Changer d'édition

Les résidents font bloc face à la pandémie
Luxembourg 4 min. 23.03.2021 Cet article est archivé

Les résidents font bloc face à la pandémie

Symbole de cette pandémie, le port obligatoire du masque est largement accepté par la population résidente, 52% d'entre eux estimant que les mesures actuellement en place sont «juste les bonnes».

Les résidents font bloc face à la pandémie

Symbole de cette pandémie, le port obligatoire du masque est largement accepté par la population résidente, 52% d'entre eux estimant que les mesures actuellement en place sont «juste les bonnes».
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 4 min. 23.03.2021 Cet article est archivé

Les résidents font bloc face à la pandémie

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Malgré les nombreuses restrictions imposées par la situation sanitaire, huit résidents sur dix accordent leur confiance au gouvernement pour parvenir à une sortie de crise, selon un sondage commandité par le «Luxemburger Wort» et «RTL» et publié mardi par TNS-Ilres.

Après une année 2020 largement marquée par les multiples soubresauts induits par le covid-19, l'heure semble être à l'optimisme. Ou du moins au pragmatisme dans un contexte sanitaire toujours marqué par la forte présence du virus. Malgré les nombreuses restrictions imposées depuis un an et le mécontentement exprimé dans la rue, les résidents restent convaincus du bien-fondé de la politique mise en oeuvre par la coalition DP-LSAP-Déi Gréng. 


La crise vue par ceux qui l'ont gérée
Depuis février 2020, le gouvernement tente de répondre aux défis imposés par un virus imprévisible. Une année marquée par des mesures inédites qui resteront dans les mémoires. Six ministres livrent leur vision personnelle des douze mois écoulés.

Ils sont ainsi huit sur dix (80%) à accorder leur confiance au gouvernement pour sortir de la crise et sept sur dix (77%) à juger satisfaisant le travail accompli au cours des trois derniers mois, selon un sondage effectué pour le Luxemburger Wort et RTL. Réalisée sur un panel représentatif de 516 personnes, l'enquête menée par TNS-Ilres courant mars montre également l'adhésion aux mesures sanitaires mises en place puisque 52% des personnes interrogées estiment que ces dernières sont «juste les bonnes».

L'obligation du port du masque, que ce soit dans les transports en commun, dans les magasins ou à l'école, mais aussi l'interdiction des rassemblements ou bien encore l'existence d'un couvre-feu apparaissent donc comme largement acceptés. Seule exception notable à souligner: le maintien de la fermeture des bars et des restaurants, à l'arrêt forcé depuis le 26 novembre dernier. 

Plus de la moitié des personnes interrogées (54%) estime ainsi que la mesure n'était «pas adaptée à la situation». Ce sont les 35-44 ans qui affichent la plus grande hostilité à la mesure, 40% d'entre eux se disant «pas d'accord du tout» avec la mesure sanitaire défendue bec et ongle par Xavier Bettel (DP) et Paulette Lenert (LSAP).

Le consensus revient quant il s'agit d'évoquer la campagne de vaccination, puisque deux tiers des sondés se disent disposés à recevoir leurs injections. Et contrairement aux idées reçues, les plus jeunes ne figurent pas dans les listes des plus réticents. Avec 62% des 18-34 ans indiquant être d'accord pour passer par l'un des centres de vaccination aménagés dans le pays, ils font jeu égal avec les 35-54 ans (61%). Les 55 ans et plus, eux, apparaissent comme les plus convaincus, cette catégorie étant la plus susceptible d'être atteinte gravement par le virus. 

A noter toutefois que dans toutes les têtes, chaque vaccin ne se vaut pas. Deux tiers des sondés (67%) estiment ainsi qu'il est «important» de connaître le sérum qui leur sera injecté. Référence directe aux récentes difficultés rencontrées avec un lot AstraZeneca, pourtant jugé «sûr et efficace» par l'agence européenne du médicament. Ce n'est donc pas un hasard si 63% des personnes interrogées estiment qu'il devrait être possible de choisir le vaccin qui sera administré.


Réservées aux personnels soignants et aux personnes de plus de 75 ans pour le moment, des doses de vaccin ont été inoculées aux membres du conseil d'administration des HRS, en contradiction avec les consignes officielles.
La confiance chute dans le vaccin d'AstraZeneca
Les Européens restent méfiants envers le sérum développé par le laboratoire britannique, révèle une étude d'opinion YouGov publiée lundi.

A noter enfin que les décisions prises en matière de vaccination sont très largement soutenues, puisque près de neuf résidents sur dix (89%) approuvent le choix de faire vacciner en premier les personnels soignants et les personnes âgées. Et ce, même si 75% estiment que le processus ne va pas assez vite.

Un an après le début de la pandémie, la santé mentale de la population apparaît comme clairement impactée par l'obligation de respecter la distanciation sociale. Si les émotions positives ressortent du sondage, comme la propension des personnes interrogées à évoquer leur capacité à «rester calmes» ou à être «plein d'espoir», les données varient fortement en fonction des groupes d'âge.

 Les 18-34 ans apparaissent ainsi comme le groupe faisant état le plus souvent d'un ressenti de fatigue ou d'impatience face à une situation qui s'éternise. Suivi de près par les 35-54 ans. Autrement dit, la majorité de la population active. A l'inverse, les 55 ans et plus se disent plus «détendus», mais aussi avec «beaucoup de soucis». Seul point commun entre tous, peu se revendiquent «heureux» en ce début d'année 2021.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre de la Santé a détaillé l'avancée de la campagne de vaccination par catégorie d'âge au terme de 11 mois d'injections anti-covid. Une des leçons étant qu'un 20-29 ans sur trois ne dispose pas d'un schéma vaccinal complet.
26.11.2021, Schleswig-Holstein, Eutin: Krankenschwester Swenja Grandke impft in der Impfstelle Eutin gegen das Corona Virus. Heute starten in ganz Schleswig-Holstein zunächst 24 Impfstellen, um die Geschwindigkeit bei den COVID-19-Auffrischimpfungen zu erhöhen und die Praxen der niedergelassenen Ärztinnen und Ärzte bei den Corona-Impfungen zu unterstützen und zu entlasten. Foto: Markus Scholz/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Dès la fin de cette semaine, le ministère de la Santé luxembourgeois débutera l'envoi des invitations pour la plus grande part de la population résidente. Des adolescents aux quinquas, à chacun son tour désormais.
26.04.2021, Kanada, Montreal: Ein Mitarbeiter filmt die Impfung einer Kollegin in einer COVID-19-Impfklinik am CAE-Hauptsitz. Im Montrealer Hauptquartier des Flugsimulationstechnologie-Herstellers begann ein Programm der Provinz zur Durchführung von Impfungen in großen Unternehmen. Foto: Paul Chiasson/The Canadian Press via ZUMA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Annoncée début mars, la mise en place d'une phase test destinée à permettre aux élèves d'effectuer par eux-mêmes le dépistage du covid-19 débutera mercredi, annonce le ministère de l'Education nationale. 9.000 kits seront distribués dans six établissements.
La découverte d'un cluster au sein d'une maison de retraite de Niederkorn a soulevé nombre de questions et d'inquiétudes. La ministre de la Famille a tenté, mardi, d'apaiser les esprits lors d'une conférence de presse donnée aux côtés du directeur de la Santé.
Retirement home's staff, wearing protective clothe and mask, helps a resident in a room with an entrance sign reading 'red zone starts here' in Vottem on November 10, 2020 as the country is facing a second wave of the covid-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by BENOIT DOPPAGNE / Belga / AFP) / Belgium OUT
Après plusieurs semaines marquées par une relative stagnation de la présence du SARS-CoV-2 dans les échantillons prélevés dans les stations d'épuration du Luxembourg, le LIST fait état d'une «tendance à la hausse» dans son rapport hebdomadaire, publié mardi.
Lokales, Visite Kläranlage Schifflingen - Coronastep, List, Coronavirus, Covid-19, Sivec, Gewässeranalyse, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort