Changer d'édition

Les réfugiés de la Méditerranée sur le sol luxembourgeois
Luxembourg 2 min. 11.09.2019

Les réfugiés de la Méditerranée sur le sol luxembourgeois

Les réfugiés de la Méditerranée sur le sol luxembourgeois

Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 11.09.2019

Les réfugiés de la Méditerranée sur le sol luxembourgeois

En l'absence d'entente à l'échelle européenne, le Luxembourg fait partie de la poignée de pays qui participent régulièrement à la répartition des migrants arrivés sur les côtes méditerranéennes. Jean Asselborn révèle combien sont effectivement arrivés.

(MF) – Tandis que ces jours-ci les yeux sont tournés vers la Manche, où les traversées de migrants vers l'Angleterre sont en forte augmentation, le ministre de l'Immigration et de l'Asile, Jean Asselborn (LSAP) dresse un rapide bilan des efforts consentis par le Luxembourg  pour accueillir des réfugiés qui ont traversé la Méditerranée. 


Pour Jean Asselborn, «il faut fermer les camps»
Les Etats européens «doivent envoyer leurs propres bateaux en Méditerranée, pour éviter que ces migrants ne s'y noient. C'est urgent et c'est capital», explique le ministre Jean Asselborn dans notre interview portant sur les migrants naufragés.

Depuis 2018, «41 personnes sont arrivées au Luxembourg. Ces personnes se trouvaient sur le MV Lifeline, l'Aquarius, le Sea-Watch 3, l'Alan Kurdi et le Cigala Fulgosi», résume le ministre dans sa réponse au député Fernand Kartheiser (ADR), soucieux de faire un point sur le nombre et l'origine des personnes secourues en Méditerranée qui se trouvent effectivement déjà sur le sol luxembourgeois. 


ARCHIV - 27.08.2019, ---: Das Rettungsschiff «Eleonore» fährt mit rund 100 Migranten an Bord auf dem Mittelmeer. Die «Eleonore» hat die Migranten am 26.08.2019 vor der libyschen Küste aufgenommen. (Luftaufnahme mit einer Drohne, zu dpa « Seehofer hofft auf Kompromiss zur Rettung von Bootsflüchtlingen») Foto: Johannes Filous/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Luxembourg accueille des réfugiés du «Eleonore»
Pour les 102 réfugiés à bord de ce navire de sauvetage allemand, l'incertitude prendra bientôt fin. Plusieurs pays, dont le Grand-Duché, ont accepté de les recueillir, après plusieurs jours de perdition en pleine mer.

Parmi ces 41 personnes, tous sont des hommes excepté une femme et un enfant. Ils sont, pour dix-sept d'entre eux originaires du Soudan -arrivés au Findel à la mi-juillet- sept viennent d’Érythrée, six de Somalie, quatre du Nigeria et sept de divers pays. En arrivant au Luxembourg, ils ont le statut de demandeur d'asile et ne bénéficient d'aucun traitement de faveur mais entrent dans la procédure normale pour demander l'asile. Seuls deux d'entre eux ont obtenu jusqu'ici la protection internationale. Pour les autres, la procédure est en cours.

Plus grande solidarité souhaitée

Comme pour le récent sauvetage des 104 migrants qui se trouvaient à bord de l'Eleonore, le «Luxembourg est, à côté de la France, de l'Allemagne, le Portugal et l'Irlande , parmi les pays qui ont continuellement participé» à l'accueil de migrants qui débarquent aux portes de l'Europe sur des bateaux.

 Jean Asselborn qui plaide inlassablement pour une plus grande solidarité de tous les pays européens en la matière, cite dans un deuxième temps aussi la Belgique, l'Espagne, la Finlande, les Pays-Bas, la Lituanie, la Bulgarie, la Roumanie et la Slovénie. 

Le ministre luxembourgeois souhaiterait que l'Europe se dote d'un quota minimal de prise en charge de migrants par pays. «Cela évitera cette gestion ridicule, bateau après bateau, qui ne nous honore pas.»   


Sur le même sujet

Quand le Luxembourg se mue en port humanitaire
Alors que le navire Open Arms ne trouve pas d'endroit où débarquer les migrants sauvés en Méditerranée, Jean Asselborn plaide pour une solidarité européenne même basée sur des quotas. Le Luxembourg a, lui, déjà accueilli 56 passagers ces douze derniers mois.