Changer d'édition

Les trois questions posées: Tout savoir sur le référendum du 7 juin
Luxembourg 5 min. 11.05.2015 Cet article est archivé

Les trois questions posées: Tout savoir sur le référendum du 7 juin

Les trois questions posées: Tout savoir sur le référendum du 7 juin

Luxembourg 5 min. 11.05.2015 Cet article est archivé

Les trois questions posées: Tout savoir sur le référendum du 7 juin

La campagne officielle du référendum débute officiellement ce lundi. Le 7 juin, les Luxembourgeois – et uniquement les Luxembourgeois – sont appelés à se prononcer par oui ou par non sur trois questions précises.

Par Marc Vanacker

La campagne officielle du référendum débute officiellement ce lundi. Le 7 juin, les Luxembourgeois – et uniquement les Luxembourgeois – sont appelés à se prononcer par oui ou par non sur trois questions précises. 

1.Le droit de vote à 16 ans

La première question concerne l’abaissement du droit de vote de 18 à 16 ans. Il serait facultatif, c’est-à-dire qu’entre 16 et 18 ans, les jeunes, contrairement au reste de la population, ne seraient pas obligés d’aller voter.

Voici l'intitulé exact de la question:

  • "Approuvez-vous l’idée que des Luxembourgeois, âgées entre 16 et 18 ans, obtiennent le droit de s’inscrire de manière facultative aux listes électorales, pour participer en tant qu’électeur aux élections législatives, européennes, communales ainsi qu’aux référendums ?"

2. Le vote des étrangers

La deuxième question concerne le droit de vote accordé aux résidents étrangers. Contrairement à certaines idées reçues, les résidents étrangers – dans le cas d’un vote positif- ne sont pas tous autorisés à participer aux élections législatives.

En effet, il doit avoir vécu au moins pendant 10 ans au Luxembourg et il doit avoir au préalable avoir participé soit aux élections communales soit aux élections européennes au Luxembourg. Les étrangers peuvent déjà aujourd’hui participer à ces deux élections, ce que beaucoup d’entre eux ne savent pas.

Voici la question exacte:

  • «Approuvez-vous l’idée que les résidents non luxembourgeois aient le droit de s’inscrire de manière facultative sur les listes électorales en vue de participer comme électeurs aux élections pour la Chambre des Députés, à la double condition particulière d’avoir résidé pendant au moins dix ans au Luxembourg et d’avoir préalablement participé aux élections communales ou européennes au Luxembourg?»

3. Un mandat limité

La troisième question concerne la limitation des mandats politiques des ministres. Là aussi, il convient de bien lire l’intitulé. Il ne s’agit pas de limiter le mandat des ministres à 10 ans, mais à 10 ans de manière ininterrompue. Autrement dit, un politicien peut être dix ans membre du gouvernement – ministre ou secrétaire d’Etat – ne pas l’être au mandat suivant, puis intégrer à nouveau le gouvernement.

Voici la question exacte:

  • «Approuvez-vous l’idée de limiter à dix ans la durée maximale pendant laquelle, de façon continue, une personne peut être membre du Gouvernement?»

Les différentes positions

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les positions divergent. Les trois partis du gouvernement – DP, LSAP, Déi Gréng – plaident trois fois « oui. Déi Lénk, l’extrême gauche, est également trois fois pour que le oui l’emporte.

Le plus grand parti de l’opposition, le CSV, est quant à lui contre les trois propositions, tout comme l’ADR.

La société civile s’est également prononcée, de manière plus ou moins explicite. Ainsi, l’Eglise catholique s’est déclarée en faveur du droit de vote des étrangers. L’Eglise n’a pas donné d’avis quant aux deux autres questions.

Autre secteur: la culure: 43 acteurs culturels du pays ont manifesté leur encouragement à voter "oui" au référendum du 7 juin portant sur le droit de vote des étrangers. Là encore, les deux autres questions n’ont pas été évoquées.

Le Parlement des Jeunes, s’est quant à lui prononcé deux fois « oui » contre une fois « non ». Les « jeunes » sont simplement contre la limitation du mandat des membres du gouvernement. 

Les syndicats ont également donné leur position. Le LCGB a affirmé qu'il est pour l'ouverture du droit de vote aux étrangers mais qu'il est contre la limitation des mandats de ministres à dix ans et contre le droit de vote à 16 ans.

Plusieurs sondages ont été réalisés en amont du référendum. La tendance est clairement au "non". Reste donc encore un mois pour les défenseurs du "oui" d'inverser la tendance.

Le Premier ministre. Xavier Bettel, a d'ores et déjà annoncé qu'il allait s'impliquer personnellement dans cette campagne. 

C'est également à partir d'aujourd'hui que les affiches des différents partis politiques sont placées le long des routes et que dans les journaux ainsi que sur les sites internet d'information, les messages des partis politiques sont publiés. Notons que les partis se sont mis d'accord pour ne pas dépenser plus que 100.000 euros par parti pour cette campagne.

Le Luxemburger Wort a lancé une plateforme en ligne pour encourager les expatriés à partager leur opinion avec les Luxembourgeois sur la question du droit de vote des étrangers. La page Facebook Dear Luxembourgers… a été ouverte par le Wort en tant qu'espace d'échanges de points de vue, afin que les résidents étrangers au Luxembourg puissent exprimer leur avis sur la question, de façon courtoise et respectueuse, comme s'ils écrivaient une lettre aux Luxembourgeois.



Sur le même sujet

Référendum du 7 juin: LCGB: une fois «oui» et deux fois «non»
A un mois du jour J, le LCGB réaffirme qu'il est pour l'ouverture du droit de vote aux étrangers mais qu'il est contre la limitation des mandats de ministres à dix ans et contre le droit de vote à 16 ans. Le syndicat estime que les partis politiques auraient dû s'accorder sur les trois questions au lieu de passer par un référendum.
Le président du LCGB, Patrick Dury, avait annoncé la position du syndicat chrétien lors de son défilé du 1er mai à Bettembourg.
Enquête d'opinion PolitMonitor: Pas de majorité pour le vote des étrangers
C'est une fracture qui se dessine au fur et à mesure des enquêtes d'opinion réalisées depuis novembre sur les trois questions du référendum à venir : si une nette majorité des résidents se prononce en faveur du vote des étrangers aux législatives, cette proposition ne séduit qu'une minorité des électeurs, ceux-là mêmes qui s'exprimeront le 7 juin.
Sondage sur le Référendum: Le droit de vote des étrangers divise l'électorat
48% des résidents luxembourgeois sont pour l'attribution du droit de vote aux étrangers, tandis que 44% sont contre. Et la moitié des électeurs luxembourgeois interrogés ne trouvent pas correct que la question de la séparation de l'Eglise et de l'Etat soit éliminée du référendum. Voilà ce qui ressort du dernier sondage TNS-Ilres commandé par le Luxemburger Wort et RTL en vue du référendum du 7 juin 2015.