Changer d'édition

Les visites sont suspendues au CHEM à cause d'Omicron
Luxembourg 2 min. 28.01.2022
Pandémie au Luxembourg

Les visites sont suspendues au CHEM à cause d'Omicron

Cette suspension des visites concerne l'ensemble des trois établissements du CHEM, à savoir Esch-Sur-Alzette, Niederkorn et Dudelange.
Pandémie au Luxembourg

Les visites sont suspendues au CHEM à cause d'Omicron

Cette suspension des visites concerne l'ensemble des trois établissements du CHEM, à savoir Esch-Sur-Alzette, Niederkorn et Dudelange.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 28.01.2022
Pandémie au Luxembourg

Les visites sont suspendues au CHEM à cause d'Omicron

L'explosion du nombre de contaminations au covid-19 dans le pays a forcé le Centre Hospitalier Émile-Mayrisch à suspendre toutes les visites de patients.

Elles ne pourront désormais se dérouler que sur exception. Les visites de patients hospitalisées au sein des établissements du Centre Hospitalier Émile-Mayrisch (CHEM) sont désormais suspendues, a annoncé l'hôpital dans un communiqué ce vendredi. Cette décision est due à la recrudescence des infections de covid-19 entraînée par la propagation du variant Omicron au sein de la population luxembourgeoise.


Derrière les murs de l'hôpital
La hausse du nombre de patients soignés dans les services de réanimation du CHEM ne laisse pas indifférents les personnels. Des soignants qui se retrouvent le plus souvent au chevet de personnes non vaccinées.

Au CHEM, «un nombre significatif de mini-clusters» a ainsi été enregistré, poussant la direction de la structure à suspendre les visites dans l'ensemble de ses établissements, situés à Esch-Sur-Alzette, Niederkorn et Dudelange. La forte reprise de l'activité épidémique n'est pas sans conséquence sur le centre hospitalier qui connaît également «une augmentation sans précédent de cas de covid-19» parmi son personnel.

Pour continuer à accueillir un nombre de patients covid toujours grandissant, la structure a procédé à une réorganisation de ses équipes. Le CHEM fait état d'une cinquantaine de patients positifs au virus actuellement hospitalisés, dont certains «nécessitent des soins lourds et des précautions particulières». De quoi ajouter une pression supplémentaire sur les épaules du personnel soignant.

Les contrôles stricts réalisés à l'entrée des établissement n'auront donc pas suffi, les visites doivent être complètement interrompues afin de ne pas entraîner davantage de risques au sein de la structure. Si la direction se dit consciente «de la gêne que cela risque de provoquer», elle insiste dans son communiqué sur le manque d'alternatives «pour garantir le maintien de nos missions et la sécurité de nos patients comme celle de nos personnels».  

Certaines catégories de patients pourront cependant bénéficier d'exceptions. Ainsi, dans le cas de naissances, le papa ou la personne accompagnante pourra être admis comme visiteur. Les visites en pédiatrie seront autorisées à raison de deux visiteurs simultanés entre 15h et 19h. Enfin, les visites pour les patients en fin de vie seront admises 24/24h, seulement sur accord médical. Pour accéder aux bâtiments, un certificat CovidCheck, une pièce d'identité et un test négatif rapide réalisé sur place seront demandés. Le port du masque FFP2 devient obligatoire pendant la visite. Le CHEM n'a pour le moment pas donné d'indication quant à la levée de ces restrictions.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Sous la pression des entrées de nouveaux cas covid+, les centres hospitaliers viennent d'être autorisés par la cellule de crise du ministère de la Santé à déprogrammer les opérations les moins urgentes.
10.12.2021, Schleswig-Holstein, Kiel: Eine Pflegekraft überprüft ein Beatmungsgerät in einem der Behandlungszimmer der Intensivstation am Universitätsklinikum in Kiel. Hier wurden in der vierten Corona-Welle bislang auch sieben Patienten aus Bayern versorgt. Aktuell kümmern sich die Ärztinnen und Ärzte, Krankenschwestern und Pfleger in Kiel um 19 Covid-19-Patienten, 7 davon liegen auf der Intensivstation. Foto: Frank Molter/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Alors qu’une nouvelle vague d’infections au covid remet la pression sur les hôpitaux, rencontre avec cinq personnels d’une unité de réanimation du CHEM. Entre abnégation, doute et lassitude après 20 mois de pandémie.
Alors que le nombre d'hospitalisations pour cause de covid bat des records, les centres hospitaliers du pays s'organisent, à l'image du CHEM. Des transferts de patients sont ainsi mis en place, non pour soulager les services, mais pour assurer une meilleure prise en charge des malades.
Les visiteurs n'ont qu'un accès restreint et les personnes convoquées doivent se rendre seules à leur rendez-vous. Pour empêcher le coronavirus de se propager dans les étages des hôpitaux, des règles strictes sont toujours en vigueur.
Pet-Scanner im Centre Hospitalier - Krankenhaus - Krebs - radioaktivität - CHL - Luxemburg -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Pour répondre à des arrivées plus massives de patients, le centre hospitalier Emile Mayrisch a considérablement augmenté sa capacité de lits. Au lieu de deux, l'hôpital disposera bientôt de quatre unités de soins intensifs.
Lokales, Corona-Virus Covid 19, CHEM Esch Alzette, Die Kantine des CHEM wurde in eine Pflegestation umgebaut, Fiebermessung, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort