Changer d'édition

Les socialistes analysent leur défaite
Luxembourg 2 min. 02.12.2017 Cet article est archivé
Esch-sur-Alzette

Les socialistes analysent leur défaite

Le LSAP eschois -représenté ici par Lydia Mutsch, Taina Bofferding et Vera Spautz- a décidé d'être à nouveau plus présent dans la vie publique.
Esch-sur-Alzette

Les socialistes analysent leur défaite

Le LSAP eschois -représenté ici par Lydia Mutsch, Taina Bofferding et Vera Spautz- a décidé d'être à nouveau plus présent dans la vie publique.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 2 min. 02.12.2017 Cet article est archivé
Esch-sur-Alzette

Les socialistes analysent leur défaite

Maurice FICK
Maurice FICK
A Esch-sur-Alzette, le LSAP a perdu trois sièges lors des élections communales et se retrouve sur les bancs de l'opposition. Samedi, les socialistes eschois ont analysé leur défaite électorale lors d'une assemblée générale extraordinaire.

(MF avec na) – A Esch-sur-Alzette, le LSAP a perdu trois sièges lors des élections communales et se retrouve sur les bancs de l'opposition. Samedi, les socialistes eschois ont analysé leur défaite électorale lors d'une assemblée générale extraordinaire. 

«Beaucoup de gens ont eu un problème avec nous et ne voulaient plus nous accorder leur confiance», a résumé le président de la section eschoise du LSAP, Fritz Remackel, en parlant du résultat des élections communales du 8 octobre 2017 qui ont été marquées par un retour en force du CSV et la débâcle des socialistes.

Fritz Remackel est d'avis que les autres partis ont moins gagné ces élections que le LSAP ne les a perdues. Les calculs faits en interne indiquent que le parti socialiste a perdu près de 1.500 électeurs par rapport à 2011.

Parmi les nombreuses raisons pouvant expliquer la défaite, Fritz Remackel a cité le fait que l'équipe du LSAP était restée pratiquement inchangée depuis 2000. Mais aussi le conflit interne au parti dont le point d'orgue a été le départ de Dan Codello, ancien échevin, peu après les élections.

Tout s'est envenimé suite au jeu de chaises musicales au sein du parti occasionné par la promotion de l'ex-bourgmestre, Lydia Mutsch, devenue ministre de la Santé après les élections législatives anticipées du 20 octobre 2013. Dan Codello avait fait le forcing alors que la jeune Taina Bofferding avait obtenu un meilleur résultat électoral.

Autre raison évoquée: le fait que le LSAP se soit senti très sûr de lui avant l'échéance électorale, a rappelé Fritz Remackel.

Mike Hansen, conseiller communal, a relevé le nouvel élan qui se manifeste au sein du parti depuis la défaite.

Le retour aux affaires communales du LSAP se fera via un plan en dix points présenté samedi par Taina Bofferding. Un plan qui prévoit, entre autres, la mise en place d'un nouveau comité, plus d'engagement public et la consolidation de l'équipe.

Ce plan prévoit également un renouvellement au sein du conseil communal. D'ici trois ans, Vera Spautz devra passer le relais en tant que porte-parole de la fraction socialiste au sein du conseil. Un rôle qui pourrait alors incomber à Taina Bofferding.


Sur le même sujet

L'ambiance chez les socialistes n'est pas bonne ces jours-ci. Le pire résultat électoral obtenu depuis la Seconde Guerre mondiale soulève des questions fondamentales. L'objectif premier: se renouveler. Mais comment?
Le formateur du futur gouvernement, Xavier Bettel (de dos, au centre), salue la délégation socialiste lors de la première réunion de discussion en vue d'une coalition tripartite.
«À bientôt»: c'est par ces mots que la bourgmestre sortante d'Esch-sur-Alzette, Vera Spautz, a clos le dernier conseil communal. Vue d'ensemble sur la situation politique à Esch.
Quelle couleur politique prendra l'hôtel de ville d'Esch-sur-Alzette, dimanche? Le résultat ne dépend pas que des électeurs, mais aussi de la capacité des partis à entrer dans une coalition.