Changer d'édition

Les projets Fage et Google toujours dans le flou
Luxembourg 4 min. 28.05.2020

Les projets Fage et Google toujours dans le flou

L'installation de la multinationale grecque Fage à Bettembourg créera dans une première phase, une centaine d'emplois, pour un budget d'investissement de 155 millions d'euros

Les projets Fage et Google toujours dans le flou

L'installation de la multinationale grecque Fage à Bettembourg créera dans une première phase, une centaine d'emplois, pour un budget d'investissement de 155 millions d'euros
Photo: Shutterstock
Luxembourg 4 min. 28.05.2020

Les projets Fage et Google toujours dans le flou

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Interrogés ce jeudi en commission, ni la ministre de l'Environnement, ni celui de l'Économie n'ont été en mesure d'apporter de nouveaux éléments. Au grand dam de l'opposition, alors même que ces deux implantations font débat depuis plusieurs années.

Qu'ont en commun la future usine de production de yaourts grecs Fage à Bettembourg et le data center de Google prévu à Bissen? Les deux projets d'envergure se trouvent au cœur des discussions depuis des années. Sollicités une fois de plus par le CSV sur la question, les ministres de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng), et de l'Économie, Franz Fayot (LSAP) n'ont pu apporter que de maigres éléments de réponse ce jeudi en commission parlementaire. 

Annoncée en juillet 2016, l'installation de l'usine Fage au sein de la zone industrielle Wolser a déjà été la source de multiples dissensions politiques. Alors que le site devait initialement entrer en production en 2018, le dossier d'autorisation d'exploitation «n'est à ce jour pas encore tout à fait complet», selon la ministre de l'Environnement, dont les propos sont repris sur le site de la Chambre.


Dieschbourg apporte de l'eau au moulin de Fage
Pour la ministre de l'Environnement, la future usine de yaourts grecs à Bettembourg sera alimentée en eau via une usine de traitement et une station d'épuration. Un ensemble qui entrera en service en 2021.

Carole Dieschbourg, qui avait donné son aval sur le volet lié à la consommation en eau en octobre 2019, ajoute que «les conditions environnementales ne sont pas toutes remplies», sans préciser de délai. Or justement, Josée Lorsché (Déi Gréng), chef de fraction et première échevine de Bettembourg avait émis des doutes sur l'impact environnemental de l'infrastructure. Ce n'est qu'une fois les conditions remplies que les citoyens auront l'occasion de se prononcer dans le cadre d'une enquête publique.

Concernant la vente du terrain en zone d'activités par l'État à Fage, Franz Fayot a informé que «la Cour des comptes est en train de préparer un avis». Le ministre de l'Économie a toutefois ajouté qu'«en raison de la rareté de ces terrains, la vente ne constituera pas la règle».

Le MoU au centre des discussions

L'installation de la multinationale grecque à Bettembourg créera, «dans une première phase, une centaine d'emplois, pour un budget d'investissement de 155 millions d'euros.» La production annuelle «d'environ 40.000 tonnes» de yaourt grec «doublera tout comme l'emploi», si tout se passe bien, «dans une seconde phase, moyennant un investissement supplémentaire de 63 millions d'euros», ont tenu à rappeler les deux ministres.

Encore plus floue est la saga autour de l'implantation d'un centre de données du géant américain Google à Bissen. En effet, tandis que les procédures communales ne sont pas encore clôturées en raison des retards dus à la crise sanitaire, les procédures d'autorisation au niveau national n'ont quant à elles pas encore débuté. Au centre des discussions: la déclaration d'intention (ou  «Memorandum of Understanding» ou MoU).


Hier soll das künftige Google-Datenzentrum entstehen.
Transparence obligatoire autour du projet Google
La Commission d'accès aux documents a tranché. Le gouvernement et la commune de Bissen disposent d'un mois pour dévoiler les contours de l'accord signé avec le géant américain, notamment en ce qui concerne le devenir des terrains en cas d'abandon du projet de data center.

Cet accord tripartite signé par le gouvernement, Google et la commune de Bissen décide notamment du sort des terrains en cas d'abandon du projet. Les députés de l'opposition souhaitent que la Chambre puisse consulter ce MoU afin que le pouvoir législatif puisse exercer sa fonction de contrôle du gouvernement.

Une requête par rapport à laquelle le ministre de l'Économie ne s'est pas encore positionné. Ce, alors que la Commission d'accès aux documents avait donné raison le 13 mai dernier à l'association de protection de l'environnement qui formulait cette même demande de transparence. Une décision qui oblige le gouvernement et la commune de Bissen à dévoiler endéans un mois les contours de l'accord signé avec le géant américain.

Le projet de Google continue ainsi de faire couler de l'encre. Il avait aussi  provoqué l'éclatement de la majorité CSV au conseil communal de Bissen et la démission du bourgmestre Jos Schummer. Si le data center ne voyait finalement pas le jour, le gouvernement s'est engagé à utiliser la surface du «Busbierg» comme zone d'activité économique.   

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Transparence obligatoire autour du projet Google
La Commission d'accès aux documents a tranché. Le gouvernement et la commune de Bissen disposent d'un mois pour dévoiler les contours de l'accord signé avec le géant américain, notamment en ce qui concerne le devenir des terrains en cas d'abandon du projet de data center.
Hier soll das künftige Google-Datenzentrum entstehen.
Le covid-19 affecte aussi la venue de Google à Bissen
La saga de l’installation d’un data center va connaître de nouveaux développements. En raison de la pandémie de coronavirus, la commune hôte du géant américain devrait différer sa décision finale à l’automne. Rappel des faits.
Les inquiétudes des résidents selon Google
Le moteur de recherche en dit long sur les questions que se posent les habitants du Grand-Duché en cette période de crise sanitaire. Petit tour d’horizon des informations enregistrées par le géant américain.
ARCHIV - 28.09.2014, Berlin: Der Google-Schriftzug und die Google-Suche auf einem iPad Mini 2. (zu dpa "Verleger begrüßen Fortschritte bei Diskussion ums EU-Urheberrecht" vom 06.02.2019) Foto: Lukas Schulze/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Google ne compte pas que des amis à Bissen
Le délai pour s'opposer à l'installation prochaine d'un centre de données de Google à Bissen a expiré. Au total, 170 avis négatifs ont été recensés. Le manque de transparence du dossier suscite encore et toujours de nombreuses interrogations.
The Google logo is seen January 8, 2020 at the 2020 Consumer Electronics Show (CES) in Las Vegas, Nevada. (Photo by Robyn Beck / AFP)
L'implantation de Google à Bissen se concrétise
Après une première phase d'approche et une opération séduction menée au mois de novembre, le projet d'implantation d'un data center dans le centre du pays par la multinationale américaine prend forme. Un plan d'aménagement peut désormais être consulté par le public.
Le projet Google reste flou
Le géant américain du numérique s'est invité à la Chambre ce mardi. La création d'un centre de données à Bissen comporte toujours autant de nombreuses zones d'ombre. Des interrogations que les membres du gouvernement ne sont pas parvenus à lever.
ARCHIV - 28.09.2014, Berlin: Der Google-Schriftzug und die Google-Suche auf einem iPad Mini 2. (zu dpa "Verleger begrüßen Fortschritte bei Diskussion ums EU-Urheberrecht" vom 06.02.2019) Foto: Lukas Schulze/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Dieschbourg apporte de l'eau au moulin de Fage
Pour la ministre de l'Environnement, la future usine de yaourts grecs à Bettembourg sera alimentée en eau via une usine de traitement et une station d'épuration. Un ensemble qui entrera en service en 2021.
La porte de Fage s'entrouvre au lait luxembourgeois
Alors que le projet d'une usine de yaourts à Bettembourg alimente toujours la controverse, le ministre de l’Économie a tenté de rassurer le milieu agricole. Etienne Schneider indique que la société à l'intention de s'approvisionner sur le marché local et régional.
«Je n'ai pas peur des grandes ambitions»
Le Plan climat et énergie national doit être en place d'ici la fin 2019. Les objectifs définis pour 2030 sont ambitieux. La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, esquisse les chemins qui y mèneront.
Politik, Sommerinterview Carole Dieschbourg, Ministerin für Umwelt, Klima und nachhaltige Entwicklung,  Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort