Changer d'édition

Les secteurs «essentiels» amenés à travailler plus
Luxembourg 2 min. 26.10.2020

Les secteurs «essentiels» amenés à travailler plus

Pour faire face à la pénurie de personnel, le gouvernement envisage d'offrir la possibilité de travailler davantage.

Les secteurs «essentiels» amenés à travailler plus

Pour faire face à la pénurie de personnel, le gouvernement envisage d'offrir la possibilité de travailler davantage.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 26.10.2020

Les secteurs «essentiels» amenés à travailler plus

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Dans le but de garantir le bon fonctionnement des hôpitaux ou des laboratoires, le gouvernement compte autoriser l'élargissement du cadre horaire du personnel pour faire face au manque de main-d'oeuvre.

«Travailler un maximum de douze heures par jour et 60 heures par semaine», c'est le but de l'avant-projet de loi qui a été présenté ce lundi aux membres de la Commission du Travail et de la Sécurité sociale. Depuis le retour en force du virus au Luxembourg, le personnel des soins de santé est à nouveau mis à contribution. Dans certains endroits, les membres de certains services redoublent d'effort pour faire face à l'absence de collègues.  

Dans ce contexte particulièrement «alarmant» selon les autorités, les députés ont étudié la possibilité d'augmenter le temps de travail pour certains secteurs d'activités. «Il s'agit d'une mesure préventive pour garantir le bon fonctionnement des secteurs essentiels tels que les hôpitaux ou encore les laboratoires», a insisté Dan Kersch (LSPA).


A researcher from the University of Liege analyses virological saliva samples for Covid-19 detection at the University of Liege, on October 14, 2020. - These tests, developed by the students of Liege university, have been used sucessfully by the University hospital. The purpose of this test, for which the patient collects their own sample, aims at decongesting testing centres. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Le covid à l'origine de 74 cas de maladies professionnelles
Et logiquement, ce sont les personnels de santé qui payent le plus lourd tribut à l'infection virale au covid-19 dans l'exercice de leur activité.

Si les députés ont approuvé l'essence du projet de loi, ils ont indiqué qu'il ne faudra pas trop solliciter ce personnel, histoire d'éviter les dépressions et les burn-out. Le ministre du travail a d'ailleurs rappelé «le caractère exceptionnel de la mesure» qui viendra à échéance le 31 décembre 2020.  

  Pour rappel durant la première vague de la pandémie de covid, l'état de crise avait contraint les autorités à mettre en place un règlement grand-ducal similaire. A l'époque, les entreprises du secteur privé pouvaient introduire une telle demande. Une démarche qui avait été moyennement appréciée par les syndicats. 


A patient infected with COVID-19 is transferred back to intensive care from an especially created Post Resuscitation Unit (Unité Post Réanimation Respiratoire) after his condition went worse on April 17, 2020 at the Emile Muller hospital in Mulhouse, eastern France, as France is on the 32nd day of a strict lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by PATRICK HERTZOG / AFP)
Le covid remet la pression sur l'hôpital
Avec des chiffres en progression préoccupante, l'épidémie de covid-19 vient à nouveau bouleverser les prises en charge hospitalières. Jusqu'à présent les services font face.

 Cette fois, les secteurs concernés par cette mesure, à savoir des services publics/semi-publics, devront notamment demander une autorisation spéciale au ministère du Travail pour pouvoir augmenter la durée de travail de leurs salariés. Le texte doit être déposé ce lundi à la Chambre et sera ensuite envoyé pour avis au conseil d'Etat. Le but est que ce texte législatif avec ces nouvelles mesures puissent entrer en vigueur cette semaine.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les secteurs «essentiels» pourront travailler plus
Pour faire face à la deuxième vague de covid-19, les députés ont donné leur accord pour une augmentation du temps de travail dans certains domaines comme la santé. Ils ont aussi acté un nouveau mode de recrutement dans l'enseignement pour combler les nombreuses absences.
Healthcare workers take out a stretcher with a patient at the 12 de Octubre hospital in Madrid, amid the coronavirus (COVID-19) pandemic, on October 28, 2020. (Photo by OSCAR DEL POZO / AFP)
Un Centre de consultation covid ouvre au Kirchberg
C'est une première : le ministère de la Santé a annoncé, lundi, la mise en service d'un premier centre de consultation pour toute personne présentant des signes d'infection. Un second pourrait suivre au sud du pays.
09.10.2020, Sachsen, Dresden: Ein Arzt der Kassenärztlichen Vereinigung Sachsen macht in der Corona-Teststation für Urlaubsrückkehrer am Flughafen Dresden International einen Coronavirus-Test. Foto: Robert Michael/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le covid remet la pression sur l'hôpital
Avec des chiffres en progression préoccupante, l'épidémie de covid-19 vient à nouveau bouleverser les prises en charge hospitalières. Jusqu'à présent les services font face.
A patient infected with COVID-19 is transferred back to intensive care from an especially created Post Resuscitation Unit (Unité Post Réanimation Respiratoire) after his condition went worse on April 17, 2020 at the Emile Muller hospital in Mulhouse, eastern France, as France is on the 32nd day of a strict lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by PATRICK HERTZOG / AFP)
Le «oui, mais» syndical à la semaine de 60 heures
OGBL et LCGB ont été surpris en écoutant le ministre du Travail, vendredi soir. Les syndicats n'avaient pas vraiment discuté de l'augmentation du temps de travail à douze heures par jour (ou 60h/semaine) avec Dan Kersch.
Employees produce protective masks and parts for artificial lung ventilation devices at the Asomedica factory in the "Great Stone" China-Belarus industrial park near the village Bykachyna, some 25 km east of Minsk, on March 24, 2020. (Photo by Sergei GAPON / AFP)