Changer d'édition

Les tests rapides ne se recyclent pas
Luxembourg 2 min. 17.05.2021

Les tests rapides ne se recyclent pas

Ces dispositifs n'étant pas considérés comme des déchets médicaux, ils peuvent être jetés avec les ordures ménagères.

Les tests rapides ne se recyclent pas

Ces dispositifs n'étant pas considérés comme des déchets médicaux, ils peuvent être jetés avec les ordures ménagères.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 17.05.2021

Les tests rapides ne se recyclent pas

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Face à l'usage massif de ces kits de dépistage, le gouvernement a indiqué la marche à suivre ce lundi pour éviter qu'ils ne se retrouvent dans la nature ou la mauvaise benne. Un protocole mis en place suite aux sollicitations de particuliers et du secteur de l'Horeca.

Au restaurant, au travail ou à l'école, les tests rapides sont appelés à faire partie du quotidien. Face au déploiement massif de ces kits de dépistage, le ministère de l'Environnement a publié ce lundi un communiqué expliquant la méthode à suivre pour jeter ces déchets.


17 millions de tests rapides prêts à servir
Le ministère de la Santé a acheté de nouveaux kits de dépistage contre le covid, pour un coût compris entre 22 et 30 millions d'euros. De quoi appliquer la nouvelle stratégie du gouvernement: tester en masse pour «revenir à la normalité».

«Ces dispositifs en plastique ne sont ni biodégradables ni recyclables», note Simone Dengler, chargée de communication au sein de l'administration de l'Environnement. Pas question donc de les jeter dans la poubelle jaune après usage, et encore moins dans la nature. «Quand le test est négatif, il suffit simplement de le mettre dans la poubelle grise, avec les autres déchets ménagers», indique Simone Dengler. 

En revanche, si le test est positif, les particuliers doivent suivre «le même protocole que pour les masques et les gants», rapporte le ministère. Ainsi, il faut d'abord remettre le kit dans son emballage d'origine, le mettre dans un premier sac, puis une fois le tout bien refermé le déposer dans la poubelle. Une consigne «relativement simple», puisque ces autotests «ne sont pas considérés comme des déchets médicaux», souligne Simone Dengler.

17 millions de tests

A noter que ce communiqué intervient au lendemain de la réouverture des salles dans les restaurants, dont l'accès est conditionné à la présentation d'un test négatif (rapide ou non). Une semaine encore avant cette ouverture, la fédération Horesca ne disposait «d'aucune information de la part du gouvernement» concernant ces déchets, indiquaient nos confrères de Paperjam

«Nous avons été sollicités à la fois par des particuliers et des membres de l'Horeca qui se demandaient quelle était la marche à suivre», reconnaît le ministère de l'Environnement. Ce procédé a donc été établi par la suite, «en concertation avec le ministère de la Santé».


Plus de 600.000 tests rapides pour la fonction publique
Le gouvernement a annoncé ce vendredi que la distribution des kits de dépistage commencera la semaine prochaine. Livrés aux ministères, les dispositifs seront ensuite répartis en interne, à raison de 20 à 25 par agent.

Pour rappel, le gouvernement dispose à ce jour de 17 millions de kits de dépistage, qu'il distribue aux restaurants et aux bars, mais aussi aux entreprises et aux fonctionnaires. La répartition des 600.000 tests attribués à ces derniers devrait commencer cette semaine.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le ministère de la Santé a acheté de nouveaux kits de dépistage contre le covid, pour un coût compris entre 22 et 30 millions d'euros. De quoi appliquer la nouvelle stratégie du gouvernement: tester en masse pour «revenir à la normalité».
A compter du 17 mai, le gouvernement distribuera gratuitement des kits destinés aux sociétés du Grand-Duché désireuses de participer à cette nouvelle action vouée à «permettre la sortie de crise», selon Dan Kersch. La distribution se fera via quatre centres à travers le pays.
Avec une situation sanitaire considérée comme «stable» depuis deux semaines, Xavier Bettel pourrait annoncer mercredi prochain de nouvelles mesures d'assouplissement. A condition toutefois que l'utilisation des tests devienne «une nouvelle routine».