Changer d'édition

Les véhicules autonomes continuent de tracer leur route
Luxembourg 1 4 min. 11.08.2021
Mobilité du futur

Les véhicules autonomes continuent de tracer leur route

Les routes du Luxembourg sont parcourues partiellement par des véhicules autonomes en test depuis le printemps 2019. L'arrivée à grande échelle de ces voitures n'est toutefois pas attendue avant 2030.
Mobilité du futur

Les véhicules autonomes continuent de tracer leur route

Les routes du Luxembourg sont parcourues partiellement par des véhicules autonomes en test depuis le printemps 2019. L'arrivée à grande échelle de ces voitures n'est toutefois pas attendue avant 2030.
Photo: dpa
Luxembourg 1 4 min. 11.08.2021
Mobilité du futur

Les véhicules autonomes continuent de tracer leur route

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
En phase de test depuis deux ans sur les routes de la Grande Région, les voitures capables de circuler sans intervention humaine poursuivent leur apprentissage. Un processus dont tire profit le Luxembourg, qui se profile en laboratoire de la mobilité de demain.

Réalité au Luxembourg depuis le printemps 2019, les tests de véhicules autonomes sur routes ouvertes se poursuivent sans faire de vagues. Si la pandémie a quelque peu bouleversé le calendrier des différents programmes en phase de tests sur une partie des routes du Grand-Duché, ces derniers continuent d'engranger les données, aussi bien pour valider la technologie utilisée que pour faire évoluer les mentalités autour d'un nouveau mode de déplacement. 


La mobilité de demain passera par le Luxembourg
Une zone d'essai pour la conduite autonome et en réseau doit être mise en place d'ici la fin de l'année dans le triangle situé entre Allemagne, Grand-Duché et France.

«Si sur le plan technique les choses progressent bien, une appréhension face à cette solution persiste encore et toujours», constate Anthony Auert, manager du cluster Automobility chez Luxinnovation. Des réticences aussi bien associées à l'utilisation de la 5G pour transmettre d'importantes quantités de données sans temps de latence qu'en la possibilité de laisser le contrôle d'un véhicule à une intelligence artificielle. 

«Pourtant, au cours des tests en situation réelle, les personnes à bord des véhicules se laissent rapidement convaincre de l'intérêt de cette approche», assure le spécialiste. Une solution déjà testée dans les rues de Luxembourg-Ville via une navette autonome, baptisée City Shuttle, mais dont les résultats se sont avérés mitigés.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

En attendant 2030, horizon attendu par l'exécutif européen pour une cohabitation à grande échelle entre véhicules autonomes et véhicules conventionnels, le Luxembourg entend tirer son épingle du jeu en se positionnant comme un «laboratoire de la mobilité». Autrement dit, la mise en place d'un écosystème où différents acteurs peuvent se concerter pour proposer des alternatives face à la hausse prévisible des bouchons dans un proche avenir en lien avec la saturation des infrastructures routières.

Un concept qui se veut toutefois bien plus large que la simple utilisation d'une partie des routes et autoroutes du pays comme zone de test dans un contexte transfrontalier, l'une des idées principales étant de faire venir sur le territoire de potentiels futurs champions internationaux. D'autant plus si ces derniers répondent aux critères de la nouvelle économie voulue par le gouvernement.


La mobilité connectée, cette «nouvelle carte à jouer»
En s'engageant à participer au développement d'une infrastructure commune pour l'utilisation de données liées à la sécurité routière, le Luxembourg déploie sa stratégie visant à placer le pays sur la carte des leaders européens du secteur. Explications des enjeux.

«Plusieurs dossiers sont en cours, mais l'implantation d'une entité de Civil Maps, start-up basée dans la Silicon Valley et spécialisée dans les cartes haute définition indispensables à la conduite autonome, constitue un premier résultat probant», juge Anthony Auert, dans un contexte de forte compétition entre Etats européens. Car derrière les expérimentations en cours - se cachent des enjeux économiques colossaux estimés à plusieurs dizaines de milliards d'euros annuels.

Ce n'est donc pas un hasard si l'Allemagne deviendra, dès 2022, le premier pays du Vieux continent, à autoriser la libre circulation des véhicules conduits uniquement par ordinateur et sans présence humaine. Un geste destiné notamment à soutenir l'industrie automobile dont son leader, le groupe Volkswagen, a d'ores et déjà annoncé investir pas moins de 73 milliards d'euros dans le développement de véhicules autonomes et électriques. Avec en ligne de mire, la production en masse de navettes sans chauffeur et le rattrapage du retard accumulé face à des firmes américaines notamment.


Wi , WO fr , Bissen , Luxconnect , Einweihung MeluXina , Erster Supercomputer in Luxemburg , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le compte est bon pour MeluXina
Ce lundi, l'univers des datas luxembourgeois s'est encore agrandi avec la mise en service d'un premier superordinateur. L'équipement, capable de calculer à des vitesses impressionnantes, doit être un atout pour la recherche et le développement des entreprises.

Dans cette constellation qui se joue à l'échelle mondiale, le Luxembourg souhaite jouer l'une de ses meilleures cartes, à savoir celle de son infrastructure numérique. Rien d'étonnant dans ce contexte de retrouver Post Group jouer un rôle dans l'implémentation de solutions liées à la circulation de ce type de véhicules, grands consommateurs de données dont l'exploitation commerciale potentielle devrait être encadrée. Une réglementation au niveau européen, voire mondial, devrait voir le jour au cours de la décennie à venir.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En s'engageant à participer au développement d'une infrastructure commune pour l'utilisation de données liées à la sécurité routière, le Luxembourg déploie sa stratégie visant à placer le pays sur la carte des leaders européens du secteur. Explications des enjeux.
Selon une étude mondiale, le marché de la voiture connectée génère 82,9 milliards de dollars et 13 % de taux de croissance annuel. De quoi susciter les appétits du Grand-Duché, quelques jours après le lancement du site expérimental transfrontalier sur la conduite autonome.
La voiture autonome existe déjà. Des laboratoires, elle est passée sur les routes de France, d'Allemagne et du Luxembourg. Pour la rendre commercialisable d'ici 2030, les ministres des trois pays ont lancé mercredi à Schengen le premier «site expérimental transfrontalier» européen.
Wirtschaft, Luxembourg-France-Germany Cross Border Digital Tested, Project Day, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort