Changer d'édition

Les réserves pour les pensions épuisées en 2048
Luxembourg 3 min. 28.04.2022
Bilan de l'assurance pension

Les réserves pour les pensions épuisées en 2048

De plus en plus de pensionnés doivent être financés par la population active.
Bilan de l'assurance pension

Les réserves pour les pensions épuisées en 2048

De plus en plus de pensionnés doivent être financés par la population active.
Photo: Getty Images
Luxembourg 3 min. 28.04.2022
Bilan de l'assurance pension

Les réserves pour les pensions épuisées en 2048

Le ministre des Affaires sociales Claude Haagen (LSAP) a présenté ce mardi le bilan de l'assurance pension. A partir de 2027, le taux de cotisation de 24% ne sera probablement plus suffisant.

(m. m. avec Annette WELSCH) - Comment le système de pension a-t-il évolué depuis 2013, comment évoluera-t-il jusqu'en 2032 et jusqu'en 2070 ? Telles sont les questions auxquelles doit répondre le dernier bilan technique du système de pension. 


Sister Andre, Lucile Randon in the registry of birth, the eldest French and European citizen, prays in a wheelchair, on the eve of her 117th birthday in an EHPAD (Housing Establishment for Dependant Elderly People) in Toulon, southern France, where she has been living since 2009. - Sister Andre was born February 11, 1904. (Photo by NICOLAS TUCAT / AFP)
La nouvelle probable doyenne de l'humanité est française
Soeur André, une religieuse française de 118 ans, déjà doyenne de France, est devenue la nouvelle probable doyenne de l'humanité, après la mort annoncée lundi de Kane Tanaka, une Japonaise de 119 ans.

Selon la loi, il doit être établi tous les dix ans. Mardi, le ministre des Affaires sociales Claude Haagen (LSAP) a présenté le rapport et les projections avec des représentants de l'Inspection générale de la sécurité sociale IGSS.

Actuellement, les réserves augmentent encore : elles sont passées de 13,7 milliards en 2013 à 23,8 milliards en 2020. Cette année-là, des prestations de 4,97 milliards ont été distribuées, contre 3,44 milliards en 2013. Entre 2013 et 2020, le niveau des réserves est devenu 4,8 fois supérieur aux dépenses annuelles.

De plus en plus de retraités sont des assurés proactifs 

De plus en plus de pensionnés doivent être financés par la population active. En 2013, 374.925 assurés actifs ont pris en charge 153.080 pensionnés, ce qui signifie que 100 assurés ont financé 40,8 pensionnés. 

En 2020, il y avait 461.345 assurés et 194.441 pensionnés. Soit 42,1 pensionnées pour 100 assurés. Entre 2013 et 2020, le nombre de pensions mensuelles à payer a augmenté de 27 %, alors que le nombre d'assurés n'a augmenté que de 23 %. 

L'une des questions clés est donc la suivante : les 24% du salaire brut, actuellement versés pour financer le régime des pensions à raison de 8% respectivement par l'employé, l'employeur et l'État, suffiront-ils à long terme ? On se rapproche de plus en plus de cette limite, car si en 2013, 21,56% de la base cotisable était distribuée aux pensionnés (3,6 milliards sur 16,7 milliards), en 2020, ce chiffre était déjà de 22,05% : 5,3 milliards ont été versés sur 24,3 milliards de masse de revenus cotisables.

Surveiller de près les évolutions

«Globalement, le régime général d’assurance pension se trouve à ce stade dans une situation financière confortable et permet de faire face à des changements démographiques à moyen terme. Sur le long et le très long terme, les évolutions économique, financière et démographique devront cependant être surveillées de près», soulignent l'Inspection générale de la sécurité sociale (IGSS) et le ministère de la Sécurité sociale dans un communiqué.

Si l'on considère les projections à moyen et long terme, il apparaît en effet clairement qu'à partir de 2027, le taux de cotisation de 24%, en vigueur depuis 1990, ne suffira plus, et qu'il devrait atteindre 27% à partir de 2030 si aucun changement n'intervient avant. 

En 2070, il serait alors de 47%. En d'autres termes, il faudrait puiser dans les réserves à partir de 2027, qui tomberaient ensuite sous la limite légale de 1,5 % des dépenses annuelles à partir de 2042 et seraient épuisées à partir de 2048.

2% de financement en plus 

Le besoin de financement est de 2% par an pour maintenir l'équilibre jusqu'en 2070. Cela repose sur l'hypothèse que l'emploi augmente de 0,6% par an et la productivité de 1,2%. Ensemble, ces deux facteurs donnent une croissance du PIB de 1,8% par an. 

La principale conclusion à retirer de tout cela est que «le taux de cotisation de 24% est suffisant pour garantir les conditions légales pour les réserves encore pendant la prochaine phase de projection de dix ans, c'est-à-dire jusqu'en 2032», a déclaré Kevin Everard de l'IGSS. 

Il se pourrait donc bien qu'une adaptation des cotisations ou d'autres mesures soient nécessaires au cours de la prochaine législature 2023/28. C'est notamment pour cette raison que le Conseil économique et social doit maintenant se pencher sur le bilan et rédiger un rapport, a laissé entendre le ministre Haagen.  

«Notre régime général d’assurance pension est financièrement solide et continuera à l’être au cours des prochaines années. Toutefois, l’évolution démographique est semblable à celle de nombreux autres pays et la croissance de l’emploi ne pourra pas compenser cette évolution à l’infini. Dès lors, des défis se posent sur le long et surtout sur le très long terme, défis que nous devons évidemment aborder pour trouver des solutions adéquates», a conclu Claude Haagen.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au Luxembourg, «les retraites sont garanties jusqu'en 2040» a assuré ce vendredi Romain Schneider, ministre de la Sécurité sociale en s'appuyant sur les nouveaux chiffres publiés par l'Inspection générale de la sécurité sociale. Mais dès 2023, les dépenses de la Caisse de retraite seront supérieures à ses recettes.
Romain Schneider, ministre de la Sécurité sociale: «Les retraites sont garanties jusqu'en 2040».