Changer d'édition

Les raisons du retard au décollage de Discovery
Luxembourg 5 min. 26.05.2020

Les raisons du retard au décollage de Discovery

Thérèse Staub est la cheffe du service des maladies infectieuses du Centre Hospitalier de Luxembourg.

Les raisons du retard au décollage de Discovery

Thérèse Staub est la cheffe du service des maladies infectieuses du Centre Hospitalier de Luxembourg.
Photo: SIP/Julien Warnand
Luxembourg 5 min. 26.05.2020

Les raisons du retard au décollage de Discovery

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Deux mois après son lancement, l'essai clinique européen destiné à vérifier l'efficacité de quatre médicaments contre le covid-19 tarde à montrer son efficacité. Pour le CHL, impliqué dans le protocole, cette situation s'explique notamment par l'absence de patients en raison du recul de la pandémie.

Lancé en grande pompe fin mars dans l'espoir de trouver un traitement pour lutter contre le covid-19, l'essai clinique Discovery n'a pas encore livré de résultats probants. Menée en Europe sous l'égide de l'Inserm et du consortium REACTing, cette étude devait pourtant fournir ses premières réponses fin avril, période où la pandémie était encore virulente sur le Vieux Continent. Sauf qu'un mois plus tard, les scientifiques restent muets.

«L'absence de résultat est tout à fait normale surtout dans le cadre de la recherche clinique, cela prend du temps et c'est un domaine complexe», tempère Thérèse Staub. Pour la responsable du service des maladies infectieuses du CHL impliquée dans l'étude européenne, le faible nombre de patients intégrés dans cet essai constitue l'un des maillons faibles recensés à ce jour. Car si l'essai clinique devait porter sur 3.200 patients, seules 756 personnes ont été officiellement incluses à ce jour. Dont une au Luxembourg. Soit moins d'un quart de l'échantillon attendu. «C'est trop peu pour pouvoir établir une première tendance», confirme la spécialiste. 


(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020, medical staff shows o at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, packets of a Nivaquine, tablets containing chloroquine and Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drugs that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - Hydroxychloroquine, an antimalarial drug dubbed a "gift from God" by US President Donald Trump for its potential ability to fight the new coronavirus, was found to be no more effective than standard treatment in a small Chinese study. The paper, which was published in the Journal of Zhejiang University on March 6, 2020, looked at 30 COVID-19 patients, half of whom received the medicine. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
L'hydroxychloroquine utilisée au CHL
Les responsables du centre hospitalier ont présenté, ce jeudi, les contours de l'essai clinique européen Discovery. Des patients hospitalisés au CHL et qui reçoivent déjà de l'hydroxychloroquine, médicament qui présente un intérêt dans le traitement du covid-19, seront intégrés dans l'étude.

Si initialement une dizaine de pays dont l'Allemagne, la Belgique ou la France avaient annoncé leur participation, seul un nombre limité d'entre eux sont passés aux travaux pratiques. La faute notamment aux procédures d'autorisation nécessaires au lancement d'un tel protocole de recherche. «Au Luxembourg, cela prend généralement trois mois, entre l'avis du comité d'éthique, l'accord de l'hôpital mais aussi celui du ministère de la Santé. Mais après un mois, tout était en ordre», rappelle le professeur Staub qui regrette notamment qu'une telle rapidité administrative ne soit pas réalité dans certains Etats de l'UE. 

A cette réalité bureaucratique viennent s'ajouter d'autres facteurs plus scientifiques pour expliquer la laborieuse mise en route de l'étude Discovery. D'abord, le pic de la pandémie est passé en Europe. L'épicentre s'est déplacé, en ce mois de mai vers le continent américain et plus particulièrement au Brésil. Au Luxembourg, les derniers chiffres publiés par le ministère de la Santé sont plus qu'encourageants avec une diminution flagrante du nombre d'hospitalisations mais aussi d'infections. A ce jour, cinq personnes sont en soins intensifs au Grand-Duché.

Autre blocage identifié, le protocole particulièrement strict du test clinique qui nuit à son efficacité. «Seuls les patients qui sont à l'hôpital et qui présentent de sérieux déficits en oxygène entrent en ligne de compte», note encore la spécialiste du CHL. Et cette dernière d'ajouter que «les personnes qui souffrent de problèmes au niveau des reins ou du foie sont d'office exclues car il s'agit de médicaments toxiques». 

Pour rappel, Discovery vise à vérifier l'efficacité de quatre médicaments dans le traitement contre le covid-19 dont le fameux l'hydroxychloroquine, dérivé de l'antipaludéen chloroquine. L'Organisation mondiale de la santé a d'ailleurs suspendu provisoirement ses essais cliniques après une nouvelle étude évoquant des risques de décès accrus. Les malades intégrés à l'étude doivent donc être séparés en quatre groupes, auxquels il faut ajouter un groupe de contrôle. 


(FILES) In this file photo taken on May 20, 2020 a pharmacy tech holds a pill of Hydroxychloroquine at Rock Canyon Pharmacy in Provo, Utah. - The World Health Organization said on May 25, 2020 that it had "temporarily" suspended clinical trials of hydroxychloriquine as a potential treatment for COVID-19 being carried out across a range of countries as a precautionary measure. (Photo by GEORGE FREY / AFP)
Coup d'arrêt pour l'hydroxychloroquine en France
Le Haut conseil de la santé publique et l'Agence du médicament sont défavorables à l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre le covid-19. Que ce soit comme traitement ou lors d'essais cliniques. Une étude pointant son inefficacité et ses risques. Au Luxembourg, le médicament reste toujours testé au CHL.

Les experts de Discovery estiment qu'il faudrait au moins 600 personnes par médicament pour évaluer ou non un bénéfice. «Avec 100 patients par traitement, nous pouvons établir l'évolution des effets secondaires mais on ne peut pas encore parler d'efficacité. C'est pour cette raison que l'évaluation se fait à 15, 28 voire 90 jours», précise le médecin chef.     

«Si un des traitements se montre efficace, nous le verrons très vite mais jusqu'à présent ce n'est pas encore le cas», indique-t-elle tout en avouant qu'il faudra encore se montrer patient avant d'avoir une première tendance mais ce ne sera «pas avant la fin de l'été». Ironie de l'histoire, seule la seconde vague tant redoutée par les scientifiques pourrait donc relancer le processus d'essais cliniques de grande ampleur. Une hypothèse non d'actualité selon les dernières informations livrées par Paulette Lenert (LSAP), ministre de la Santé.

Au final, la mise en place laborieuse de Discovery, qui a reçu une autorisation pour trois ans, aura au moins fait avancer la création d'une plateforme médicale européenne. Un réseau auquel est intégré le Luxembourg et qui devrait montrer toute son efficacité au moment de tester de nouveaux médicaments.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'hydroxychloroquine jugée inefficace à titre préventif
Depuis le début de la pandémie, l'utilisation de l'antipaludique comme traitement contre le covid-19 fait débat. Si son efficacité n'a toujours pas été démontrée rigoureusement à ce jour, une équipe de scientifiques a en revanche confirmé son inutilité pour prévenir la maladie.
(FILES) In this file photo taken on May 20, 2020 a bottle and pills of Hydroxychloroquine sit on a counter at Rock Canyon Pharmacy in Provo, Utah. - The World Health Organization announced on June 3, 2020 that clinical trials of the drug hydroxychloroquine will resume as it searches for potential coronavirus treatments. On May 25, the WHO announced it had temporarily suspended the trials to conduct a safety review, which has now concluded there is "no reason" to change the way the trials are conducted. The UN health agency's decision came after a study published in The Lancet medical journal suggesting the drug could increase the risk of death among COVID-19 patients. (Photo by GEORGE FREY / AFP)
Coup d'arrêt pour l'hydroxychloroquine en France
Le Haut conseil de la santé publique et l'Agence du médicament sont défavorables à l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre le covid-19. Que ce soit comme traitement ou lors d'essais cliniques. Une étude pointant son inefficacité et ses risques. Au Luxembourg, le médicament reste toujours testé au CHL.
(FILES) In this file photo taken on May 20, 2020 a pharmacy tech holds a pill of Hydroxychloroquine at Rock Canyon Pharmacy in Provo, Utah. - The World Health Organization said on May 25, 2020 that it had "temporarily" suspended clinical trials of hydroxychloriquine as a potential treatment for COVID-19 being carried out across a range of countries as a precautionary measure. (Photo by GEORGE FREY / AFP)
La lueur d'espoir du remdevisir contre le Covid-19
Le gouvernement américain a rapporté mercredi que le remdevisir, naguère développé contre Ebola, semblait avoir prise sur le nouveau coronavirus. Le médicament accélèrerait de plusieurs jours le rétablissement des cas les plus graves dans un grand essai clinique.
(FILES) In this file photo one vial of the drug Remdesivir is viewed during a press conference about the start of a study with the Ebola drug Remdesivir in particularly severely ill patients at the University Hospital Eppendorf (UKE) in Hamburg, northern Germany on April 8, 2020, amidst the new coronavirus COVID-19 pandemic. - Gilead Science's remdesivir, one of the most highly anticipated drugs being tested against the new coronavirus, showed positive results in a large-scale US government trial, the company said on april 29, 2020."We understand that the trial has met its primary endpoint and that NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) will provide detailed information at an upcoming briefing," the company said. (Photo by Ulrich Perrey / POOL / AFP)
Une étude pour «clore le débat» sur la chloroquine
Le CHU d'Angers a annoncé ce mardi le lancement d'une vaste enquête «aux standards scientifiques et méthodologiques les plus élevés», portant sur 1.300 patients atteints du covid-19, afin de connaître l'efficacité d'un dérivé de la chloroquine.
(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020 Medical staff shows  at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, a packet of Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drug that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - On March 29, 2020,a limited emergency-use authorization for two antimalarial drugs touted as game-changers by President Donald Trump has been issued by the US Food and Drug Administration to treat coronavirus patients. In a statement published Sunday, the US Department of Health and Human Services detailed recent donations of medicine to a national stockpile -- including chloroquine and hydroxychloroquine, both being investigated as potential COVID-19 treatments. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
L'hydroxychloroquine utilisée au CHL
Les responsables du centre hospitalier ont présenté, ce jeudi, les contours de l'essai clinique européen Discovery. Des patients hospitalisés au CHL et qui reçoivent déjà de l'hydroxychloroquine, médicament qui présente un intérêt dans le traitement du covid-19, seront intégrés dans l'étude.
(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020, medical staff shows o at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, packets of a Nivaquine, tablets containing chloroquine and Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drugs that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - Hydroxychloroquine, an antimalarial drug dubbed a "gift from God" by US President Donald Trump for its potential ability to fight the new coronavirus, was found to be no more effective than standard treatment in a small Chinese study. The paper, which was published in the Journal of Zhejiang University on March 6, 2020, looked at 30 COVID-19 patients, half of whom received the medicine. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
La chloroquine, traitement miracle ou faux espoir?
Si certains veulent généraliser l'antipaludique chloroquine comme traitement contre la pandémie de covid-19, les autorités sanitaires, dont l'OMS, appellent à la prudence. Point sur l'état des connaissances actuelles sur cette substance.