Changer d'édition

Les Verts fin prêts pour les élections européennes

Les Verts fin prêts pour les élections européennes

Photo: Roland Miny
Luxembourg 4 3 min. 16.03.2019

Les Verts fin prêts pour les élections européennes

Les Verts se sont réunis ce samedi pour leur congrès électoral européen. Les délégués ont adopté le programme et la liste des candidats pour les élections du 26 mai prochain.

Le parti Déi Gréng a clairement été le grand vainqueur des élections législatives en octobre dernier; dans un même temps, tous les partis écologistes des pays alentour ont également gagné du terrain.


«Ça ne sert à rien d'aller à l'école si la planète meurt»
Les adolescents du monde entier se sont mobilisés ce vendredi pour défendre la planète. A Luxembourg, entre 7.500 et 15.000 lycéens ont manifesté entre le Glacis et la place Guillaume II.

Face à cet élan pourtant, les partis populistes européens se renforcent. Pour contrer cette menace, les Verts se considèrent d'autant plus responsables de la lutte pour les valeurs européennes, pour une Europe sociale, juste et humaine et pour le renforcement de la cohésion dans l'UE.

Le vert rassemble et ne compte plus le nombre de manifestations pour le climat qui ont eu lieu un peu partout dans le monde - et ont réuni des milliers de jeunes dans les rues de Luxembourg également -.

Pour Déi Gréng, c'est simple, ces mobilisations massives prouvent que les gens attendent clairement davantage de politiques "vertes", en particulier les jeunes générations.

«Je suis fier que ma génération descende dans la rue pour sauver la planète», a déclaré Meris Sehovic, porte-parole des jeunes Verts de 27 ans. «Nous sommes la première génération à ressentir directement les effets du changement climatique, et nous sommes la dernière génération à faire quoi que ce soit pour y remédier».

«Le changement climatique contraint de nombreuses personnes à fuir. La pauvreté, les conflits et les guerres sont encore alimentés par la crise climatique. À cet égard, les manifestations contre le climat sont aussi des manifestations pour la paix», selon Meris Sehovic.

«Faire avancer les idées progressistes»

Les Verts se considèrent comme la force politique décisive qui peut offrir le plus de résistance au populisme et faire avancer l'Europe. C'est avec ce sentiment de nécessité que Déi Gréng entame donc les élections européennes.

«Depuis hier, une large majorité s'est prononcée en faveur de mesures plus ambitieuses en matière de protection du climat et de l'environnement», a déclaré le ministre de l'Énergie, Claude Turmes, à propos des manifestations contre le climat.

«Nous devons utiliser ces élections pour repousser les sceptiques du climat, qui sont aussi des critiques de l'immigration, et pour faire avancer les forces progressistes», a-t-il poursuivi.

A 12h20 samedi, les délégués ont adopté à l'unanimité le programme des élections européennes, après que le Congrès eut longuement travaillé sur sa formulation et discuté, accepté, amendé ou rejeté un certain nombre d'amendements. Nombre d'entre eux ont d'ailleurs été déposés par les jeunes Verts.

Une large majorité en faveur de la liste électorale européenne

La liste des six candidats aux élections européennes a été adoptée par 140 voix sur 146. La liste est menée par Tilly Metz et Meris Sehovic. Les autres candidats sont Tanja Duprez, Christian Kmiotek, Martin Kox et Jessie Thill.

Deux nouvelles têtes à la direction du parti

Ce congrès a également été l'occasion d'élire une nouvelle direction à la tête du parti. Le président actuel du parti, Christian Kmiotek, et la députée Djuna Bernard ont ainsi été élus.

Christian Kmiotek a obtenu 94,4 % des voix (118 des 125 votes valides) et Djuna Bernard 94,2 % (115 des 122 votes).

Djuna Bernard et Christian Kmiotek prennent la tête du parti Déi Gréng.
Djuna Bernard et Christian Kmiotek prennent la tête du parti Déi Gréng.
Photo: Roland Miny


Par Michèle Gantenbein, traduction Sophie Wiessler


Sur le même sujet