Changer d'édition

Les «tiques géantes» débarquent au Luxembourg
Luxembourg 2 min. 05.08.2019

Les «tiques géantes» débarquent au Luxembourg

Les «tiques géantes» débarquent au Luxembourg

Photo: Wikipédia
Luxembourg 2 min. 05.08.2019

Les «tiques géantes» débarquent au Luxembourg

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Alors que plusieurs pays d'Europe sont touchés depuis quelques mois par l'invasion d'une nouvelle espèce de tique, deux fois plus grosse que l'espèce habituelle, un cas vient d'être découvert du côté de Dudelange.

«Les tiques géantes se propagent en Europe» ; voilà une annonce particulièrement alarmiste, mais malheureusement véridique. Une nouvelle espèce de tique, deux fois plus grosse et plus agressive que les normales, a été repérée dans plusieurs pays d'Europe, dont le Luxembourg.

Samedi, nos confrères de RTL ont ainsi affirmé qu'un cas avait été recensé dans la commune de Dudelange: une information confirmée par l'Inspection sanitaire luxembourgeoise, qui se base sur des données fournies par le musée national d’Histoire naturelle (natur musée).

Une cinquantaine de cas en sept ans

L'Hyalomma marginatum, de son vrai nom, était jusqu’alors surtout présente dans certaines régions d’Afrique du Nord ou de Turquie et dans le sud de l’Europe, notamment dans une partie des côtes méditerranéennes françaises, en Espagne, en Italie ou encore dans les Balkans, selon une carte publiée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM), en janvier dernier.

Grafique: European Centre for Disease Prevention and Control / European Food Safety Authority / Stockholm: ECDC; 2019 / https://ecdc.europa.eu/en/disease-vectors/surveillance-and-disease-data/tick-maps

Selon cette agence de l’Union européenne, l’espèce aux pattes rayées s’était également introduite dans le sud du Royaume-Uni, ou encore dans certaines régions d’Autriche. Cet été, deux cas ont également été repérés aux Pays-Bas, d'après nos confrères de Ouest-France. Une cinquantaine de cas ont été recensés dans le nord-ouest de l'Europe depuis 2012.

Contrairement aux tiques classiques, cette espèce se cache dans le sol, et, une fois sa proie repérée, peut lui courir après pendant dix minutes, voire plus, sur une distance de parfois 100 mètres. Une fois accrochée à sa victime, cette tique peut se nourrir pendant près de 30 jours.

Comment se protéger?

Les autorités européennes évoquent les mesures habituellement recommandées pour se prémunir de ces acariens, comme le port de vêtements longs ou l’utilisation de répulsifs spécialisés, tout en soulignant qu’elles sont «moins efficaces» contre l'Hyalomma marginatum que contre ses cousines plus petites et plus répandues sur le continent.

Prudence donc si vous allez vous promener en forêt: cette tique géante est «porteuse potentielle» de certaines maladies, comme la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, rapporte l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) français.

Le Natur musée intéressé

Les flambées de cette fièvre hémorragique «ont un taux de létalité pouvant atteindre 40%», selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le Musée national d'Histoire naturelle luxembourgeois invite les personnes ayant trouvé ce nouveau spécimen, vivant, congelé ou conservé dans de l'alcool, à leur transmettre l'acarien.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Moustique tigre et chenille urticante comme à la maison
La météo favorise la prolifération de la processionnaire du chêne tandis que le tourisme facilite l'arrivée du moustique tigre dans nos régions. Le point sur les risques pour la santé et la prise en compte de ces phénomènes par les autorités en cinq questions.