Changer d'édition

Les salariés du Findel sous haute surveillance
Luxembourg 2 min. 22.07.2019 Cet article est archivé

Les salariés du Findel sous haute surveillance

Tous les employés de l'aéroport vont être soumis à des contrôles réguliers par la police grand-ducale.

Les salariés du Findel sous haute surveillance

Tous les employés de l'aéroport vont être soumis à des contrôles réguliers par la police grand-ducale.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 2 min. 22.07.2019 Cet article est archivé

Les salariés du Findel sous haute surveillance

Le contrôle des antécédents de l'ensemble du personnel aéroportuaire luxembourgeois va être renforcé de manière drastique. Cette mission figure désormais entre les mains de la police grand-ducale et non plus des employeurs.

(VO) - A l'avenir, toutes les personnes qui travaillent à l'aéroport du Findel verront leurs antécédents passés à la loupe, lors de contrôles réguliers. Des vérifications qui, et c'est nouveau, s'effectueront très régulièrement tout au long de leur carrière. En fonction de la zone dans laquelle l'employé travaille, les analyses de dossier auront lieu soit chaque année, soit tous les trois ans.

«Nous devons le faire puisque le droit européen le prescrit et seules les exigences minimales du texte européen ont été délibérément mises en œuvre. La sécurité à l'aéroport est une priorité. Il appartient maintenant au Parlement d'examiner le projet et, si nécessaire, d'y apporter des améliorations», a expliqué le ministre de la Sécurité intérieure, François Bausch (Déi Gréng), lundi lors d'une conférence de presse. 

Eclats de voix

Le ministre a précisé que ces nouvelles règles feraient prochainement l'objet de discussions approfondies à la Chambre des députés. Rapidité de rigueur car cette nouvelle mesure nécessitera la mise en place d'un nouveau règlement grand-ducal ainsi qu'un projet de loi qui devrait être adopté avant le 31 décembre 2020.


Le fichier central de la police pose question
Après la déception des députés en commission en début de semaine, les ministres de la Justice et de la Sécurité intérieure ont essuyé un revers de l'association luxembourgeoise des journalistes professionnels (ALJP).

Au vu des récents échanges sur les fichiers de données exploités dans le cadre du renseignement des autorités, la discussion promet déjà quelques beaux éclats de voix.

Deux types de contrôles

Auparavant, les règles prévoyaient que l'employeur vérifie les données personnelles et le casier judiciaire de ses employés au moment de l'embauche. Cela était vrai aussi bien pour les personnels travaillant en restauration, aux espaces duty-free qu'à proximité des appareils ou des bagages.

Avec l'introduction de ces nouvelles mesures, et en application du règlement européen 2019/103, il appartiendra à la police d'effectuer des contrôles approfondis sur le personnel de l'aéroport du Findel.

10.000 contrôles/an

En attendant, le contrôle préalable à l'embauche cessera le 31 juillet 2019 et le personnel de l'aéroport qui n'a subi qu'un examen préliminaire devra faire l'objet d'une enquête sur ses antécédents juridiques avant le 30 juin 2020. D'après Christian Steichen, chef de la police de l'aéroport :  «Un peu plus de 3.000 vérifications par an étaient  réalisées jusqu'à présent». Le chiffre passera à 10.000 environ au terme de ce changement, c'est dire.

L'intensité de ces contrôles sera réalisée en fonction de la zone dans laquelle la personne travaille. Les employés ayant accès à des zones sécurisées seront sujets à une vérification annuelle menée par les services de renseignements. 

Pour les autres employés, l'examen consistera en une analyse de l'identité, du casier judiciaire et des différents emplois occupés et les études poursuivies au cours des cinq dernières années. Ce contrôle se fera tous les trois ans et sera mené par la police.  


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dans l'affaire du casier «le Parquet a fait une erreur»
Dans l'affaire du «casier judiciaire bis», Me Fränk Rollinger, avocat de l'intéressé, parle de «dysfonctionnement». Au cours de l'entretien d'embauche, le ministère public a utilisé illégalement la base de données de la justice.
IPO.PK Me Rollinger Casier M.Fürst. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.
«Il n'y a pas de casier judiciaire bis»
Selon la procureure générale, Martine Solovieff et son adjoint, Jeannot Nies, l'examen de la base de données du jeune homme ayant candidaté pour un emploi au ministère public, était parfaitement légal.
La procureure générale Martine Solovieff et son adjoint Jeannot Nies ont pris position vendredi dans le débat sur la protection des données.