Changer d'édition

Les plus de 50 ans devront se faire vacciner
Luxembourg 4 min. 20.01.2022
Débat à la Chambre

Les plus de 50 ans devront se faire vacciner

Le Premier ministre Xavier Bettel (DP) et la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) ont insisté sur l'importance de la vaccination pour sortir de la  crise.
Débat à la Chambre

Les plus de 50 ans devront se faire vacciner

Le Premier ministre Xavier Bettel (DP) et la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) ont insisté sur l'importance de la vaccination pour sortir de la crise.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 20.01.2022
Débat à la Chambre

Les plus de 50 ans devront se faire vacciner

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
A l'issue de plusieurs heures de débat, les députés sont tombés d'accord pour ouvrir la voie à la vaccination obligatoire des plus de 50 ans et à celle du personnel soignant.

Le débat de consultation à la Chambre sur l'obligation vaccinale aura duré plus de 5h30 et s'est clôturé dans la soirée de mercredi. Les députés devaient se prononcer mercredi après-midi sur plusieurs questions concrètes autour de l'obligation vaccinale reprises dans le document de synthèse et prendre en considération l'avis des experts sur le sujet. Les deux documents n'ont été rendus publics qu'il y a quelques jours, laissant peu de temps aux élus pour en examiner le contenu.


18.01.2022, Brandenburg, Potsdam: Ursula Nonnemacher (2.v.l, Bündnis90/Die Grünen), Brandenburgs Gesundheitsministerin, sieht dabei zu, wie die Apothekerin Barbara Oberüber (2.v.r) einer Frau in der Impfstelle Metropolishalle eine Corona-Impfung erklärt, während die Ärztin Bushra Malik ihr beratend zur Seite steht. In Brandenburg starten in dieser Woche die Schulungen von Apothekerinnen und Apotheker zur Corona-Impfung. Foto: Joerg Carstensen/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'obligation vaccinale en cinq questions
Les députés luxembourgeois évoqueront l'épineux sujet de l'obligation vaccinale, à l'occasion d'un débat de concertation ce mercredi à 14h. Tour d'horizon sur la mise en œuvre de cette mesure.

Les discussions de ce mercredi n'ont pas abouti à un vote pour ou contre la vaccination obligatoire. Mais bien à une motion, adoptée par les députés de la majorité malgré les réticences du LSAP, ouvrant la voie à la vaccination obligatoire des plus de 50 ans et à celle du personnel soignant. Sans «niet définitif», le gouvernement s'est donc rangé derrière l'avis des experts. Cette motion invite l'exécutif à déposer un projet de loi dans les trois mois pour introduire cette obligation dans l'arsenal législatif, dans un texte distinct de la loi Covid. «Nous sommes prêts à prendre nos responsabilités. Ce sera un pas vers plus de normalité et une meilleure protection des plus faibles de notre société», a tranché Xavier Bettel (DP) en fin de séance.

Un consensus pas gagné d'avance

D'emblée, dès l'ouverture du débat, le Premier ministre a rappelé que la vaccination était, selon lui, le meilleur moyen de sortir de la pandémie.  «Le virus ne disparaîtra pas pour autant, le vaccin ne protège pas forcément de la contagion. Mais nous constatons que la majorité des personnes qui se retrouvent aux soins intensifs n'étaient pas vaccinées», a noté l'intéressé, tout en mettant en exergue l'importance de l'avis du conseil d'experts. «L'obligation de vaccination est un moyen de soulager plus rapidement le système de santé. Sans l'obligation, cela prendrait trop de temps. La société est fatiguée après deux ans de mesures, l'obligation peut aussi aider à cela. Plus vite nous vaccinerons, plus vite d'autres mesures pourront être levées», a-t-il souligné.


Prof. Dr. Stefan Braum warnt vor einem Zustand der Intransparenz und Undurchdringlichkeit der Gesetze. „Ein demokratischer Rechtsstaat muss handlungsleitend sein.“
L'obligation de vaccination, une question d'État de droit
Le professeur Stefan Braum examine les aspects constitutionnels de la vaccination obligatoire.

Restait ensuite à entendre les positions et les propositions des différents partis sur les questions plus politiques, comme celle des sanctions à infliger aux réfractaires de l'aiguille. Dégager un consensus au sein de la majorité ne semblait pas gagné pour autant. Car si le DP et Déi Gréng avaient déjà exprimé leur accord par rapport à l'obligation vaccinale, le LSAP s'est montré plus frileux. Quelques heures avant le débat, le président du groupe parlementaire du LSAP Yves Cruchten a ainsi annoncé que le parti socialiste se positionnait en faveur d'une obligation vaccinale, mais seulement si la situation l'exige. Ce qui n'est pas le cas à l'heure actuelle selon lui. 

Le LSAP a fini par rejoindre les rangs, en insistant sur le fait qu'il ne s'agissait actuellement que d'une préparation des textes législatifs, pour les introduire quand la situation le nécessitera. 

«Aller plus loin»

La ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) a insisté sur le fait que vaccination obligatoire ne veut pas forcément dire vaccination forcée. «Cette obligation n'est pas un remède magique, mais un «moyen de pression supplémentaire» pour faire augmenter le taux de vaccination.» Pour la ministre socialiste, l'idéal serait que l'obligation devienne un geste volontaire de solidarité. 


16.01.2022, Nordrhein-Westfalen, Düsseldorf: Eine Spritze mit Kochsalzlösung verabreicht Nagiva Rounia ihrem Ehemann Haitham (r) bei einem Lehrgang der Apothekerkammer. Bei dem Lehrgang werden Apotheker und Apothekerinnen für den Impf-Einsatz vorbereitet, in dem sie lernen, wie man eine Spritze richtig setzt. Die Apotheken könnten bald ein Teil der Impfkampagne werden. Foto: Roberto Pfeil/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Être positif lors de l'injection anti-covid, est-ce risqué?
Alors que les Luxembourgeois se découvrent positifs par milliers, la campagne de vaccination de rappel bat son plein. Certains vaccinés risquent donc d'apprendre qu'ils sont contaminés, alors que leur injection vient d'être réalisée.

A l'issue de ce débat, le CSV a expliqué qu'il aurait aimé aller plus loin et imposer une vaccination généralisée pour les résidents et les frontaliers. Déi Lénk a parlé d'une mesure non nécessaire et instaurée alors qu'une obligation existe déjà. L'ADR s'est opposé à la motion adoptée par la majorité, estimant qu'il n'y avait pas besoin «d'expérimentation juridique» et dénonçant une «marginalisation des non-vaccinés». Enfin, le Parti Pirate a ,quant à lui, déploré que cette décision ôtait le libre choix aux citoyens de se faire vacciner ou non. 

La nouvelle loi légiférant sur l'obligation vaccinale devrait rester en vigueur jusqu'en juin 2024.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les députés luxembourgeois évoqueront l'épineux sujet de l'obligation vaccinale, à l'occasion d'un débat de concertation ce mercredi à 14h. Tour d'horizon sur la mise en œuvre de cette mesure.
18.01.2022, Brandenburg, Potsdam: Ursula Nonnemacher (2.v.l, Bündnis90/Die Grünen), Brandenburgs Gesundheitsministerin, sieht dabei zu, wie die Apothekerin Barbara Oberüber (2.v.r) einer Frau in der Impfstelle Metropolishalle eine Corona-Impfung erklärt, während die Ärztin Bushra Malik ihr beratend zur Seite steht. In Brandenburg starten in dieser Woche die Schulungen von Apothekerinnen und Apotheker zur Corona-Impfung. Foto: Joerg Carstensen/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Un groupe de cinq experts mandaté par le gouvernement luxembourgeois a rendu ses conclusions sur l'obligation vaccinale. Les docteurs préconisent l'injection anti-covid obligatoire pour les plus de 50 ans et les soignants.
Eine Werksärztliche Assistentin zieht in einem betrieblichen Impfzentrum für Mitarbeiter der Robert Bosch GmbH eine Dosis des Impfstoffes von Biontech/Pfizer auf.