Changer d'édition

Les stéréotypes ont la peau dure au Luxembourg
Luxembourg 5 min. 08.03.2022
Etude sur le racisme

Les stéréotypes ont la peau dure au Luxembourg

Le lieu de travail est l'un des endroits où les personnes interrogées disent ressentir des discriminations et du racisme, selon l'enquête du LISER.
Etude sur le racisme

Les stéréotypes ont la peau dure au Luxembourg

Le lieu de travail est l'un des endroits où les personnes interrogées disent ressentir des discriminations et du racisme, selon l'enquête du LISER.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 5 min. 08.03.2022
Etude sur le racisme

Les stéréotypes ont la peau dure au Luxembourg

Megane KAMBALA
Megane KAMBALA
La matinée du 8 mars a été l’occasion pour le ministère de la Famille de convier la presse pour lui présenter les résultats de l’étude «Le racisme et les discriminations ethno-raciales au Luxembourg» en présence de représentants du LISER et du CEFIS.

En réponse à la publication du rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, intitulé «Being Black in the EU» publiée en novembre 2019 - peu élogieux à l’égard du Luxembourg -, la Chambre des députés avait adopté en juillet 2020 une motion invitant le gouvernement luxembourgeois à mener «une étude sur le phénomène du racisme au Luxembourg afin de développer une stratégie de lutte cohérente».


Ils étaient nombreux à répondre à l'appel lancé par l'association Lëtz Rise Up.
Un premier portrait du racisme au Luxembourg
Mandaté par la Chambre des députés et le ministère de la Famille, le Liser lancera mi-juin une vaste enquête sur les perceptions des discriminations au Luxembourg. Le but: balayer le plus large possible.

Ainsi, le département de l’intégration du ministère de la Famille, de l’Intégration et à la Grande Région de la ministre DP Corinne Cahen a mandaté le Centre d’étude et de formation interculturelles et sociales (CEFIS) et le Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER) pour la réaliser et en restituer les principaux résultats.

Sur base de ces résultats, le CEFIS et le LISER ont également été chargés de formuler des recommandations d’orientation politique dans le domaine de la lutte contre le racisme et les discriminations ethno-raciales.

Pour la première enquête, celle du LISER, le but principal était de sonder le ressenti et la perception de la population sur ces questions de racisme et de discriminations, tandis que la deuxième, celle du CEFIS, s’orientait sur la perception des experts et des acteurs institutionnels et privés ainsi que l’analyse légale et institutionnelle autour de ces problématiques.

Un racisme plus sournois

Frédéric Docquier du LISER a insisté sur le fait que les ressentis des répondants ne sont que des perceptions, qu’ils ne sont pas toujours fondés et peuvent être erronés. C’est toutefois un travail important de poser un premier jalon pour «identifier les secteurs problématiques et à risques de la société luxembourgeoise».

Une partie des résultats de l’étude quantitative démontrent que 4,3% des résident établissent une hiérarchie entre les races (contre 9% en France sur un échantillon de 1.000 personnes et 32% en Belgique sur une base de 1.392 personnes). Un taux assez faible, alors que 15,2% déclarent que des réactions à caractère raciste sont parfois justifiées (contre 46% en France et 59% en Belgique).

11,1% souhaitent éviter un voisin de type ethno-racial particulier et 6,3% souhaitent éviter un supérieur de type ethno-racial particulier (plus précisément d’origine arabe, portugaise ou des personnes noires).


Un premier portrait du racisme en bonne voie
Trois mois après le début de leur enquête sur la perception des discriminations au Luxembourg, les experts du Liser se disent «très satisfaits» du taux de réponse à leur sondage en ligne. Les premiers résultats devraient être communiqués en novembre.

Globalement, 33,9% des interrogés pensent que le racisme a augmenté ces cinq dernières années et 29,7% d’entre eux craignent d’être victimes d’incidents dans un futur proche en raison de leur appartenance ethno-raciale.

Du côté du CEFIS, l’étude qualitative met en lumière la difficulté qu’ont certains acteurs à définir ou à distinguer clairement racisme et discrimination; mais aussi de fortes divergences dans les perceptions puisque ce qui est dénoncé par les acteurs du secteur social ou de défense des publics racisés comme relevant de problèmes de racisme et de discrimination est assimilé à des difficultés de compréhension et de communication dans les structures officielles.

L’ensemble des acteurs s’accordent cependant pour dire que le niveau de conscience de ces problématiques est plus important, et que les moyens d’expression du racisme et des discriminations sont devenus «de plus en plus sournois», sous forme de «micro-agressions quotidiennes»…

Des clichés persistants

Les deux études révèlent également que bon nombre de clichés sont persistants, tels que la «paresse de l’Afro-descendant, la soumission de la femme musulmane, le terrorisme islamique, ou encore l’idée que les réfugiés ne sont là que pour profiter de l’Etat».

Des tendances que l’on peut retrouver dans les reportages de médias nationaux et internationaux et sur les réseaux sociaux. L’enquête qualitative révèle d’ailleurs que 31,7% des résidents pensent que certains groupes ethno-raciaux (les personnes noires, les gens de l’Est, les Roms et les musulmans) «sont responsables d’une hausse de la violence et de la criminalité».

Quatre points à surveiller

Il ressort également des deux enquêtes que quatre points névralgiques sont à surveiller: le domaine professionnel (qu’il s’agisse de recherche d’emploi ou de climat hostile sur le lieu de travail), la recherche de logement, les réseaux sociaux, et enfin, le domaine de l’enseignement. 


Facebook ist kein rechtsfreier Raum. Diese Erfahrung musste nun ein Angeklagter machen.
Quand Facebook mène devant le tribunal
Non, il n'est pas possible de tout dire sur les réseaux sociaux. Pour l'avoir oublié, trois résidents ont fait l'objet d'une présentation devant les juges. Et ni le temps ni les remords n'effacent les propos racistes.

Frédéric Docquier préconise d'ailleurs de s'inspirer du modèle italien pour le dernier point, lequel évalue les professeurs sur ces questions de discrimination afin de confronter les personnes ayant des biais cognitifs inconscients sur certaines catégories de personnes racisées.

Concernant la recherche de logement, la ministre Corinne Cahen a précisé qu'elle n'était pas en charge du ministère du Logement, mais a reconnu qu'il serait certainement bénéfique d'instaurer des clauses de non-discrimination avec les agences immobilières. 

Cependant, la ministre a tenu à rappeler que son ministère et les communes font déjà un grand travail au niveau de l'intégration des nouveaux arrivants et que ce qui relève de la lutte et des sanctions appartenait au domaine de la justice.

Enfin, selon Sylvain Besch (CEFIS), tout ce qui a trait aux réseaux sociaux est plus facilement décelable et peut être signalé auprès d'organismes tels que Bee Secure, et que de son opinion, l'ensemble de ces comportements racistes et discriminants sont de la responsabilité de tous, médias compris.

2.949 répondants pour l'enquête du LISER

D'un point de vue méthodologique, l’enquête du LISER s’est axée sur l’aspect quantitatif, par le biais d’un questionnaire en ligne auprès d’un échantillon représentatif de l’ensemble de la population résidente. Elle a été menée entre le 25 juin et le 31 août 2021 et visait à la fois la population née au Luxembourg et les sous‐groupes de personnes les plus à risque de discrimination et racisation.


 Wegmarken des Kolonialismus in Luxemburg: Die ehemalige „Mohrenapotheke“ in der Oberstadt (Archivbild aus dem Jahr 2009) mit einer Darstellung des Exoten aus der Sicht des Europäers.
Un passé colonial toujours visible dans la capitale
Bien que le Luxembourg n'ait jamais eu de colonies, sa proximité avec la Belgique et les Pays-Bas et sa Place financière l'ont lié à ce pan de l'histoire. Deux organisations travaillent à la reconnaissance officielle de ce passé et de ses injustices.

En bref, 15.000 résidents âgés de 18 ans et plus pour une population de référence estimée à 518.104 personnes ont été invités à répondre à des questions transcrites dans cinq langues, à savoir, le luxembourgeois, le français, l’allemand, l’anglais et le portugais.  Au total, ce sont 2.949 personnes qui ont répondu pour les besoins de l’étude.

Celle du CEFIS s’est articulée sous forme d’enquête qualitative par des entretiens semi-directifs avec pour public cible les acteurs dits de terrain, experts et structures en lien direct ou indirect avec de possibles situations de racisme et de discriminations au Grand-Duché. Au total, 67 structures ont été sollicitées, sur la base de 139 personnes qui ont participé à l’enquête.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A l'occasion de la journée mondiale de la Shoah ce jeudi, les associations mobilisées contre l'antisémitisme dénoncent les références au nazisme dans les manifestations et appellent les pouvoirs publics à plus d'action.
Mandaté par la Chambre des députés et le ministère de la Famille, le Liser lancera mi-juin une vaste enquête sur les perceptions des discriminations au Luxembourg. Le but: balayer le plus large possible.
Ils étaient nombreux à répondre à l'appel lancé par l'association Lëtz Rise Up.
Ce jeudi marque la journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Une forme de racisme également présente au Luxembourg. Ghislaine et Armelle, deux Camerounaises habitant au Grand-Duché, ont accepté de témoigner.