Changer d'édition

Les vendanges sauvées des eaux
Luxembourg 2 min. 13.08.2021
Production de vin

Les vendanges sauvées des eaux

La principale crainte des acteurs du secteur viticole pour les vendanges 2021 tient encore une fois aux effets potentiels de la pandémie sur la présence en nombre de main-d'oeuvre suffisante.
Production de vin

Les vendanges sauvées des eaux

La principale crainte des acteurs du secteur viticole pour les vendanges 2021 tient encore une fois aux effets potentiels de la pandémie sur la présence en nombre de main-d'oeuvre suffisante.
Photo: Pierre Matgé/archive
Luxembourg 2 min. 13.08.2021
Production de vin

Les vendanges sauvées des eaux

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Un mois après les inondations, les viticulteurs luxembourgeois sont soulagés: la grande majorité des vignes ont été épargnées par les crues et le mildiou. A quelques semaines du début de la récolte, c'est plutôt les mesures sanitaires qui inquiètent les producteurs.

Contrairement à leurs voisins allemands, les vignerons du Luxembourg ont été relativement épargnés par les inondations de la mi-juillet. Un mois après cette calamité, à l'heure de dresser le bilan, Josy Gloden se dit même soulagé. «Seuls quatre hectares de vigne situés en bord de Sûre ont été dévastés par les crues», indique le président de la coopérative Domaine VinsMoselle, la plus importante du pays.

Les principales exploitations viticoles.
Les principales exploitations viticoles.
Vins et crémants.lu

Finalement, seule une repousse «plus rapide des mauvaises herbes» est à déplorer, plaisante le vigneron. En effet, malgré l'humidité et le manque de soleil des dernières semaines, même le mildiou a épargné les ceps, au point «qu'on ne peut même pas parler de pertes», souligne le président de la coopérative. «C'est notamment grâce aux vignerons qui ont respecté les intervalles de pulvérisation», précise Roby Mannes, interrogé par nos confrères du Luxemburger Wort

Conseiller auprès de l'Institut viti-vinicole, celui-ci parie donc sur un millésime «attrayant voire excellent» pour 2021. Josy Gloden, lui, a les yeux rivés sur les données épidémiques du covid. «J'espère qu'il n'y aura pas de quatrième vague», confie-t-il alors que le variant Delta continue de se propager. 

Car le bon déroulement des vendanges à venir dépend en grande partie de la disponibilité de la main-d'œuvre. Que cette dernière soit frontalière ou originaire d'Europe de l'Est. «Pourvu qu'il n'y ait pas un nouveau confinement, pourvu que les frontières restent ouvertes», croise les doigts Josy Gloden. Mais si certains pays européens affrontent une quatrième vague épidémique, le Luxembourg, lui, se trouve «dans une situation stable», assure toujours la ministre de la Santé.

Paulette Lenert (LSAP) mise notamment sur le déploiement d'une vaccination de proximité pour convaincre les derniers réticents, et ainsi éviter une nouvelle vague épidémique. 

Comme en 2020, les tests rapides feront partie de l'outillage des vendangeurs. «Cela nous avait permis de limiter les infections», souligne Josy Gloden qui devrait accueillir prochainement ses premiers employés. Cette année, les vendanges sont prévues «fin septembre», indique le ministère de l'Agriculture. Selon le Statec, le rendement de 2020 s'élevait à quelque 97.000 hectolitres, bien loin des records enregistrés au début des années 2000.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une vingtaine de viticulteurs ont prêté main-forte mardi à leurs homologues de la région d'Ahrweiler, en Allemagne, durement touchés par les intempéries. Alors que certaines bouteilles ne peuvent plus être vendues, les vendanges sont compromises.