Changer d'édition

Les tests rapides s'invitent sur les bancs de l'école
Luxembourg 3 min. 23.03.2021 Cet article est archivé

Les tests rapides s'invitent sur les bancs de l'école

Pour cette phase test, six établissements sont concernés et seule l'analyse des observations de terrain devrait déterminer leur généralisation à l'ensemble des écoles du pays.

Les tests rapides s'invitent sur les bancs de l'école

Pour cette phase test, six établissements sont concernés et seule l'analyse des observations de terrain devrait déterminer leur généralisation à l'ensemble des écoles du pays.
Photo: AFP
Luxembourg 3 min. 23.03.2021 Cet article est archivé

Les tests rapides s'invitent sur les bancs de l'école

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Annoncée début mars, la mise en place d'une phase test destinée à permettre aux élèves d'effectuer par eux-mêmes le dépistage du covid-19 débutera mercredi, annonce le ministère de l'Education nationale. 9.000 kits seront distribués dans six établissements.

Après l'introduction d'analyseurs de la qualité de l'air et le port du masque obligatoire dès le cycle 2, les élèves s'apprêtent à bénéficier d'un nouveau dispositif dans la lutte contre la pandémie. Du moins, certains élèves, puisque le ministère de l'Education nationale annonce ce mardi que «9.000 kits de tests rapides ont été commandés» pour mener à bien la phase pilote. 


First graders of the 39th Dresden primary school sit in their classroom for the first lesson following the coronavirus lockdown in Dresden, eastern Germany, on February 15, 2021, amid the novel coronavirus / COVID-19 pandemic. - In the eastern federal state of Saxony, pre-schools and primary schools have started easing their restrictions implemented in order to curb the spread of the virus. (Photo by JENS SCHLUETER / AFP)
Les autotests à l'école dès le 22 mars
Le ministère de l'Education a confirmé vouloir lancer une opération-pilote de dépistage du coronavirus par les scolaires eux-mêmes. Avant d'être déployée sur tout le pays, l'opération serait d'abord expérimentée.

Initialement prévue pour débuter ce lundi, cette dernière ne débutera donc que mercredi et concernera six établissements scolaires: les écoles fondamentales de Luxembourg-Beggen, Esch-sur-Alzette-Lallange, Sanem-Scheierhaff et Dudelange, ainsi que l'Atert Lycée de Redange et le Lycée Hubert-Clément d'Esch-sur-Alzette. La «possible généralisation» de la mesure ne devrait intervenir qu'après les vacances de Pâques, une fois le bilan tiré de la phase test qui doit durer jusqu'au 2 avril prochain. 

Autrement dit, une fois que le ministère de l'Education nationale aura tiré les leçons «des éventuelles difficultés organisationnelles, techniques, psychologiques», selon les termes du communiqué officiel. Réservés aux élèves des classes sélectionnées appartenant aux cycles 2 à 4, les kits d'autotests visent à livrer un résultat «après 15 minutes» et peuvent être utilisés «dès six ans», après consentement écrit des parents pour les mineurs. Les élèves des cycles 1 des établissements sélectionnés «recevront un test à réaliser avec leurs parents à domicile», précise le ministère.


01.03.2021, Sachsen-Anhalt, Magdeburg: Ein Fünftklässler meldet sich während des Präsenzunterrichts am "Ökumenischen Domgymnasium". Nach zweieinhalb Monaten coronabedingten Notbetriebs öffnen in Sachsen-Anhalt die Schulen und Kitas wieder ihre Türen. Foto: Ronny Hartmann/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le virus s'invite dans 294 classes
Sur la première semaine de mars, le ministère de l'Education a noté une légère diminution du nombre d'enfants et de personnels infectés. Vivement que les autotests de dépistage entrent en service pour briser au plus tôt les chaines de contamination.

Imaginée en deux temps, la phase test débutera cette semaine avec l'envoi d'un kit «pour chaque élève et enseignant» afin que tous s'entraînent à la maison. Le second temps se déroulera au cours de la semaine du 29 mars où chaque élève participant fera un test à l'école, «sous la supervision d'un enseignant», note le communiqué. Pour encadrer ces derniers, le ministre prévoit l'envoi d'«un vade-mecum explicatif, ainsi qu'une fiche d'évaluation où ils pourront noter leurs observations du déroulement des autotests dans leur classe».

L'analyse de ces fiches, effectuée avec le ministère de la Santé, déterminera une éventuelle mise en oeuvre à l'échelle nationale de ce nouveau dispositif. Pour mémoire, la mise à disposition de tests rapides répond à la stratégie du gouvernement qui entend systématiser leur recours, non pas tant comme arme contre le covid-19, mais plutôt comme dispositif d'alerte. Voués à d'abord faire leur apparition dans les écoles et les maisons de retraite, ces tests rapides fleuriront également dans les entreprises, mais aussi à domicile. 


Les autotests s'inviteront aussi en entreprises
Déjà annoncés pour être utilisés dans le milieu sportif, les maisons de soins ou les écoles, Paulette Lenert indique jeudi que ces dispositifs, qui pourront être utilisés sans formation spécifique, seront également disponibles dans le milieu professionnel et à domicile.

A ce jour, aucune date quant à l'implémentation à grande échelle de ces nouveaux dispositifs n'a été évoquée. Ce point devrait figurer à l'ordre du jour du briefing que Xavier Bettel (DP) tiendra mercredi après-midi, le Premier ministre devant notamment dévoiler les nouvelles mesures sanitaires qui entreront en vigueur au-delà du 2 avril prochain.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Depuis lundi, écoliers et lycéens se doivent de pratiquer des tests rapides pour lutter contre la pandémie. Une nouvelle pratique plutôt bien acceptée par les principaux concernés qui assurent «contribuer à la sécurité de tous».
Lok , Grundschule Cents , Luxemburg-Stadt ,Covid Schnelltest Schulen , Corona , Covid-19 , Schule Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Si le projet-pilote prendra fin ce vendredi, les résultats ne seront pas communiqués avant la fin des vacances de printemps, précise Claude Meisch ce jeudi. Les conclusions tirées permettront de réfléchir à sa «mise en oeuvre concrète» à plus grande échelle.
dpatopbilder - 22.03.2021, Sachsen-Anhalt, Halle (Saale): Ein Schüler des Lyonel Feininger Gymnasiums macht seinen ersten Corona Schnelltest. Zum ersten Mal werden in der Schule auf Initiative des Schulleiters Schnelltests für und von den Schülern durchgeführt. Foto: Holger John/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Sur la première semaine de mars, le ministère de l'Education a noté une légère diminution du nombre d'enfants et de personnels infectés. Vivement que les autotests de dépistage entrent en service pour briser au plus tôt les chaines de contamination.
01.03.2021, Sachsen-Anhalt, Magdeburg: Ein Fünftklässler meldet sich während des Präsenzunterrichts am "Ökumenischen Domgymnasium". Nach zweieinhalb Monaten coronabedingten Notbetriebs öffnen in Sachsen-Anhalt die Schulen und Kitas wieder ihre Türen. Foto: Ronny Hartmann/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Déjà annoncés pour être utilisés dans le milieu sportif, les maisons de soins ou les écoles, Paulette Lenert indique jeudi que ces dispositifs, qui pourront être utilisés sans formation spécifique, seront également disponibles dans le milieu professionnel et à domicile.
Le ministère de l'Education a confirmé vouloir lancer une opération-pilote de dépistage du coronavirus par les scolaires eux-mêmes. Avant d'être déployée sur tout le pays, l'opération serait d'abord expérimentée.
First graders of the 39th Dresden primary school sit in their classroom for the first lesson following the coronavirus lockdown in Dresden, eastern Germany, on February 15, 2021, amid the novel coronavirus / COVID-19 pandemic. - In the eastern federal state of Saxony, pre-schools and primary schools have started easing their restrictions implemented in order to curb the spread of the virus. (Photo by JENS SCHLUETER / AFP)