Changer d'édition

Les tests rapides resteront en place à la rentrée
Luxembourg 2 min. 11.08.2021
Vie scolaire

Les tests rapides resteront en place à la rentrée

Les quelque 120 scolaires et leurs enseignants n'en ont pas fini avec le virus...
Vie scolaire

Les tests rapides resteront en place à la rentrée

Les quelque 120 scolaires et leurs enseignants n'en ont pas fini avec le virus...
Photo : dpa
Luxembourg 2 min. 11.08.2021
Vie scolaire

Les tests rapides resteront en place à la rentrée

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A défaut de se prononcer déjà sur la nécessité du masque en classe, la ministre de la Santé a indiqué que les dépistages se poursuivraient dans les écoles et lycées dès septembre et «au moins jusqu'en décembre».

Jusqu'au dernier jour de cours, le covid se sera glissé dans les établissements du pays. Ainsi, pour l'ultime semaine de classe, le ministère de l'Education avait-il encore relevé 226 cas positifs dans les rangs. Et même si les élèves auront eu le temps d'oublier les joies des tests rapides durant leurs congés, ils vont vite devoir reprendre cette habitude. En effet, Paulette Lenert (LSAP) a été claire sur le sujet, mercredi en conférence de presse : les dépistages rapides redémarreront bien à la rentrée. 


Le grand oral du ministre de l'Education
Pour la rentrée, Claude Meisch espère que la moitié des élèves seront vaccinés contre le covid. Un soulagement mais qui n'empêche pas le ministre de l'Education d'envisager bien des scénarios pour la prochaine année scolaire. Interview.

Le risque de contamination au virus risquant d'être toujours présent le 15 septembre et dans les semaines à venir, la ministre de la Santé a d'ores et déjà averti que le dispositif serait maintenu «au moins» jusqu'à la fin de l'année. Sachant qu'après une phase-test, la mesure avait été déployée à l'échelle nationale à compter d'avril dernier.

Les tests rapides mis en place dans le fondamental, le secondaire et en centres de compétences, ont pour but de permettre la détection rapide (et donc le placement à l'isolement) des nouveaux cas positifs. Cela afin d'éviter toute création de cluster dans les établissements (et pénaliser un enseignement loin d'être facile en cette période sanitaire bousculée) mais aussi au sein des familles. 

Cependant, quand la cloche sonnera la fin des vacances, une ''surprise'' pourrait attendre les élèves. En effet, la direction de la Santé teste actuellement une nouvelle forme d'analyse basée sur le prélèvement salivaire. Cette opération pilote se déroule depuis le 9 août à la station du Large Scale testing d'Howald. Elle pourrait se traduire par le remplacement des prélèvements nasaux par de plus simples analyses de crachats. Une méthode plus facile à mettre en oeuvre notamment auprès des plus jeunes.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Contrairement à ses voisins qui connaissent un regain d'infections ces dernières semaines, le Luxembourg se trouve «dans une situation stable», assure mercredi la ministre de la Santé. Pour Paulette Lenert, l'explication se trouve dans l'avancée de la campagne vaccinale, amenée à évoluer.
Pour l'heure, la proposition a recueilli un peu moins de 400 soutiens. Mais elle vient relancer le projet d'une contrainte sanitaire qui s'imposerait à certains professionnels, comme les soignants, les policiers, les enseignants voire fonctionnaires au contact du public.
(FILES) In this file photo taken on April 19, 2021 Health workers wait prior to administer Moderna vaccines against the Covid-19 at a newly-opened vaccination center in Lausanne, on April 19, 2021. - Switzerland on August 9, 2021, approved Moderna's Covid-19 vaccine for youngsters aged between 12 and 17 years old, weeks after EU regulators authorised the drug for the same age group. (Photo by Valentin FLAURAUD / AFP)
Le directeur du Centre hospitalier de Luxembourg a notamment annoncé, mercredi, que tous les nouveaux embauchés devront avoir été vaccinés contre le SARS-CoV2. «Un choix déontologique», selon Romain Nati.
10.08.2021, Thüringen, Jena: Medizinstudentin Ivanna Jeziorowsky zieht eine Spritze mit dem Covid-19-Impfstoff von Johnson und Johnson auf. Bei der Impfung in den Räumen der Tafel Jena können Bürger ohne Termin geimpft werden. Foto: Bodo Schackow/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
A compter du 14 août, d'abord trois puis un quatrième site d'injection feront une pause. Kirchberg, Ettelbruck, Mondorf et Sandweiler restant «mobilisables» si une nouvelle campagne de vaccination massive se profilait.
Si le service de restauration scolaire entend réviser les menus proposés aux écoliers, lycéens et étudiants fréquentant ses établissements, pas question de ne servir que légumes, fruits et produits laitiers (aussi bio et locaux soient-ils).