Changer d'édition

Les variants japonais et sud-africain non repérés
Luxembourg 14.01.2021 Cet article est archivé

Les variants japonais et sud-africain non repérés

Une prochaine amélioration permettra au LNS de doubler sa capacité de séquençage d'échantillons.

Les variants japonais et sud-africain non repérés

Une prochaine amélioration permettra au LNS de doubler sa capacité de séquençage d'échantillons.
Photo : AFP
Luxembourg 14.01.2021 Cet article est archivé

Les variants japonais et sud-africain non repérés

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La ministre de la Santé a confirmé que le Laboratoire national de Santé avait confirmé 6 cas positifs au variant britannique du covid-19. Mais aucun échantillon n'a mis en lumière d'autres formes du virus.

Le 31 décembre, 2020 s'est terminée au Luxembourg par la confirmation de la présence du variant britannique du covid sur le territoire. Depuis, le Laboratoire national de Santé (LNS) a repéré cinq cas supplémentaires atteints par cette mutation du virus qui, au pays, a déjà causé 545 décès. Mais dans ces analyses, entre le 28 décembre et le 3 janvier, ce sont «10 variants du SARS-Cov2 qui ont été découverts», a informé, jeudi, Paulette Lenert.


ARCHIV - 24.02.2020, Baden-Württemberg, Tübingen: Ein Mann pipettiert in einem Labor des biopharmazeutischen Unternehmens Curevac eine blaue Flüssigkeit. In dem Unternehmen wird nach einem Impfstoff gegen das Coronavirus geforscht. (zu dpa «Impfstoff-Hersteller Curevac macht weiteren Schritt zur Zulassung») Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le LNS suit le virus pas à pas
Le Laboratoire national de santé a réussi à déterminer la diffusion géographique des trois souches du coronavirus circulant actuellement au Luxembourg. Et dans la plupart des cas, le virus est déjà passé par le Royaume-Uni

Mais, dans une réponse parlementaire adressée au député Jeff Engelen (Adr), la ministre de la Santé a aussi confirmé que «ni le variant sud-africain B.1.351, ni le variant japonais B.1.1.248 n'ont été détectés jusqu'à présent». Cela ne signifiant pas que le Luxembourg se trouve définitivement épargné par ces nouvelles souches bien plus contagieuses. 

Les nouvelles mutations du coronavirus vont continuer à être traquées par les équipes du LNS qui a été désigné, pour les sept ans à venir, comme laboratoire de référence pour les infections respiratoires aiguës. Pour l'heure, le LNS analyse déjà les échantillons qui lui sont transmis par les hôpitaux nationaux et les laboratoires privés. Pour l'heure, le séquençage ne peut se faire que sur 384 échantillons par semaine, mais d'ici peu le laboratoire sera en mesure de doubler sa capacité d'analyse. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Laboratoire national de Santé n'a toujours pas trouvé de traces de cette souche dans les tests covid analysés par ses soins. Par contre, le variant britannique est bien devenu majoritaire dans le pays.
(FILES) In this file photo taken on January 25, 2021 a biochemist prepares samples as she works on a XAV-19 anti covid treatment as part of a clinical trial run at the Xenothera Biotech laboratory at Nantes University hospital, western France. - The Nantes-based biotech company Xenothera, created in 2014, is conducting a clinical trial in around twenty hospitals to test the therapeutic effectiveness of a Covid-19 treatment based on polyclonal antibodies, which is intended for patients at the beginning of their hospitalisation, the company announced on February 24, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Le parti d'opposition demande à la commission Santé de ne pas se focaliser sur la seule actualité covid. Les élus chrétiens-sociaux veulent que les députés débattent aussi des améliorations à apporter à l'ensemble du système de soins.
IPO,CdP, CSV Martine Hansen & Claude Wiseler.Affaire Gardenhäischen Traversini. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.
Pour l'instant, les dosettes arrivent plus vite qu'elles ne sont distribuées. Mais les autorités doivent gérer le stock pour assurer le rappel de vaccination trois semaines après la première injection.
A nurse prepares a dose of Pfizer/BioNTech Comirnaty Covid-19 vaccine before injection on January 8, 2021 in the vaccination centre the Haut-Leveque hospital in Pessac, near Bordeaux. (Photo by MEHDI FEDOUACH / AFP)
Si le nombre de nouvelles infections au covid-19 recule, tout comme le nombre de personnes hospitalisées, Paulette Lenert assure que «les trois prochains mois s'annoncent très difficiles». Explications en vidéo avec la ministre de la Santé.
Itv Paulette Lenert Ministre de la Santé Luxembourg le 12/01/2021 photo ©Christophe Olinger
Restrictions de circulation et gestes barrières imposés pour limiter la propagation du coronavirus réduisent à néant la diffusion du virus respiratoire de la grippe. Ouf, enfin une bonne nouvelle.
Télécran, Allgemeinarzt, Doktor Frank Kirsch, Foto: Guy Wolff/Télécran
Bien que les campagnes de vaccination au covid-19 se multiplient à travers le globe, l'OMS a averti que l'épidémie se prolongerait au moins jusqu'à la fin de l'année. Cela en raison des milliards de doses nécessaires pour endiguer la diffusion du virus.
Rita Passey is injected with a Covid-19 vaccine at the NHS vaccine centre that has been set up at the Millennium Point centre in Birmingham, central England on January 11, 2021. - Seven mass coronavirus vaccination sites opened across England on Monday as the government races to dose millions of people while a new strain of the disease runs rampant across the country. (Photo by Jacob King / POOL / AFP)