Changer d'édition

Les terrains synthétiques du pays dans les normes
Luxembourg 2 min. 20.09.2019

Les terrains synthétiques du pays dans les normes

Seuls «trois ou quatre terrains» ayant utilisé des revêtements de première génération ont été remplacés dans le pays, assure le ministère des Sports.

Les terrains synthétiques du pays dans les normes

Seuls «trois ou quatre terrains» ayant utilisé des revêtements de première génération ont été remplacés dans le pays, assure le ministère des Sports.
Ariches LW: Nicolas Bouvy
Luxembourg 2 min. 20.09.2019

Les terrains synthétiques du pays dans les normes

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Les pelouses artificielles des installations sportives luxembourgeoises sont toutes dépourvues de revêtement incluant des granulés de caoutchouc. Des micro-billes, à caractère potentiellement nocif, dont l'emploi devrait être restreint.

«Le Luxembourg n'est pas concerné par l'utilisation des billes noires (issues du recyclage des pneus) pour le remplissage des terrains synthétiques», affirme Rob Thillens. Une bonne nouvelle, de la part du commissaire du gouvernement à l'Éducation physique et aux Sports, à l'heure où l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a déposé une proposition visant à réduire la présence des microplastiques comme matériau de remplissage des surfaces de sport synthétiques. 


Référendum de la FLF: un oui franc et massif
Le transfert des jeunes et les terrains synthétiques ont fait l'objet d'un référendum. Vendredi, la FLF a annoncé que les clubs approuvaient, à une large majorité, les nouveaux règlements.

Les «revêtements plus anciens, ceux de la première génération (3 ou 4 terrains), qui auraient pu poser problème ont tous été remplacés.» Les quelque 80 équipements sportifs disposant donc d'un revêtement synthétique ne figurent donc pas dans la ligne de mire d'un éventuel changement de la législation. 

La consultation publique lancée par l'ECHA dans toute l'Union européenne reste ouverte jusqu'au 20 septembre. 

Le liège comme alternative possible

L'idée de l'ECHA ne serait pas d'interdire les pelouses synthétiques. «Cela aurait d'ailleurs un impact financier considérable pour le milieu sportif dans le milieu associatif», estime Rob Thillens.  

Le but serait plutôt de trouver les moyens de réduire, d'une manière générale, les sources d'émissions de pollution microplastique. 

Pour le commissaire luxembourgeois, disposer d'une pelouse synthétique ne dispense pas les responsables des clubs ou les communes de les entretenir. Un terrain avec un gazon artificiel a une durée de vie moyenne d'une quinzaine d'années à condition de le nettoyer et d'évacuer régulièrement tous les déchets de la surface (feuilles, branches, papiers, fibres sujettes à l'usure normale...) et de le brosser régulièrement. 

ARCHIVES LW/Nicolas Bouvy

Pour info, le futur stade national, qui verra le jour entre le ban de Gasperich et Kockelscheuer fin 2020, sera équipé d'une pelouse hybride composée de gazon naturel et de microfibres synthétiques.


Sur le même sujet