Changer d'édition

Les prix des carburants vont-ils continuer à gonfler?
Luxembourg 5 min. 17.02.2022 Cet article est archivé
Economie

Les prix des carburants vont-ils continuer à gonfler?

Plus le prix de base des carburants s'envole, plus la part des taxes se réduit.
Economie

Les prix des carburants vont-ils continuer à gonfler?

Plus le prix de base des carburants s'envole, plus la part des taxes se réduit.
Photo: Getty Images
Luxembourg 5 min. 17.02.2022 Cet article est archivé
Economie

Les prix des carburants vont-ils continuer à gonfler?

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
Les compteurs s'affolent depuis plusieurs semaines à la pompe. La tendance à la hausse pourrait se poursuivre encore ces prochaines semaines.

Faire le plein de sa voiture ou de sa cuve à mazout coûte de plus en plus cher. En quelques semaines, les prix se sont envolés.  A la pompe, les records absolus s'accumulent: 1,50 euro pour le diesel, 1,576 pour le sans plomb 95 et 1,666 euro pour le sans plomb 98. 


Weil die Preise für Sprit und Energie dramatisch steigen, muss die Regierung endlich handeln, fordert die CSV in einer von ihr beantragten Aktualitätsstunde im Parlament.
Comment s'explique cette envolée à la pompe?
Les prix à la pompe ne font que de grimper ces dernières semaines au Luxembourg, qui devient moins attractif pour ses voisins. Une envolée spectaculaire qui s'explique par les taxes, mais pas que.

Cette hausse fulgurante s'explique par différents facteurs. En plus des accises et des taxes, il faut aussi prendre en compte dans le calcul le taux de change euro-dollar ou le cours du baril de pétrole sur les marchés internationaux. Ce dernier fluctue fortement et enregistre depuis début décembre des hausses successives, qui sont cependant encore loin du record de 147 dollars enregistré en 2008.

Mais cette flambée des prix va-t-elle encore durer? C'est la question que bon nombre de consommateurs luxembourgeois se posent à l'heure actuelle. Difficile d'avancer une réponse catégorique mais selon les tendances actuelles, la hausse des prix des carburants pourrait se poursuivre dans les prochaines semaines. Pour l'électricité et le gaz, il semblerait que les courbes suivent la même tendance. Les prix devraient continuer à augmenter dans les prochains mois. En un an, le gaz a d'ailleurs connu une hausse de 80%.

Les dernières prévisions du Statec indiquent en tout cas une inflation nettement plus élevée en 2022 que celle attendue. Celle-ci pourrait atteindre 4,4% cette année, au lieu des 2,5% prédits. Une augmentation qui doit être en partie imputée à cette remontée graduelle des prix du pétrole brut et à la fébrilité prolongée du prix du gaz au comptant. 

Le baril à 86 dollars

Le Statec table ainsi pour cette année sur un prix moyen du baril de Brent, le baril de référence en Europe, de 86 dollars. Soit 20 dollars de plus que les prévisions de novembre dernier. Cette hausse s'explique par une reprise de l'économie et une demande mondiale encore plus forte qu'avant la crise du covid-19. Un rééquilibrage entre l'offre et la demande devrait toutefois faire baisser ce cours à hauteur de 70 dollars fin 2023, indique le Statec.

Mais le prix du brut n'est pas le seul indicateur à prendre en compte pour déterminer l'évolution du coût des produits pétroliers. Selon Jean-Marc Zahlen, du Groupement pétrolier luxembourgeois, qui était interrogé par nos confrères de L'Essentiel, il faut également être attentif aux prix sur les différents marchés. Et ceux-ci sont impactés par la situation géopolitique actuelle, avec les tensions entre l'Ukraine et la Russie, et par la politique des pays de l'OPEP.

Un prix, différents éléments

On l'aura compris, les prix des carburants sont donc soumis aux lois internationales. Mais savez-vous ce qui fait le prix de l'essence ou du diesel qui remplit le réservoir de votre véhicule? Ce prix englobe en fait le coût de base du produit (CIF), son coût de distribution et les taxes et accises qui s'appliquent ensuite. Ces derniers montants sont fixes. Ils s'élèvent à environ 40 centimes pour les accises et à 17% pour la TVA. A cela s'ajoute encore la taxe carbone (0,06 euro), qui a augmenté en janvier. Elle atteint désormais 25 euros par tonne de CO² émise, contre 20 euros l'an dernier.

Selon les chiffres en vigueur le 1er février dernier et fournis par le ministère de l'Energie, le diesel était vendu à 1,475 euro le litre. 57% de ce montant se rapportait au prix de base (coût du produit et coût de distribution). Le reste représentait les taxes. Au 1er février, ce prix de 1,475 euro le litre se décomposait donc comme suit: 0,84 euro de prix de base, 0,36 euro d'accises, 0,06 euro de taxe carbone et 0,21 euro de TVA.

Si on fait le même exercice pour l'essence sans plomb 95 par exemple, qui s'affichait à 1,527 le litre le 1er février, cela donne: 0,78 euro de coût de base (soit 51% du montant total), 0,47 euro d'accises, 0,06 euro de taxe carbone et 0,15 euro de TVA. 

Le prix de base peut fortement évoluer

Comme on peut le constater, la fiscalité ne représente pas toujours forcément la moitié du prix de vente du carburant, même si le Luxembourg a connu trois augmentations d'accises en trois ans et l'introduction de la taxe CO². Car ces taxes sont fixes, contrairement au prix de base du carburant qui peut fortement évoluer. S'il est peu élevé, les taxes représenteront une part plus importante du montant final. Mais quand ce prix s'envole comme c'est le cas actuellement, la part des taxes se réduit. Cela se remarque particulièrement sur le prix du diesel.

Par rapport aux chiffres de 2020, le constat est clair: c'est surtout le prix de base qui a accusé une forte hausse, ainsi que la TVA dans une moindre mesure. Un point sur lequel le gouvernement a un levier d'action mais le droit communautaire ne prévoit pas d'autre taux que celui qui est en vigueur maintenant.

Actuellement, au Luxembourg,  il n'existe pas vraiment de garde-fou pour empêcher les prix de s'envoler et d'atteindre des records jamais vus. Si certains, comme l'Union luxembourgeoise des consommateurs, appellent au «gel des prix de l'énergie», les partis politiques essaient de leur côté de dégager de nouvelles solutions, comme le chèque énergie, pour soulager la facture des ménages. Car cette envolée des prix devrait encore, malheureusement, persister un peu. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La hausse généralisée des prix, et en particulier de ceux de l'énergie, rend la vie des familles à faibles revenus encore plus difficile. Une situation qui inquiète Caritas Luxembourg et la Chambre des salariés.
La hausse fulgurante du prix des carburants a un impact terrible sur les exploitants de stations-service. Est-il encore rentable pour les frontaliers de passer la frontière pour faire le plein?
21.11.07 erhoehte benzinpreise, benzin, fuel, oelpreise, oel, kraftstoff, tanken, verbrauch, tankstelle, photo: Marc Wilwert