Changer d'édition

«Les vaccins actuels protègent contre les variants»
Luxembourg 5 min. 23.08.2021
Interview

«Les vaccins actuels protègent contre les variants»

Un nouveau rappel vaccinal pour les seniors et les personnes immuno-déprimées pourrait renforcer le barrage face à une reprise d'infections.
Interview

«Les vaccins actuels protègent contre les variants»

Un nouveau rappel vaccinal pour les seniors et les personnes immuno-déprimées pourrait renforcer le barrage face à une reprise d'infections.
Photo : AFP
Luxembourg 5 min. 23.08.2021
Interview

«Les vaccins actuels protègent contre les variants»

Infectiologue, le Dr Schockmel se veut rassurant face à une probable reprise des infections covid dans les semaines à venir. La vaccination ayant constitué un bouclier efficace contre les formes graves de l'infection respiratoire.

(pj avec Annette WELSCH) La ''quatrième vague'' s'abattra-t-elle sur le Luxembourg avec le retour des vacances et la rentrée scolaire? Beaucoup le craignent. Pour Gérard Schockmel, infectiologue aux Hôpitaux Robert-Schuman, il faut effectivement s'attendre à une reprise des infections (pour l'instant 74.985 cas covid+), mais sans commune mesure avec celles qui ont précédé. 

Docteur, à quoi doit-on s'attendre cet automne ?

Dr Schockmel : «Si vague il y a, elle va rencontrer un terrain différent. Si la pandémie s'est déclenchée à l'échelle du monde, c'est parce qu'il n'y avait aucune immunité face au virus. Il y a un an, peut-être qu'1% de la population luxembourgeoise était protégée, aujourd'hui, grâce aux vaccins, ce pourcentage se rapproche des 70%.

Néanmoins, les chiffres d'incidence risquent encore d'augmenter...

«Cela n'aura plus la même signification, car il y a maintenant cette immunité relative. Ce seront surtout encore des jeunes qui seront contaminés et ils développent généralement une forme bénigne de l'infection. Les personnes non vaccinées ou celles qui n'auraient pas reçu le nombre de doses préconisées seront elles aussi plus à risque.


A member of the medical personnel takes a swab in a drive-through Covid-19 testing station in Melbourne on August 19, 2021, as Australia battles an outbreak of the Delta variant of coronavirus. (Photo by William WEST / AFP)
Le variant Delta présent dans 9 contaminations sur 10
Le Laboratoire national de Santé a pu repérer la souche "indienne" dans 94% des nouvelles infections répertoriées entre le 2 et le 8 août dernier.

Mais plus que l'augmentation du nombre de cas covid+, il faudra observer le nombre d'hospitalisations et la gravité des situations. Il ne faut pas oublier que le mot «covid» est la contraction de ''coronavirus disease'', la maladie causée par le coronavirus. 

De nouveaux variants risquent-ils d’apparaître avec une possible levée des restrictions au terme de l'actuelle loi covid ?

«Les nouvelles souches apparaissent surtout quand le virus circule de manière incontrôlée, comme c'est le cas dans de nombreux pays d'Asie, d'Afrique, d'Amérique centrale ou du Sud, où seulement 1 à 5% des habitants ont été vaccinés. Nous ne serons donc pas en sécurité tant que tout le monde n'aura pas reçu le sérum adéquat.


Une première cargaison de vaccins partira au Cap-Vert
Via l'opération Covax, le Luxembourg est sur le point d'expédier 56.000 doses à destination de Praia. Mais au ministère des Affaires étrangères, les futurs points de distribution dans le globe sont déjà connus.

Mais de nouveaux variants peuvent apparaître aussi en Occident, notamment chez les personnes immunodéprimées. C'est l'une des raisons pour lesquelles une troisième dose de vaccination est recommandée pour ces sujets plus facilement vulnérables à l'arrivée du coronavirus, notamment les seniors.

Pourquoi tout le monde ne recevrait pas une troisième dose de vaccin ?

Les États-Unis, Israël, l'Allemagne et d'autres pays font effectivement avancer cette idée de troisième dose généralisée. Cependant il n'existe actuellement aucun consensus de la part de la communauté scientifique en faveur de cette triple vaccination pour tous, et particulièrement pour les personnes ayant un système immunitaire normal. Et cela même face au variant Delta. 

La question est de savoir ce que l'on attend d'un vaccin. Si l'on veut que plus personne n'ait mal à la gorge, cela devient difficile, il faudrait probablement se faire vacciner tous les six mois. Et encore... Même dans ce cas, il ne serait pas certain que cela fonctionne. À mon avis, la principale attente vis-à-vis du vaccin est qu'il protège contre une forme grave de la maladie. Et les vaccins que nous employons assurent déjà cette protection.

La recherche autour du covid doit encore s'intensifier. Quels sont ses points faibles?

"Ni chez les femmes ni chez les hommes, il n'y a la moindre indication que la vaccination anti-covid aurait un effet négatif sur la fertilité. Il est étonnant que ce mythe parvienne encore à déstabiliser certaines femmes et certains hommes."
"Ni chez les femmes ni chez les hommes, il n'y a la moindre indication que la vaccination anti-covid aurait un effet négatif sur la fertilité. Il est étonnant que ce mythe parvienne encore à déstabiliser certaines femmes et certains hommes."
Photo: Gerry Huberty

«Oh, il existe encore bien des points à éclaircir! Par exemple, les personnes immunodéprimées (particulièrement à risque) n'acquièrent souvent qu'une faible protection vaccinale, comment conforter leur défense? Dans un avenir proche, il devrait être possible au Luxembourg d'administrer un cocktail d'anticorps à ces personnes en cas d'infection, de préférence dans les 96 premières heures après la découverte de leur positivité au virus. Les dérivés de la cortisone et les immunomodulateurs se sont avérés salvateurs dans les cas graves. 

Les approches de recherche actuelles consistent à tester des médicaments connus pour leur efficacité contre la corona. Le grand avantage est que ces médicaments sont déjà produits et que leur profil d'effets secondaires est connu. Toutefois, il n'y aura guère de panacée mais plutôt des médicaments pouvant influencer favorablement les processus pathologiques individuels en fonction du stade et de l'évolution de la maladie.


online.fr: Kühlaggregat-Hersteller B Medical Systems.Baut Kühlaggregate für Covid-Impfstoffe. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
B Medical Systems jette un froid sur le vaccin
L'entreprise, basée au Nord du Luxembourg, a vu son carnet de commandes gonfler à vue ces dernières semaines. Il est vrai que les Etats s'arrachent ses frigos capables de conserver à très basse température les doses anti-covid avant vaccination.

Pour les pays en développement, il serait souhaitable de développer aussi des vaccins moins sensibles à la température (facilitant leur transport, le stockage et l'injection). 

 Dans ces pays, l'administration sous forme de pilule ou de spray nasal serait optimale. C'est plus facile, et la formule protectrice atteint directement les muqueuses et y génère l'immunité rapidement. La vaccination par pulvérisation nasale serait particulièrement intéressante car elle entraîne la production d'anticorps à l'endroit même où les virus pénètrent pour la première fois. 

N'aurions-nous pas besoin de vaccins contre les nouveaux variants?

«D'abord, la bonne nouvelle est que les vaccins actuels (de première génération) semblent très efficaces pour prévenir la progression de la maladie. De légers symptômes de rhume peuvent apparaître mais ce n'est pas un drame. Ils entraînent également une réponse immunitaire plus large avec une protection accrue contre les variants récents lorsqu'ils sont administrés en tant que vaccin de troisième génération, même s'ils ne ciblent que la variante originale de Wuhan. Cela témoigne de l'incroyable puissance du système immunitaire humain.

Mais l'efficacité des vaccins a diminué par rapport aux variants les plus récents, n'est-ce pas ?

«La protection contre l'infection est quelque peu réduite selon la souche en circulation, mais la protection contre une infection respiratoire sérieuse reste. Le vaccin Pfizer, par exemple, offrait une protection de 94 à 95% contre le développement de tout symptôme par rapport aux variantes circulantes originales. Cette protection passe à 85% face au variant Delta, c'est plus qu’acceptable. Vacciner, vacciner, vacciner reste donc à l'ordre du jour.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Il y a les chiffres nationaux et la réalité sanitaire perceptible à l'échelle d'un cabinet de généraliste. Ainsi, si la vaccination a calmé la situation covid, le Dr Jean-Paul Schwartz craint une remontée des infections. Et dit pourquoi.
59% des nouveaux tests positifs au covid signalent la présence de la fameuse souche tant redoutée. Un variant indien dont l'influence a quasi doublé en une semaine, selon les données du Laboratoire national de santé publiées vendredi.
CORRECTION / Health workers conduct COVID-19 tests at the St. Vincent�s Hospital drive-through testing clinic at Bondi Beach in Sydney June 27, 2021, on the first full day of a two-week coronavirus lockdown to contain an outbreak of the highly contagious Delta variant. (Photo by Steven Saphore / AFP) / �The erroneous mention[s] appearing in the metadata of this photo by Steven Saphore has been modified in AFP systems in the following manner: [June 27] instead of [June 26]. Please immediately remove the erroneous mention[s] from all your online services and delete it (them) from your servers. If you have been authorized by AFP to distribute it (them) to third parties, please ensure that the same actions are carried out by them. Failure to promptly comply with these instructions will entail liability on your part for any continued or post notification usage. Therefore we thank you very much for all your attention and prompt action. We are sorry for the inconvenience this notification may cause and remain at your disposal for any further information you may require.�
Alors qu'il a reçu une dose d'AstraZeneca le 6 mai, le Premier ministre luxembourgeois a été testé positif au covid-19. Le Dr Schockmel explique comment cela est possible et pourquoi ce phénomène ne signifie pas pour autant que la vaccination a échoué.
Infectiologue aux hôpitaux Robert Schuman, le Dr Gerard Schockmel a répondu mardi soir aux interrogations du public au sujet du précieux sérum développé contre le covid-19. La rédaction vous propose un résumé des réponses aux huit questions les plus fréquemment posées.
This picture taken on January 5, 2021, in Paris, shows figurines and a syringe to illustrate people receiving Covid-19 (novel coronavirus) vaccinations. - EU nations started their Covid-19 vaccination campaigns with their most vulnerable groups on December 27, 2020, as a new coronavirus variant spread internationally and the WHO warned the current pandemic will not be the last. (Photo by JOEL SAGET / AFP)