Changer d'édition

Les Verts prêts pour un deuxième mandat gouvernemental
Luxembourg 22 3 min. 24.02.2018

Les Verts prêts pour un deuxième mandat gouvernemental

Les Verts comptent sur 8 sièges de députés et un nouveau mandat au sein du gouvernement après les élections d'octobre

Les Verts prêts pour un deuxième mandat gouvernemental

Les Verts comptent sur 8 sièges de députés et un nouveau mandat au sein du gouvernement après les élections d'octobre
Chris Karaba
Luxembourg 22 3 min. 24.02.2018

Les Verts prêts pour un deuxième mandat gouvernemental

Michèle GANTENBEIN
Michèle GANTENBEIN
Les Verts comptent bien faire partie du futur gouvernement, peu importe lequel. Lors du congrès de samedi à Strassen, le signal de départ de la campagne électorale a été donné.

Il s'agissait seulement d'un congrès statutaire, mais lors d'une année électorale, chaque congrès prend forcément une tout autre importance. D'autant que Les Verts se trouvent dans une situation inédite: désormais, il ne s'agit plus d'entrer au gouvernement, mais d'y rester.

Ce que veulent aussi les deux autres partis au pouvoir, le DP et le LSAP. Cependant, ces derniers sont en perte de vitesse dans les sondages, alors que Les Verts ont été soutenus par l'électorat durant toute la législature. Ils font maintenant face à l'autre parti en bonne place dans les sondages: le CSV.

Déi Gréng sont donc dans une situation délicate, d'autant plus que les électeurs considèrent une coalition noir-vert non seulement comme la plus probable mais aussi la plus souhaitable. C'est donc ce scénario qui était dans l'air ce samedi, et c'était perceptible.

Le CSV en ligne de mire

Ainsi, dans les discours et les déclarations, aucun mot sur une éventuelle poursuite de la coalition tripartite, mais aucun signe de sympathie non plus en direction du CSV.

Au contraire. Les attaques frontales visaient principalement le CSV, «déjà en train de distribuer des postes. Nous savons qui sera Premier ministre, nous en connaissons un autre qui pourrait convenir à beaucoup de ministères. Un candidat de l'Est est toujours indécis quant à savoir s'il sera ministre de la Justice, de l'Economie ou président de la Chambre des députés. Et nous savons qui devrait devenir commissaire européen", a déclaré le ministre de la Justice, Felix Braz, non sans une pointe d'ironie.

Dans le viseur: la députée européenne et ancienne commissaire européenne, Viviane Reding, qui "fait sa propre campagne à l'intérieur de son parti", mais aussi le président du CSV, Marc Spautz, dont les remarques jugées homophobes sur les uniformes roses de la police ont choqué, les allusions à l'orientation sexuelle d'une personne étant absolument inacceptables pour Les Verts.

Toutes les options sont envisagées

L'eurodéputé Claude Turmes a fortement critiqué les partenaires de coalition: le LSAP, pour son attitude en matière de politique économique (Google, Space Mining). Dans ces dossiers, il a pris la défense de la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, souvent en conflit avec le ministre de l'Économie, Etienne Schneider (LSAP): "Carole est dans son rôle."

Malgré les attaques contre le CSV, le congrès a clairement fait savoir que Les Verts gardaient toutes les options ouvertes: "On doit discuter avec tous les partis", a déclaré Felix Braz, "également avec le CSV." Braz a appelé les chrétiens-sociaux à montrer leurs couleurs et à dire ce qu'ils ont l'intention de faire si les électeurs leur donnent un mandat gouvernemental.

Nous n'allons pas paniquer ou stresser

Afin de garantir leur participation au gouvernement après les élections, les Verts visent une augmentation de deux sièges en octobre, soit 8 sièges au parlement contre 6 aujourd'hui. Viviane Loschetter, chef du groupe parlementaire, estime que la présence des Verts au gouvernement est également indispensable à l'avenir.

Selon elle, au cours des quatre dernières années, un tournant a eu lieu par rapport aux 20 années précédentes, dans l'aménagement du territoire, la mobilité, la politique sociale, ou encore la protection de l'environnement.

Même s'il y a beaucoup en jeu, Les Verts veulent rester zen dans cette campagne, comme l'a souligné le président, Christian Kmiotek: "Nous n'allons pas paniquer ou stresser, nous commençons lentement."


Sur le même sujet

Feu vert, rouge et bleu pour négocier une coalition «Gambia bis»
Tout indique que la coalition gouvernementale sortante DP-LSAP-Les Verts pourrait être reconduite pour cinq ans. Les comités directeurs des Verts, des socialistes et finalement du DP, ont tous trois donné leur aval, lundi, pour entamer des négociations de coalition à trois. Le CSV tirera ce mardi les conclusions de sa non-élection en position de parti incontournable.
Le comité directeur du DP, le parti de Xavier Bettel, s'est réuni lundi soir à Hesperange pour donner son aval à l'entame de discussions pour réitérer la coalition sortante.
Vers un gouvernement Gambie II
Lors du débat sur RTL qui a rassemblé les têtes de liste peu après 23h30 dimanche, les candidats n'ont pas annoncé de nouvelle coalition, mais les Verts et le DP ne rejetaient pas l'idée de poursuivre celle qui a dirigé le pays pendant cinq ans.
De g. à dr.: Xavier Bettel (DP), Felix Braz (déi Gréng), Etienne Schneider (LSAP).
Quels sont les enjeux de ces élections législatives?
Troisième et dernière vidéo explicative sur les élections législatives au Luxembourg. Cette fois-ci, nous nous intéressons aux enjeux de ce scrutin 2018 qui va, pour la première fois, juger l'action d'une coalition à trois. Qui joue gros? Qui va finir dans l'opposition? Réponses en images.
Huit candidats: qui peut devenir Premier ministre?
Dimanche, les électeurs luxembourgeois éliront leurs nouveaux députés et déclencheront la formation d'un nouveau gouvernement. Un clic sur leur photo et vous découvrirez qui sont les 8 têtes de liste nationales. Mais quels candidats sont vraiment premier-ministrables?
Déi Gréng: Folmer démissionne, Turmes élu sans quorum
Françoise Folmer démissionne de son poste de présidente du parti des Verts avec effet immédiat et ne se présente pas aux élections d'automne. Dans un même temps, Claude Turmes a été élu secrétaire d'Etat mais ne remporte pas la majorité: son élection n'est donc pas définitive.
Congrès extraordinaire Déi Gréng - Francoise Folmer -  Photo : Pierre Matgé