et de lundi sera affiché vendredi soir en gares de Thionville et Metz.

«Nous travaillons en collaboration avec les CFL pour une reprise du trafic au plus vite. Pour l'heure, nous ne pouvons pas assurer de retour à la normale pour vendredi soir mais la reprise se fera progressivement», a expliqué Marc Mathey, chargé de la communication SNCF.

Le directeur régional TER Grand Est, Vincent Téton, a en effet communiqué sur cette reprise ce vendredi matin:

«La SNCF a obtenu de la part des CFL les éléments qui nous donnent l’assurance que la circulation sur le réseau luxembourgeois répond à nos exigences en matière de sécurité. 

Des mesures complémentaires ont également été décidées (contrôle renforcé des rames, accompagnements en cabine, sensibilisation à l’utilisation du MEMOR II +). 

Ces éléments ont été présentés aux CHSCT Trains et Traction Lorraine ce jeudi 23 février. La circulation peut maintenant reprendre», détaille le communiqué.

Les premiers TGV dès samedi matin

Les premiers TGV circuleront à nouveau samedi matin, a indiqué le ministre des Infrastructures François Bausch.

Le ministre luxembourgeois s'est également vu soulagé que l'action syndicale «exagérée et inutile» prenne fin. Il a pris contact avec le commissaire des transports européens, afin d'harmoniser les réseaux transfrontaliers, équipés de systèmes de sécurité divergents.

Les autorités allemandes ont aussi été invitées à s'équiper en ETCS par le ministre luxembourgeois.

Cette annonce fait office de grand soulagement pour les milliers de frontaliers, bien en peine depuis l'accident ferroviaire du 14 février dernier, qui a coûté la vie à un conducteur des CFL et entraîné un droit de retrait de la part des conducteurs français, qui refusaient de conduire sur le sol luxembourgeois tant que leur sécurité n'était pas assurée.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.