Changer d'édition

Les prémices du vélotaf dans la mobilité douce
Luxembourg 1 4 min. 01.07.2019 Cet article est archivé

Les prémices du vélotaf dans la mobilité douce

Les prémices du vélotaf dans la mobilité douce

Photo: Maurice Fick
Luxembourg 1 4 min. 01.07.2019 Cet article est archivé

Les prémices du vélotaf dans la mobilité douce

Maurice FICK
Maurice FICK
En attendant l'extension du réseau cyclable national, les morceaux manquants en Ville et la piste cyclable bidirectionnelle longeant le tracé du tram, les vélotaffeurs prennent leur courage à deux mains pour pédaler jusqu'au boulot. Notre série de la semaine.

Même s'il demeure balbutiant à l'échelle du pays pour l'heure, le phénomène du vélotaf est palpable. Tout au long de cette semaine, wort.lu prendra sous sa loupe les adeptes mais aussi les déçus et les observateurs du vélo comme choix de mobilité pour se rendre sur leur lieu de travail.


15.10.2018 Luxembourg, ville, Verkehr, Mobilität, mobilité, vélo, Véloh, Fahrrad, Sicherheit, Gesundheit, Sport,   photo Anouk Antony
Le vélotaf ne rencontre pas le succès escompté
En Belgique existe l'indemnité kilométrique vélo. En France, le parlement planche sur un forfait de 400 euros par an pour les salariés qui se rendent au travail à vélo. Au Luxembourg, l'État encourage juste le recours au vélo pour se rendre au travail tandis que des entreprises se décarcassent.

En ce 1er juillet, les 3.435 salariés qui participent à «Mam Vëlo op d'Schaff» («Au boulot en vélo»), ont déjà cumulé 611.477 km. Soit l'équivalent de près de 7.500 fois le trajet qui va de la pointe sud jusque tout au nord du Luxembourg! L'économie réalisée est de 136.202 kg de CO2. Des chiffres record depuis le lancement de l'action de sensibilisation en 2012 par le Verkéiersverbond (Communauté des transports) en faveur du réflexe vélo.

En cette mi-2019, se rendre au travail à vélo, chose courante dans nombre de capitales européennes, Amsterdam en tête, peut sembler bien agréable un matin d'été sur le Pont Rouge en direction du Kirchberg. Mais dans la réalité c'est un peu de la poudre aux yeux. Car au-delà du Kirchberg, desservi par une piste bi-directionnelle propre, traverser la capitale, dans un sens comme dans l'autre, reste une prouesse plus qu'une balade de santé.

Photo: Guy Wolff

Le vélotaf ne rencontre pas encore le succès escompté. Mais ça ne saurait tarder a annoncé le gouvernement DP-déi greng-LSAP. Dans son accord de coalition, il est question de promouvoir le vélo comme mode de transport entre 2018 et 2023. Pour l'heure, ce sont plutôt les institutions européennes de la place et des grandes entreprises, prenant leur responsabilité sociale à cœur, qui montrent la voie.


Le réseau cyclable agrandi de 630 kilomètres
Les pistes cyclables luxembourgeoises vont s'étoffer et bon nombre d'entre elles seront séparées du trafic routier. Bonne nouvelle pour le vélo qui devrait obtenir ainsi davantage d'adeptes au quotidien.

L'accord gouvernemental promet que «la mise en place d'infrastructures cyclables attractives et sécurisées sera accélérée, tant pour les déplacements quotidiens que pour le cyclotourisme. A cet effet, la loi relative au réseau cyclable national sera mise à jour pour inclure notamment des itinéraires cyclables « express ». Le vélo sera intégré dans toutes les chaînes de mobilité planifiées par l'Etat, y inclus dans les bâtiments publics».

Dans les tuyaux, sont prévues des liaisons entre Luxembourg et Bettembourg et entre la capitale et Esch-sur-Alzette. Deux projets qui verront le jour parallèlement à l'extension des autoroutes A3 et A4. Le projet de loi déposé en octobre 2018, prévoit d'accroître le réseau national de pistes cyclables de 630 km à 1.100 km, avec 300 km de nouveaux tracés dont le ministre François Bausch devrait encore inaugurer une bonne partie.

Avant qu'il ne tire un trait sur Twitter et ne ferme son compte, François Bausch communiquait très régulièrement avec les plus ardus vélotafeurs qui forment toujours une petite communauté de «twittos à vélo». Ils n'hésitent pas à dénoncer les comportements égoïstes d'automobilistes à l'égard des deux roues et les points noirs qui persistent à Luxembourg-Ville ou dans sa banlieue proche.

Lundi 24 juin, l'un d'eux a tweeté la «véloruption» - anagramme de révolution - des deux roues qui empruntent la rue des Romains à Strassen et qui se sentent menacés sur l'itinéraire bis qu'on leur propose, la route d'Arlon:

Lors de leur rencontre physique en juillet 2017, sur invitation du ministre, les vélotafeurs les plus actifs à se faire entendre dans le but d'améliorer une situation loin d'être fluide en Ville, François Bausch avait reconnu que «sur les grands boulevards, qui sont quand même importants pour traverser la ville, une bonne infrastructure cycliste fait encore défaut ou est seulement partiellement présente».



«Les pistes cyclables autour de la gare sont idiotes»
S'ils apprécient la nouvelle piste bidirectionnelle de l'avenue de la gare, les cyclistes chevronnés restent très critiques sur le réseau cyclable entre Ville-Haute et quartier de la gare. En cause: la dangerosité et les morceaux manquants du puzzle.


Le ministre de la mobilité avait assuré aux cyclistes que leur «impatience prendra fin à la fin 2019». Et il avait un plan plutôt alléchant dans son panier: «On va profiter de l'arrivée du tram pour créer en même temps un grand axe pour les vélos en ville qui va du rond-point Serra (au Kirchberg) jusqu'à la Cloche d'Or à travers la ville. Il s'agira d'une piste cyclable séparée bidirectionnelle très confortable.»

En cette mi-2019, ladite piste bidirectionnelle va du rond-point Serra jusqu'au Grand Théâtre. Le tram fait demi-tour à la place de l'Etoile. Autant dire que l'échéance ne sera pas tenue. Les vélotafeurs devront encore patienter. Et se débrouiller avant que leurs vélos ne deviennent un mode de transport à part entière dans la réalité et non la politique de la mobilité douce.


Sur le même sujet

Les cinq écueils des vélotafeurs au Luxembourg
Tout salarié qui enfourche sa petite reine pour pédaler jusqu'à son travail change sa perception du déplacement. Très vite, il est confronté à des réalités pratiques et des situations dangereuses. Le 4e volet de notre série pointe cinq grands obstacles.
Le réseau cyclable agrandi de 630 kilomètres
Les pistes cyclables luxembourgeoises vont s'étoffer et bon nombre d'entre elles seront séparées du trafic routier. Bonne nouvelle pour le vélo qui devrait obtenir ainsi davantage d'adeptes au quotidien.
Sur deux roues à Luxembourg: Bausch face aux twittos à vélo
Ils forment une petite communauté de cyclistes branchés sur les réseaux sociaux et s'adressent directement au ministre quand ça coince sur les pistes cyclables de Luxembourg. Face aux «twittos à vélo», François Bausch a pédalé dans le bon sens cette semaine. Nous étions avec eux!