Changer d'édition

Les syndicats réclament une nouvelle tripartite
Luxembourg 5 min. 19.01.2021 Cet article est archivé

Les syndicats réclament une nouvelle tripartite

Pour les syndicats, les derniers mois de crise ont aggravé la situation sociale de nombreux ménages. Aussi, est-il temps de revoir la stratégie nationale.

Les syndicats réclament une nouvelle tripartite

Pour les syndicats, les derniers mois de crise ont aggravé la situation sociale de nombreux ménages. Aussi, est-il temps de revoir la stratégie nationale.
Photo : AFP
Luxembourg 5 min. 19.01.2021 Cet article est archivé

Les syndicats réclament une nouvelle tripartite

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le courrier adressé par l'OGBL, la CGFP et le LCGB au Premier ministre pour demander un tour de table entre partenaires sociaux et gouvernement n'a toujours pas reçu d'écho.

Juillet 2020. Voilà à quand remonte la dernière réunion d'une tripartite. Pourtant, voilà six mois, Xavier Bettel avait promis de réunir sans tarder syndicats, patronat et ministres pour évaluer la situation du pays et s'entendre sur les mesures à prendre. Sauf que le rendez-vous n'a pas eu lieu, regrettent d'une même voix, OGBL, LCGB et CGFP dans une lettre adressée au Premier ministre. Le trio s'impatientant pour qu'à nouveau chacun se retrouve pour faire le point sur une situation économique et sociale toujours fragilisée.


Lokales, Pressekonferenz Stadt Luxemburg “Mon Quartier – Mon Commerce “ / “ Mäi Quartier – Mäi Buttek“  Avenue de la Gare, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
2020 n'aura pas vu flamber les faillites
Alors que la crise économique est bien là, moins d'entreprises auront définitivement fermé durant l'épisode covid qu'en 2019. La construction restant le secteur le plus affecté parmi les 1.206 faillites actées.

Deux semaines que le courrier a été envoyé, deux semaines de silence du côté de l'exécutif. «C'est d'autant plus regrettable que la crise rend les échanges de points de vue indispensables, souligne Nora Back, présidente de l'OGBL. Pourtant l'été dernier, chacun semblait d'accord pour dire qu'un deuxième round était indispensable.» 

Et puis, le semestre dernier a vu la reprise des infections, de nouvelles restrictions posées, levées, reprises, des aides publiques réajustées, de nouvelles inquiétudes poindre. «Il est donc temps de reprendre un dialogue social dont l'ensemble des partenaires sociaux, UEL incluse, a salué l'efficacité

A plusieurs reprises, Xavier Bettel aura repoussé la tenue de cette tripartite nationale. D'abord à l'automne dernier, arguant que les différents chantiers de réflexions qui avaient été listés n'avaient pas encore été menés à bien.

Il était alors trop tôt pour disposer des conclusions demandées au Comité permanent du travail et de l'emploi; pas plus de document définitif sur lequel s'appuyer pour le groupe planchant sur la formation continue ou la transition écologique; guère d'avancée non plus sur les orientations à donner aux investissements publics et privés pour assurer la reprise de l'économie.

Dans le même temps, les partenaires ont dû aussi se focaliser sur les négociations menées autour du devenir de l'aviation et de l'activité sidérurgique. Deux tripartites certes, mais sectorielles seulement. Enfin, au terme de 2020, la situation sanitaire n'a plus permis de rassembler autour d'une même table les trois représentations syndicales à représentation nationale, l'UEL et les ministres impliqués dans la gestion et sortie de crise.

Nouveau patron, même position

Maintenant, LCGB, OGBL et CGFP entendent réveiller le dialogue social. «Que ce soit pour le secteur privé, les indépendants ou les fonctionnaires, on voit bien que les situations ont changé et qu'il faut adapter la réponse du pays à une nouvelle réalité», note un représentant de la Confédération générale de la fonction publique. Mais reste donc à en convaincre le gouvernement, mais aussi l'UEL.

En effet, l'Union des entreprises luxembourgeoises ne jugeait pas ce rendez-vous opportun en novembre encore. Depuis, le patronat s'est trouvé un nouveau président (en la personne de Michel Reckinger) mais n'a pas changé de point de vue. «Nous avions convenu que si tripartite il devait à nouveau y avoir, celle-ci se tiendrait sitôt que l'on pourrait avoir une meilleure visibilité sur la relance possible. Là, nous sortons tout juste d'un semi-reconfinement, et se retrouver nous semble encore un peu prématuré», estime ainsi Jean-Paul Olinger, directeur de l'UEL.


Lokales, Luxembourg geht in den Lockdown II, Coronavirus, Covid-19, Grand Rue, Luxembourg Ville. Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Aider l'économie à se relever» reste la priorité
Si le gouvernement ne manque pas de projets pour la nouvelle année, 2021 restera inévitablement marquée par le covid-19. Pour le Premier ministre, la crise sanitaire se trouvera donc toujours au cœur des décisions gouvernementales.

Pour autant, le patronat «répondra favorablement à toute invitation» pour une tripartite, si elle émane du gouvernement. «A l'heure actuelle Xavier Bettel et ses ministres déploient encore leur stratégie. Des échanges sectoriels ou au sein des entreprises permettent aux partenaires sociaux de réagir au cas par cas, et cela fonctionne bien ainsi».

Et si d'autres questions venaient à être soulevées, chacun - syndicats comme patronat - a toute liberté de s'exprimer. «Nous le faisons haut et fort sur le traitement indigne de la situation des indépendants frappés par la crise; je n'entends pas beaucoup les organisations syndicales sur le sujet. Si c'est opportun, pourquoi ne pas aussi alors discuter des sujets pertinents suivants : rémunération de l’activité vs inactivité lors de la crise, convention collective du secteur hospitalier ou encore du mécanisme de revalorisation du salaire social minimum?», note Jean-Paul Olinger.

Sans oublier que les partenaires sociaux ont assez souvent l'occasion de se croiser et débattre sur le terrain, soit via les institutions de la Sécurité sociale (p.ex. CNS), soit via le Comité de conjoncture pour le chômage partiel, qui se retrouvent régulièrement, conclut l'UEL.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Entre LCGB, OGBL et UEL, les positions sont loin d'être les mêmes pour assurer aux indépendants en crise l'équivalent d'un chômage partiel. Pas de doute : Dan Kersch a réussi à attiser le dialogue.
Surtout de la prévisibilité dans les décisions du gouvernement. Michel Reckinger, président de la Fédération des artisans (et nouveau «patron des patrons» à la tête de l'UEL) et Tom Oberweis, président de la Chambre des métiers relaient les espoirs de leur secteur.
Meisterbrief, Chantier Electricité, Elektriker, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
A peine 18% des sociétés de plus de 25 salariés respectent le quota fixé par la loi en termes de recrutement de salariés souffrant d'une déficience physique ou mentale. D'autant plus regrettable que de nombreuses aides sont possibles.
Behindert, Behinderung, Rollstuhl, Heim, Behinderteneinrichtung, Behindertenheim
La proposition des recettes et dépenses de l'Etat pour 2021 a fait l'objet de dix heures de débat à la Chambre. Ce jeudi matin, le budget a été adopté par 31 oui (DP, LSAP, déi gréng) contre 29 non (CSV, ADR, déi Lénk, Piraten).
Politik, Chambre des Députés - Débat Budget, Pierre Gramegna. Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le Premier ministre a dû sentir qu'il était temps d'accorder audience aux syndicats du pays. Ainsi, OGBL, CGFP et LCGB qui se plaignaient d'un «gouvernement faisant cavalier seul» seront reçus ce jeudi 14 mai au château de Senningen.
Politik, Parlament, Corona, Staatsminister Xavier Bettel betritt den Cercle Cité  zur Bekanntgebung zur Lockerung der Quarantänebestimmungen, mit Maske, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort