Changer d'édition

Les refuges croulent sous les demandes... d'abandons
Luxembourg 6 1 9 min. 09.08.2022
Plus une seule cage de libre

Les refuges croulent sous les demandes... d'abandons

Du haut de ses deux ans, Leonardo fait partie de ces chiens qui ont été adoptés pendant la période covid, avant d'être abandonnés quelques mois plus tard.
Plus une seule cage de libre

Les refuges croulent sous les demandes... d'abandons

Du haut de ses deux ans, Leonardo fait partie de ces chiens qui ont été adoptés pendant la période covid, avant d'être abandonnés quelques mois plus tard.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 6 1 9 min. 09.08.2022
Plus une seule cage de libre

Les refuges croulent sous les demandes... d'abandons

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Au malheureusement traditionnel afflux de pensionnaires de la période estivale s'ajoutent les abandons d'animaux post-covid, qui poussent les refuges à mettre en place de longues listes d'attente.

En plein cœur de l'été, le constat est loin d'être inhabituel. Mais si la période est particulièrement propice aux abandons de nos compagnons à quatre pattes, l'ampleur du phénomène a de quoi alerter cette année. À l'asile national pour animaux de Luxembourg-Gasperich, plus aucune cage n'est libre pour accueillir de nouveaux chiens, hormis pour les urgences et les maltraitances.


Insgesamt sieben Waschbären leben zurzeit in der Pflegestation. Sie sollen in Zukunft an Erlebnisparks vermittelt werden.
Le centre de soins pour la faune sauvage atteint ses limites
Il a accueilli pas moins de 4.000 pensionnaires l'année dernière. Le centre de soins pour la faune sauvage de Dudelange est plein à craquer, et nécessite d'être agrandi.

Et la situation est loin d'être nouvelle. «Ce n'est pas seulement depuis l'été que nous faisons face à un afflux d'abandons. Cela dure depuis plusieurs mois. C'est avant tout une conséquence directe de la pandémie, durant laquelle beaucoup de chiens ont été adoptés lors du télétravail massif. Mais maintenant, avec le retour généralisé au bureau, leurs propriétaires se rendent compte que cela ne fonctionne pas», indique Liliane Ferron, responsable des relations publiques de l'asile.

Un coup d'œil aux années de naissance des pensionnaires du refuge permet de le vérifier: la majorité des chiens proposés à l'adoption sont nés en 2020 ou 2021. «Si on a toujours eu plus d'abandons l'été, cet effet post-covid est responsable d'une augmentation des arrivées cette année. Certaines personnes n'ont pas réfléchi avant d'adopter.»

Des adoptions freinées

En réalité, cette vague a commencé à déferler progressivement il y a déjà plusieurs mois. Et ces animaux ont apporté avec eux un nouveau défi. «Beaucoup de chiens adoptés pendant la pandémie sont arrivés au refuge en n'ayant reçu aucune éducation», souligne Liliane Ferron, bénévole depuis une vingtaine d'années au sein de l'asile. Avant qu'ils puissent trouver un nouveau foyer, il devient donc nécessaire d'éduquer ces nouveaux pensionnaires, d'autant plus que les jeunes chiens sont particulièrement prisés à l'adoption.

Vacances obligent, cette adoption est naturellement quelque peu freinée en été, ce qui accentue la pression sur l'asile national pour animaux, qui n'a jamais vu sa liste d'attente s'allonger autant pour les abandons. Alors que 75 cages sont disponibles au total pour les chiens, il en faudrait plus du double pour accueillir l'ensemble de ces compagnons à quatre pattes à la recherche d'une seconde maison.

«Nous conseillons aux adoptants de revenir de vacances avant d'effectuer les démarches, afin que l'animal puisse bénéficier d'une stabilité», poursuit Liliane Ferron, qui indique que «deux à trois semaines d'essai sont souvent nécessaires». Afin d'éviter l'adoption coup de tête, beaucoup d'aspirants propriétaires s'essayent à la balade, parfois en compagnie de leurs enfants. De quoi se rendre compte de l'investissement que demande un animal.

Agrandir notre refuge n'est pas la solution, ce qu'il faut avant tout, c'est réfléchir avant d'adopter.

Liliane Ferron, responsable des relations publiques de l'asile de Luxembourg-Gasperich

Un investissement qui n'est pas seulement chronophage, mais aussi financier. «Plusieurs personnes n'y pensent pas forcément en acquérant un chien ou un chat, mais cela peut vite devenir cher de se rendre chez le vétérinaire. Il faut bien sûr prendre en compte les rappels de vaccination, mais aussi les possibles maladies.»

«Réfléchir avant d'adopter»

Si les chats ont la réputation d'être davantage indépendants, eux aussi souffrent de ces abandons post-confinements. À ces derniers s'ajoutent les multiples naissances, qui rendent la situation quelque peu tendue au refuge, qui compte 20 salariés. À l'automne, la construction d'une nouvelle maison où seront accueillis les chattes et leurs chatons débutera, pour laisser entrevoir une probable amélioration. Un projet possible grâce aux dons récoltés par la structure. «La maison sera située sur le toit du refuge et accueillera les portées et leurs mères jusqu'au sevrage des petits. Mais agrandir notre refuge n'est pas la solution, ce qu'il faut avant tout, c'est réfléchir avant d'adopter», martèle la bénévole de l'asile.

Si elle se dit ravie que l'animal ne soit plus considéré comme un objet par la loi luxembourgeoise, Liliane Ferron aimerait que cette dernière encadre avec plus de sévérité la maltraitance animale. «Je me demande s'il ne faudrait pas faire un petit stage à propos du bien-être animal avant d'être en mesure d'adopter afin que tout le monde ait en tête les bonnes pratiques.»

Cette affluence de pensionnaires est loin d'être un problème isolé. À Schifflange, le refuge ne désemplit pas, et a même dépassé ses capacités habituelles. «Nous sommes à 150% de nos disponibilités chez les chiens, et ce, depuis plusieurs semaines. Au niveau des chats, la vague a commencé au printemps avec la naissance de nombreux petits chatons», fait savoir Sacha André, président de l'Association pour la protection des animaux de Schifflange (APAS).

Quinze chiens en attente à l'asile de Dudelange

Depuis le mois d'avril, les naissances de chatons n'ont connu aucun répit. «Même encore cette semaine, on a reçu ces très jeunes chatons et leur mère», poursuit le bénévole du refuge de Schifflange, qui souligne que de nouvelles naissances sont attendues à l'automne. Au total, deux pièces et une salle de quarantaine permettent à la structure d'accueillir 80 à 100 chats selon la situation et le caractère de ces derniers.


Plus de chatons que jamais au refuge
Le nombre de chats abandonnés en raison de la crise sanitaire a battu tous les records au refuge de Schifflange.

À l'image de l'asile de Gasperich, le refuge de Schifflange a également observé un afflux important de jeunes animaux abandonnés suite au retour au quotidien post-pandémie, assez pour former une liste d'attente. «L'asile de Dudelange nous a de son côté notifié qu'ils avaient quinze chiens en attente, de ce fait, leur liste est pleine. On conseille d'ailleurs  aux personnes qui désirent se séparer de leur animal de s'inscrire sur toutes les listes, car on veut aider les animaux, et on ne peut pas prévoir la durée des adoptions, donc lorsqu'une place va se libérer.» Des situations qui peuvent prendre plusieurs mois avant de se débloquer, tant le problème s'est généralisé à l'ensemble des structures.

Sacha André fait par ailleurs remarquer l'impact des réseaux sociaux sur la situation de recrudescence d'abandons. «On vit dans une période où tout est ouvert, et où il n'y a pas de contrôle. Si vous voulez quelque chose, vous allez le chercher et vous l'avez. Les gens adoptent ainsi de jeunes chiots ou chatons sans se rendre compte des responsabilités que cela incombe. Ils regardent seulement les photos et ne se posent pas assez de questions sur les besoins de l'animal.»

La situation qui se vivait habituellement l'été est désormais là depuis plusieurs mois, le refuge ne désemplit pas.

Marc Istat, responsable du refuge SRPA d'Arlon

Si l'APAS priorise les abandons au Luxembourg, l'association reçoit également des appels d'au-delà les frontières nationales, tant la situation est généralisée. En France, la SPA a déclaré que ses refuges n'avaient jamais été aussi pleins. En Belgique, la situation est tout autant problématique. «Cela fait des mois que cela dure, c'est catastrophique. La situation qui se vivait habituellement l'été est désormais là depuis plusieurs mois, le refuge ne désemplit pas», alerte Marc Istat, responsable du refuge SRPA d'Arlon.

Chiens, chats, rongeurs et même perroquets, au total le refuge affiche complet avec 130 pensionnaires. Tous les jours, la structure reçoit de nouveaux appels pour des abandons en provenance de Belgique, de Luxembourg ou de France. «Hier, des personnes sont par exemple venues de Mont-Saint-Martin pour faire un abandon chez nous.»

Abandon éclair

Alors qu'une ou deux loges tampons restent toujours libres afin de gérer les urgences, la SRPA d'Arlon fonctionne également avec un système de liste d'attente. «On entend au téléphone si les gens peuvent attendre quelques semaines avant de se séparer de leur animal, ou s'il est urgent d'intervenir. En fonction de cela, on discute avec les gens pour planifier l'arrivée en refuge», explique Marc Istat.


66 millions de chats et 60 millions de chiens ont été recensés au Luxembourg en 2014.
«Assurer la dignité, la protection de la vie, la sécurité et le bien-être des animaux»
C'est ce mercredi 6 juin que les députés vont se prononcer sur le projet de loi relatif au renforcement des droits des animaux. Une dernière ligne droite, près de trois ans après le premier débat public sur la question.

Depuis le mois de juin 2021, le responsable remarque ce qu'il appelle un «retour de flamme» post-confinements. Alors que les refuges s'étaient plus ou moins vidés au début de la crise sanitaire, les abandons ont repris de plus belle l'été dernier. «Depuis, dès qu'on a une adoption, on a une ou deux entrées qui suivent. Car, si l'abandon est rapide, l'adoption, elle, pour certains chiens, prend du temps. Il faut plusieurs semaines, voire mois avant que l'animal ne retrouve un nouveau foyer, donc forcément, l'impact sur les structures est négatif.»

Une situation qui n'est pas sans conséquence sur les finances des différents refuges interrogés. Tous, sans exception, doivent compter sur les dons pour continuer d'assurer leur mission. «On garde espoir que cette vague diminue, et qu'à long terme, la conscientisation autour du bien-être animal s'améliorera. En Belgique, nous sommes aux prémices d'un permis de détention d'animal qui, on l'espère, aura un impact positif», conclut Marc Istat.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'asile pour animaux de Gasperich manque de place, en particulier pour accueillir les félins abandonnés. Une nouvelle structure d'accueil pour chats devrait remédier à ce problème, mais sa construction a pris du retard.
Insbesondere im Sommer sind die Quarantäneboxen oft voll.
Tous les ans, c'est la même chose: lorsque l'été arrive, de nombreux chiens et chats sont abandonnés. Au bord des routes, en forêt ou bien encore devant les refuges... les lieux d'abandon se multiplient mais qu'en est-il du nombre d'animaux?
195 chiens et chats ont été recueillis au refuge de Gasperich durant l'été 2017.
Un chien abandonné sur un balcon sans eau ni nourriture au Luxembourg, des chatons enfermés dans un carton qui partait à la benne à ordures ou un chien jeté par la fenêtre d'une voiture en marche en France: à quel statut les animaux domestiques ont-ils droit? Le point avec l'asile de Gasperich.
Les animaux sont toujours considérés comme des objets par la loi au Luxembourg, mais ce statut va changer prochainement.