Changer d'édition

Les salariés au Luxembourg jonglent avec les heures
Luxembourg 2 min. 29.09.2020

Les salariés au Luxembourg jonglent avec les heures

Arbeiter

Les salariés au Luxembourg jonglent avec les heures

Arbeiter
Luxembourg 2 min. 29.09.2020

Les salariés au Luxembourg jonglent avec les heures

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Grand-Duché fait partie du Top 5 des pays où les employés ont le plus d'influence sur l'organisation de leur emploi du temps. Mais les salariés du pays sont aussi ceux qui doivent le plus s'adapter à des demandes de travail inattendues.

Encore premier! Mais le Luxembourg doit-il se satisfaire de la pole position que vient de lui assigner Eurostat dans sa dernière étude. Ainsi, parmi les 27 Etats membres, c'est au Grand-Duché qu'une récente étude a détecté la plus grande part de salariés ayant dû adapter leur temps de travail au moins une fois par semaine en raison de demandes imprévues. Une surprise à laquelle s'adapterait plus d'un employé sur trois (37%). C'est dire si, en plus des 40 heures d'activités à assumer, les salariés doivent ici plus qu'ailleurs faire preuve de flexibilité.

Sur cette modification de leur emploi du temps, les salariés du Luxembourg  devancent ainsi  leurs homologues de Finlande (31%), France, Autriche et Slovénie (27% chacun). De quoi, en revanche, les rendre jaloux de la relative stabilité dans leur travail que disent connaître 92% des employés en Bulgarie... 


46% des salariés travaillent trop
Selon une étude de la Chambre des salariés, la durée hebdomadaire de travail a tendance à être supérieure au temps indiqué sur les contrats. Cette constatation concerne aussi bien les employés à temps partiel que ceux à temps plein.

Il est vrai qu'à étudier les conditions de travail à travers l'UE, en 2019, Eurostat a découvert que les personnes sous contrat au Luxembourg faisaient partie des travailleurs européens auxquels leur supérieur ou les clients imposaient facilement des bouleversements dans l'organisation des journées. Ce serait le cas pour 51% des salariés tous secteurs confondus. Pour le coup, hormis en Finlande, Suède et Pays-Bas, tous les autres pays souffrent encore plus de ce mal. 

Ainsi, près de 118 millions sur les 194 millions de travailleurs salariés (âgés de 15 à 74 ans dans l'Union) voient leur temps de travail essentiellement régi par leur employeur, l'organisation ou les clients. Allemands et Néerlandais étant individuellement les plus autonomes dans leur gestion de leur journée.

Eurostat a également interrogé un panel de travailleurs sur le nombre de fois où il leur arrivait d'être dérangé par leur travail durant leur période de loisirs ou congés. Et là, près d'une personne sur quatre (23%) reconnaît que la situation arrive régulièrement. Avec en plus une mission précise à achever. Pas de quoi faciliter le repos ou assurer le fameux droit à la déconnexion donc. 

Cette fois encore, les salariés luxembourgeois (résidents ou frontaliers) font partie de la partie haute de l'iceberg. Ils figurent à la cinquième place du classement européen (14% reconnaissant avoir été dérangés plusieurs fois dans l'année sur leurs jours off), tout juste devancés par les salariés portugais dans cette catégorie.


Le téléphone des salariés sonne aussi à la maison
Une majorité des travailleurs interrogés disent rester disponibles une fois rentrés chez eux, selon une étude de Randstad publiée mercredi. Une tendance que le télétravail ne parviendra pas à régler entièrement, en l'absence de mesures législatives.

On se consolera dans les entreprises du Grand-Duché sur la relative aisance à obtenir de façon inattendue quelques heures (ou journées) de congés. Que ce soit pour assumer une obligation familiale ou un rendez-vous médical, c'est le cas de près de 80% des employés au Luxembourg

Et le phénomène est loin d'être uniforme dans le reste de l'UE. Ainsi, en Slovaquie, Roumanie ou Bulgarie plus de la moitié de la main-d'oeuvre admet qu'entreprendre pareille démarche s'avère plutôt difficile, voire très compliqué.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le plan social sérieusement réduit à Guardian
Le fabricant de verre ne prévoirait plus 201 suppressions d'emplois mais 62 au terme d'un mois de négociations. Mais si l'OGBL réclame encore un délai de concertation, la direction veut maintenant déclencher le plan social.
Arbeiter, Produktion, Wirtschaft, Arbeit, Industrie, Guardian, Guardian Automotive, Automobilindustrie, ACHTUNG !! ATTENTION !! : DIESE BILDER DUERFEN NUR FUER SAINT-PAUL PRODUKTE VERWENDET WERDEN / CES IMAGES SONT POUR UNE UTILISATION EXCLUSIVE DANS LES PRODUITS SAINT-PAUL / JEDE ANDERWEITIGE NUTZUNG BEDARF DER VORHERIGEN ZUSTIMMUNG / POUR TOUTE AUTRE UTILISATION IL FAUT IMPERATIVEMENT DEMANDER UNE AUTORISATION AU PREALABLE / CONTACT : ROMAIN REINARD OU LE PHOTOGRAPHE DE L`IMAGE,
Le télétravail ne doit pas empêcher de rester actif
Depuis la pandémie sanitaire et la mise en place du travail à domicile, les comportements sédentaires des résidents et frontaliers augmentent. Avec pour conséquences, alertent les médecins, des risques pour leur santé.
Illustration Arbeiten von Zuhause aus, Telearbeit, Télétravail, Coronavirus, Covid-19, Homeoffice, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Le télétravail doit rester une option»
Le Conseil économique et social a livré mardi son avis sur le statut à accorder à l'avenir au travail à domicile. Pour les experts du CES, «un règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les salariés concernés».
Le temps de travail diminue toujours plus
Le temps de travail hebdomadaire baisse ces dernières années dans toute l'Union européenne. Le Luxembourg n'est pas en reste, avec un nombre d'heures prestées qui frôle la barre des 40 heures.