Changer d'édition

Les tests «resteront de rigueur» en maison de retraite
Luxembourg 4 min. 25.08.2021
Covid-19 au Luxembourg

Les tests «resteront de rigueur» en maison de retraite

Selon la ministre de la Famille «65% du personnel travaillant auprès de personnes âgées» était vacciné au mois de juillet dernier.
Covid-19 au Luxembourg

Les tests «resteront de rigueur» en maison de retraite

Selon la ministre de la Famille «65% du personnel travaillant auprès de personnes âgées» était vacciné au mois de juillet dernier.
Photo: AFP
Luxembourg 4 min. 25.08.2021
Covid-19 au Luxembourg

Les tests «resteront de rigueur» en maison de retraite

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Personnels et résidents des structures pour personnes âgées continueront d'être testés régulièrement «jusqu'en décembre», a indiqué Corinne Cahen. Une prolongation que recommande notamment le Conseil supérieur des maladies infectieuses.

Bien que la vaccination protège contre le covid et ses variants, les personnes âgées restent tout de même vulnérables face au virus. Pour les préserver, le Conseil supérieur des maladies infectieuses (CSMI) recommande donc dans son dernier avis de continuer les tests au sein des structures qui les hébergent. 


Nouveau protocole pour les établissements de santé
Les visiteurs comme le personnel évoluant dans des hôpitaux, maisons de retraite et lieux d'accueil pour personnes handicapées devront dès dimanche se plier à de nouvelles mesures sanitaires.

Si «les six points évoqués par le CSMI figurent déjà dans la loi covid», Corinne Cahen (DP) s'est déjà engagée à les renouveler au-delà du 14 septembre, date de renouvellement par la Chambre des mesures sanitaires s'appliquant au Luxembourg. «Les structures d'hébergement nous ont demandé de poursuivre les tests PCR au moins jusqu'en décembre, ce que nous avons accepté», précise la ministre de la Famille. Une date également arrêtée par le ministère de l'Education nationale pour le dépistage dans les écoles, du moins provisoirement.

Hormis le dépistage via PCR organisé (sur base volontaire) «tous les quinze jours» dans ces structures pour le personnel et résidents vaccinés ou guéris, des tests antigéniques rapides seront également laissés à disposition des établissements. Ils permettront aussi aux non-vaccinés de contrôler leur état de santé: «au moins deux fois par semaine» pour les résidents, et «lors de chaque prise de poste» pour les salariés. Là encore sur base volontaire. 


Illustration, beim LMS, Covid-Testzentrum, Corona, Testing, testen, Covid-19, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le Large Scale Testing change de voie
Qui voudra bénéficier d'un test PCR gratuit pourra directement prendre rendez-vous auprès des équipes du LST. Un service proposé, à compter de juillet, notamment aux résidents qui n'ont pas été vaccinés contre le covid.

Tous ces kits de dépistage resteront à la charge de l'Etat, pour ne pas impacter les finances des structures. Alors que les huit centres intégrés pour personnes âgées employaient en 2020 7.541 personnes, les 54 structures de la fédération d'aide ou de soins aux personnes vulnérables Copas en dénombraient quelque 12.000. Quant aux résidents, ils étaient 5.762 selon le dernier bilan du ministère de la Famille.

Le maintien du dépistage auprès des seniors étant justifié par le CSMI par «la prédominance du variant Delta» au Grand-Duché. En revanche le fait que «82 à 85% des résidents de ces structures présentent des anticorps contre le covid» explique que la cadence des tests «ne soit pas augmentée», précise un porte-parole du CSMI. A noter également que les plus de 79 ans restent la classe d'âge où la mortalité liée au covid est la plus importante.

Selon la ministre de la Famille, «65% du personnel travaillant auprès de personnes âgées» était vacciné au mois de juillet dernier. «Il nous est difficile de connaître un chiffre précis, certains se faisant vacciner hors de nos frontières», souligne Corinne Cahen. Un élément également souligné par le CSMI dans son avis. La ministre espère toutefois voir ce chiffre augmenter grâce à la vaccination sans rendez-vous et à l'impf-bus. «Il faut aussi rappeler que certains de ces employés étaient malades, et donc considérés comme guéris pendant six mois seulement», note-t-elle. Statut qui va changer au fil du temps donc.

Pas question cependant d'obliger le personnel à se faire vacciner comme en France ou en Belgique. La vaccination doit rester un «choix personnel» pour la ministre, qui s'aligne sur la position jusque-là défendue par le gouvernement. Dans son rapport sur les 53 clusters recensés dans des structures hébergeant des personnes âgées, Jeannot Waringo avait pourtant pointé du doigt cette réticence comme un facteur de contagion.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

C'est là le souhait des députés d'opposition (CSV, Pirate, déi Lénk, Adr) qui souhaitent voir la ministre de la Famille (DP) quitter le gouvernement au lendemain des conclusions du rapport Waringo.
Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l’Intégration
Très attendues, les conclusions du rapport indépendant dédié aux clusters dans les structures d'accueil dédiées aux personnes âgées ne fait pas état, lundi, de lacunes importantes, mais évoquent tout de même plusieurs pistes d'amélioration.
IPO , Pres .Rapport Jeannot Waringo über Coronacluster in Altersheimen und Pflegeheimen , Jeannot Waringo , Fernand Etgen , Corinne Cahen , Paulette Lenert , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Les visiteurs comme le personnel évoluant dans des hôpitaux, maisons de retraite et lieux d'accueil pour personnes handicapées devront dès dimanche se plier à de nouvelles mesures sanitaires.
Qui voudra bénéficier d'un test PCR gratuit pourra directement prendre rendez-vous auprès des équipes du LST. Un service proposé, à compter de juillet, notamment aux résidents qui n'ont pas été vaccinés contre le covid.
Illustration, beim LMS, Covid-Testzentrum, Corona, Testing, testen, Covid-19, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Même si la vaccination a prioritairement visé les personnes âgées résidant en établissement de longs séjours, le ministère de la Famille ne constate pas d'accalmie sur le front des infections collectives.
Eugene, 86 years old, and his wife talk with a firefighter nurse before receiving a dose of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine at home on March 30, 2021 in Saint-Bonnet-en-Champsaur, southeastern France. (Photo by PHILIPPE DESMAZES / AFP)
La situation dans les maisons de retraite et de soins est sous contrôle estime ce jeudi Corinne Cahen (DP). La ministre de la Famille et de l'Intégration a toutefois révélé que 99 cas de covid-19 étaient recensés dans ces établissements.
A French first aid worker from the Protection Civile Paris Seine, wearing personal protection equipment (PPE) puts an oxygen mask on the face of a man suspected of being infected with the novel coronavirus at his home in Paris on April 8, 2020 on the twenty-third day of a lockdown in France to stop the spread of the COVID-19. - France has been on lockdown since March 17 in a bid to limit the contagion caused by the novel coronavirus. (Photo by Lucas BARIOULET / AFP)