Changer d'édition

«Les plaintes pour maltraitance animale sont en hausse»
Luxembourg 4 min. 11.04.2022
Malgré la nouvelle loi

«Les plaintes pour maltraitance animale sont en hausse»

Les agents du service du bien-être animal mettent toujours un point d'honneur à aller vérifier de leurs propres yeux une situation dénoncée.
Malgré la nouvelle loi

«Les plaintes pour maltraitance animale sont en hausse»

Les agents du service du bien-être animal mettent toujours un point d'honneur à aller vérifier de leurs propres yeux une situation dénoncée.
Photo: dpa
Luxembourg 4 min. 11.04.2022
Malgré la nouvelle loi

«Les plaintes pour maltraitance animale sont en hausse»

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Quatre ans après l'adoption de la nouvelle loi sur le bien-être animal, où en est-on? La responsable du service nous fait le point.

En juin 2018, le Luxembourg pouvait se targuer d'être à la pointe du bien-être animal en adoptant une nouvelle loi révolutionnaire en la matière. Ce projet de loi pour la protection des animaux, adopté à l'époque par les 60 députés, avait pour objectif de mieux protéger ceux-ci tout en garantissant leur dignité, leur sécurité ainsi que leur bien-être et ce, à tout moment de leur vie. 


Biber im Zentrum des Landes bei der Nahrungsaufnahme
Le castor a colonisé 80 territoires en vingt ans
La population de ces rongeurs semi-aquatiques continue d'augmenter dans le pays. L'administration de la nature s'attend à ce que leur expansion se poursuive.

Cette loi, qui n'avait plus bougé depuis les années 80, renforçait notamment l’interdiction de tuer ou de faire tuer un animal inutilement ou encore l'obligation de porter secours à un animal souffrant, blessé ou en danger. La mise à mort d’un animal ne pouvait également se faire désormais qu’après étourdissement, sauf pour la chasse et la pêche récréative. Par ailleurs, certaines espèces ne peuvent être détenues après autorisation ministérielle dont certains NAC (nouveaux animaux de compagnie).

Une actualisation importante

Près de quatre ans plus tard, où en est-on avec cette nouvelle loi? Est-elle correctement appliquée et surtout, a-t-elle eu un effet positif pour nos amis à quatre pattes? Le Dr. Bérit Majeres est vétérinaire et, depuis mars 2020,  responsable du bien-être animal pour l’administration des services vétérinaires du ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural du Luxembourg. 

Elle explique qu'il était très important que cette loi soit actualisée. «Je suis convaincue que cela a fait une différence et que celle-ci sera encore davantage marquée à l'avenir grâce notamment à l'introduction des sanctions.  Ainsi, un inspecteur vétérinaire pourra directement rédiger un procès-verbal pour des violations mineures de la loi sur la protection des animaux, comme dans des cas d'infraction au Code de la route», explique la vétérinaire.


Lok , Sueden , Lasauvage , Ecole Nature Differdingen , Kinder sammeln Kröten , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Des élèves de l'école primaire à la chasse aux crapauds
Des milliers de crapauds sont de nouveau sur les routes et migrent vers leurs lieux de ponte. Pour que le trajet sur les routes ne se termine pas par la mort, des bénévoles se tiennent aux côtés des amphibiens. Des écoliers aussi.

Malgré cette loi à l'avant-garde européenne, cela n'a pas empêché la vétérinaire de constater de graves cas de maltraitance depuis son entrée en fonction. «Il y a effectivement des négligences qu'on constate. Il est toutefois important de préciser que bien souvent, ce n'est pas seulement un problème animal, mais aussi un problème humain. Cela dit, depuis que je suis arrivée, j'ai constaté une hausse des plaintes concernant des maltraitances animales pour l'année 2020 et malheureusement, c'est bien souvent justifié. Les chiffres étaient plus stables en 2021».

Des plaintes en hausse donc qui concernent généralement les plus petits animaux domestiques comme les chiens et les chats mais également les nouveaux animaux de compagnie (NAC) selon la vétérinaire. «En général il s’agit de situations pas trop graves mais nécessitant pourtant une amélioration. Et puis, dans certains cas, il y a aussi des dénonciations qui sont faites par des voisins qui ne s'entendent pas, relevant de conflits privés. Il faut donc faire la part des choses.»

Une méconnaissance de la loi

Cette hausse des plaintes se traduit-elle donc forcément par une hausse de la maltraitance animale? «Je ne dirais pas qu'il y a une augmentation de la violence mais il y avait par exemple plusieurs cas d'animaux détenus dans des cages ou dehors sans abri adéquat pour se protéger de conditions météorologiques défavorables au bien-être animal ou encore des chiens qui sont tenus avec des laisses qui ne sont pas assez longues. En réalité, la majeure partie des problèmes concerne une méconnaissance de la loi par les propriétaires.»


Jennifer Pauwels im Katzenzimmer, in dem sich momentan zehn ukrainische Samtpfoten in Quarantäne aufhalten.
Une Luxembourgeoise au secours des animaux d'Ukraine
Début avril, Jennifer Pauwels de Schifflange se rendra à une trentaine de kilomètres de la frontière ukrainienne pour sauver des animaux. Elle souhaite en ramener le plus possible au Luxembourg.

Quoi qu'il en soit, les agents du service du bien-être animal mettent toujours un point d'honneur à aller vérifier de leurs propres yeux une situation dénoncée. «Lorsqu'une personne se plaint auprès de notre service avec suffisamment d'informations en nous donnant avant tout l’endroit exact où se trouve l’animal et si possible d'autres données quant au (propriétaire, des photos), nous pouvons intervenir. Nous contactons ensuite les personnes concernées ou bien la plupart du temps, on se rend sur place. Là, on se fait une idée de la gravité de la situation. Un échange se fait avec le propriétaire puis un suivi se met en place. Si celui-ci n'est pas respecté, il est possible de prendre des mesures supplémentaires. Quoi qu'il en soit, on passe toujours par le dialogue, sauf dans des cas où les animaux sont en danger de mort mais ce n'est pas encore arrivé depuis que j'ai pris mes nouvelles fonctions.»

Une meilleure sensibilisation

«Certes, le dialogue n'est pas toujours facile avec les propriétaires car il y a beaucoup d'émotionnel qui rentre en jeu mais d'une manière générale, on parvient à régler les problèmes avec diplomatie», assure Bérit Majeres, qui remarque une hausse de la sensibilisation sur le bien-être animal. «Je pense que les gens sont déjà beaucoup plus informés qu'auparavant et font déjà beaucoup plus attention. Néanmoins, il y a encore un certain travail à faire auprès des personnes qui ne reconnaissent pas la valeur de l'animal en tant qu'être vivant.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Grande-Bretagne va interdire aux animaleries la vente de chiens et de chats de moins de 6 mois, pour enrayer l'exploitation et les mauvais traitements faits aux animaux de compagnie, a annoncé le département de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (Defra).
Human hand is touching a cute little doggie paw through a fence of a adoption centre.
D'après une nouvelle loi au Luxembourg
Les chats domestiques au Luxembourg devront être dotés obligatoirement d'une puce électronique, révèle une nouvelle loi de protection des animaux, qui n'a pas encore été votée. Celle-ci vise à réduire le nombre d'animaux abandonnés et à améliorer leur qualité de vie.
En plus de rendre le micro-puçage des chats obligatoires, la nouvelle loi pousserait également les propriétaires à faire stériliser/castrer leurs animaux